Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 juin 2011

Ouvrages à lire ou à relire pour anticiper le futur !

1 / The idea hunter, how to find the best ideas and make them happen

Editeur : Jossey Bass Wiley (6 mai 2011)

http://www.amazon.fr/Idea-Hunter-Find-Ideas-Happen/dp/0470767766

2 / Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur de Michel Godet

http://livre.fnac.com/a3409514/Michel-Godet-Bonnes-nouvel...

3 / 2030, la fin de la mondialisation ?

http://www.infoguerre.fr/bibliographies/2030-la-fin-de-la...

 

4/ ECONOCHOC

COMMENT SIX CHOCS ÉCONOMIQUES MAJEURS VONT INFLUENCER VOTRE VIE

http://www.anthemis.be/index.php?id=154&tx_ttproducts...

5 / La collection Prospective des éditions L'Harmattan

http://col-prospective.blogspot.com/

http://www.harmattan.fr/groupeharmattan/

6 / AGIR JUSTE ...MAINTENANT ! ou la PROSPECTIVE OPERATIONNELLE & LE LEAN INNOVATION +

http://chroniquedutempsuniversel.typepad.fr/innovact/2011...

7 / tous les ouvrages FYP Editeur de l'innovation et des questions de société

http://www.fypeditions.com/

8 / 2033, Atlas des futurs du monde

http://livre.fnac.com/a3044037/Virginie-Raisson-2033-Atla...

Tendances à découvrir uniquement chez http://tilt-ideas.com/

1.Le 2.0 vient à la mode

2.Nestlé concepteur de systèmes ?

3.Extension de distribution

4.Expérience on the go

5.S’allier pour être plus proche… du client

6.L’Ikea du bâtiment

7.Le renouveau de la télévision ?

8.Hello, may I help you ?

9.Le crowdfunding, vous connaissez ?

10.L’iPad, instrument de musique ??

11.Le microcrédit 2.0

 

TILT IDEAS
3 RUE DANTON
92240 MALAKOFF

SOPHIE COMBES
SCOMBES@TILT-IDEAS.COM
+ 33 7 61 28 88 97

BRICE AUCKENTHALER
BAUCKENTHALER@TILT-IDEAS.COM
+ 33 7 61 28 95 88

Enfin disponible le nouvel ouvrage de Roger Nifle, le Sens du bien commun !

Sous titre de l'ouvrage : « pour une compréhension renouvelée des communautés humaines ». C’est un essai d’Humanisme Méthodologique. Il montre que le bien commun suppose une communauté identifiée et que le Sens du bien commun est celui du développement et de l’accomplissement humain. Cela suppose que l’on en sache quelque chose de ce qu’est le développement et l’accomplissement humain. Ces questions fondamentales on un volet pratique. En effet toutes les affaires humaines sont des affaires communautaires et sont a engager dans le Sens du bien commun de la communauté concernée. Même les enjeux personnels n’existent nulle part ailleurs que dans les communautés auxquelles on participe. L’économie, le politique, l’éducation, la justice par exemple sont des affaires communautaires. L’ignorer c’est imposer un point de vue particulier comme intérêt général. C’est le cas de la plupart des idéologies et des conceptions dominantes.

http://livre.fnac.com/a3397926/Roger-Nifle-Le-sens-du-bie...

Questions pataphysiques pour réfléchir qui vont cartonner en 2015...

  1. Après le consomm'acteur, quel sera le prochain consommateur ? le consommateur engagé ? tribal ? radin ? social ?
  2. Bricolage, auto production, jardinage, arts créatifs : une tendance de fond pour faire face à la crise ?
  3. Comment les marques vont se transformer pour séduire les consommateurs ?
  4. En quoi la transformation du monde du travail peut transformer les besoins de consommateurs ?
  5. En quoi le brassage des populations et les flux migratoires [mondialisation] peuvent impacter les besoins des consommateurs ?
  6. En quoi le nouveau rôle des femmes dans la société civile pourrait métamorphoser la consommation à l'horizon 2015 ?
  7. En quoi les besoins autour du médical et du bien être peuvent générer des nouveaux business ?
  8. En quoi les technologies pourraient un driver de nouveaux produits et services pour les consommateurs ?
  9. L’innovation avec obsolescence rapide va-t-elle perdurer ?
  10. La culture, le design et le beau vont-ils continuer à faire vendre ?
  11. Le besoin d'innovation, de design et d'enchantement : jusqu'où ? [compte tenu de la capacité contributive des consommateurs ?
  12. Le e-commerce va-t-il se généraliser ou rester un canal de diffusion marginal ?
  13. Le green, le bio et l'équitable, vont-ils être mis de côté face à la crise ?
  14. Le low cost, un phénomène qui va se généraliser ?
  15. Le m-commerce va-t-il décoller ?
  16. Les enseignes vont-elles se diversifier à l’infini [syndrome du supermarket comme dans la banque, les pharmacies, les jardineries, etc]
  17. Les labels territoriaux vont-ils se développer ?
  18. Les phénomènes de gratuité vont-ils continuer à se répandre ?
  19. Les phénomènes de type locavore [achat local] vont-ils rester marginaux ?
  20. Les services à la personne vont-ils [enfin] rencontrer un public solvable ?
  21. Quel impact de la disparition des classes moyennes ?
  22. Quel sera l'évolution d'une domination croissante de la production des biens sur les consommateurs français [notamment accessibilité prix] ?
  23. Quelle interaction entre le monde du luxe et l'univers de la consommation ?
  24. Quelles seront les addictions qui vont générer des nouveaux business ?
  25. Quelles seront les conséquences de la baisse du pouvoir d'achat sur la stratégie d'achat des consommateurs ?
  26. Quelles seront les profils de consommation selon qu'il s'agit de la génération A ou Y ?
  27. Quelles seront les valeurs attendues d'un produit ou d'un service en 2011/2015 ?
  28. Quelles transformations de la cellule familiale et des modes de vie auront le plus d'impact sur nos façons de consommer ?
  29. Quels pourraient être les produits et services n'existant pas en 2011 et qui pourraient apparaitre d'ici 2015 ?
  30. Quels seront les grands sacrifiés et les grands gagnants ?
  31. Quels seront les impacts de la fracture sociale ?
  32. Quels seront les postes du budget des consommateurs qui seront les grands perdants des 5 ans à venir ? Quels seront les grands sacrifiés et les grands gagnants ?
  33. Quels seront les postes du budget des consommateurs qui seront les grands perdants à l’horizon 2015 ?
  34. Quels sont les besoins spécifiques des pauvres et des familles monoparentales ?
  35. Va-t-on assister à un retour du service et de la qualité de service ? ]en tant que besoin de la part du consommateur]
  36. Vers des biens plus durables ou jetables ?
  37. Vers la fin des typologies de consommateurs au profit d’agrégat d’usages imprévisibles et paradoxaux ? (la ménagère de 50 ans is dead)

Nous sommes entrés dans une longue période de transition

Nous sommes entrés dans une longue période de transition, sous les signes de la durabilité, de la désirabilité, de la simplicité et du sens. Les marques ont un rôle à jouer pour imaginer du green corporate socialement responsable et innovant. Toutefois les entreprises ne sont pas les seuls joueurs. La durabilité va passer par le crowdsourcing en complément des messages institutionnels top down. En effet, de plus en plus d’individus font le choix d’une vie plus légère, minimaliste et qualitative, sous le signe de la déconsommation heureuse. On pourrait les appeler les « Free lifers ». Alors que la démondialisation et la relocalisation est engagée, une partie des solutions d’une économie durable viendra de chacun de nous, avec le slogan « Less is more ». La crise a accéléré l’adoption de bonnes pratiques dans nos vies quotidiennes, sans qu’il y ait besoin de diktats. Même si les potagers anti crise dans les villes sont encore anecdotiques, la multiplication des initiatives prouvent que la vie autrement se construit, souvent en mode lab. La simultanéité (en parallèle) des expériences des citoyens, des communautés, des entreprises, des collectivités publiques, des gouvernements, etc va créer une joyeuse émulation polycentrique.

Les 50 brins d'ADN d'une économie soutenable...en direction pour le nouveau paradigme

  1. Achat responsable
  2. Agriculture de précision [anti gaspi]
  3. Agriculture raisonnée
  4. Autonomie individuelle
  5. Bien commun
  6. Bio
  7. Communautarisme
  8. Consommacteur_responsable
  9. Culture
  10. Déconsommation
  11. Désacralisation de l’argent
  12. Développement désirable
  13. Durabilité des produits [versus éphémère]
  14. Eco conception
  15. Economie circulaire
  16. Economie de fonctionnalité
  17. Economie résidentielle
  18. Economie symbiotique
  19. Energies alternatives
  20. Ethique du soutenable
  21. Ethique durable
  22. Etiquetage/affichage environnemental
  23. Free lifing [http://www.scribd.com/doc/45163287/Les-Free-Lifers-Rene-Duringer-Dec2010-Free-Lifers]
  24. Gouvernance par les femmes
  25. Habitations alternatives
  26. HQE
  27. Jardins anti crise [cad tous les procédés qui permettent de faire rentrer la nature dans la ville]
  28. L’humain
  29. Locavorisme
  30. Mère nature [cf. étude de l’ordre des experts comptables sur les new businesshttp://www.experts-comptables.fr/csoec/Interesse/Presse/D...]
  31. Micro crédit
  32. Minimalisme
  33. Modèles économiques de transition
  34. Modération [vie tempérée]
  35. Monnaies solidaires ou fongibles ou alternatives
  36. Nomadisme
  37. Open culture
  38. Partage et tous systèmes commençant en  co- [coworking, covoiturage, etc]
  39. Récupération
  40. Recyclable
  41. Revenu universel
  42. Sens de l’économie [comme dans l’ancien temps ou dans le sens économat]
  43. Slow
  44. Société du sens [cf. Nifle]
  45. Solidarité
  46. Systèmes de partage des biens
  47. Transition town
  48. Transports alternatifs
  49. Troc
  50. Vision systémique

Le tourisme ne sera plus comme avant… le couchsurfing, un signal faible ?

En Europe, faisons le pari qu’une personne sur 4 sera un Free lifer d’ici 5 ans (cf étude sur ce nouveau phénomène de société  http://www.scribd.com/doc/45163287/Les-Free-Lifers-Rene-D... ). Pour faire le pitch de façon lapidaire, disons que c’est un courant qui cristallise les nouvelles attentes des citoyens : quête de sens, frugalité, déconsommation, décroissance, authenticité, minimalisme, simplicité, lien social, conscience, engagement, lenteur (prononcer slow), etc Ce glissement est l’agrégation de nouveaux comportements individuels en dehors de tout diktat, idéologie. C’est une évolution des modes de vie. Personne n’a décrété de faire du tourisme soutenable et qu’il fallait maintenant partir à la découverte d’un pays, en voyageant léger, en free style, découvrir les bons spots tout en étant respectueux des lieux où l’on passait… avec un budget minimum. Certes le tourisme alternatif, avec notamment le couchsurfing, cela n’est pas mainstream et pas considéré comme glamour dans le monde des idées reçues et clichés. Etre un free lifer, cela peut arriver à tout âge de la vie et il n’est pas obligatoire d’écouter du Bob Marley et d’être un bobo ou baba cool (cf. cool attitude http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement...). Le couchsurfing, c’est un besoin d’expérience unique, partir à l’inconnu, ressentir, nouer du lien social, développer une open culture, s’enrichir de découvertes et surtout prendre sa vie en mains puisque votre mobilité ne passe plus par un tour operator. Dans ce nouveau paradigme, chacun est acteur de sa vie et n’a pas besoin de passer par la case argent. En contre partie à chacun de passer du temps à faire ses choix, trouver les bons plans, organiser son séjour. L’argent n’est plus pour ces gens, une source de satisfaction addictive. Certes Maffesoli dès 1988 avait annoncé le tournant avec l’ouvrage « Le temps des tribus: le déclin de l'individualisme dans les sociétés postmodernes ». Toutefois, c’est la crise qui a été un amplificateur de prise de conscience, avec la baisse du pouvoir d’achat, la précarité, le cynisme des entreprises, la fin du mythe de la consommation heureuse. Le storytelling sur le progrès exponentiel, une croissance non stop et un monde illimité a de moins en moins de clients. Face au grand retournement, chacun a trouvé sa propre stratégie : partir faire un tour du monde, faire du couchsurfing, tout plaquer pour devenir un néorural, changer de vie, passer en mode slow, etc A ce titre les réseaux sociaux et toutes les communautés thématiques ont facilité la concrétisation des rêves de tous ceux qui ont eu le courage de passer le cap. Le couchsurfing n’est qu’une modalité de ce nouveau courant. D’autres vont préférer avoir une yourte, une roulotte ou d’autres formes d’habitat mobile. Nombreux sont ceux qui partent avec un billet d’avion, un petit sac à dos et quelques euros pour un long périple où ils vont coucher chez l’habitant et souvent être nourris gratuitement. Si au départ, l’amorçage de ces nouveaux mode de vie est lié à la douche froide financière chez les particuliers, au final cela a du être un détonateur car les attentes des humains étaient déjà en mutation et la pyramide de Maslow version 2011 n’a plus rien à voir avec 1950… En conclusion le couchsurfing est plutôt une niche du tourisme du futur, car n’oublions pas que le monde de demain est multipolaire !!!

lundi, 30 mai 2011

Le G21 – Swisstainability Forum / Lausanne / 14 et 15 Juin 2011 / Un événement incontournable

Le  G21  -  Swisstainability  Forum est  un  événement  annuel,  qui  réunit les  sphères  économiques, politiques,  scientifiques ainsi  que les ONG dans le but  de débattre des enjeux environnementaux et sociétaux d'aujourd'hui, au travers de tables rondes, présentations et ateliers. Le Forum se tiendra les 14 et 15 Juin à l'IMD (session plénières) et à la HEP (ateliers), à Lausanne.

 

Le nom « G21 » est un double clin d’œil au sommet du G20 ainsi qu’au millénaire dans lequel ce forum prend place. Le G21 est un événement professionnel dédié au développement durable et à l’économie.  Un rendez-vous concret  qui  vise à proposer  des solutions en présentant  des stratégies durables visionnaires, des projets novateurs et applicables à d’autres échelles, ainsi que des acteurs utiles pour accompagner l’entreprise dans sa durabilité. Plus que jamais les événements nous montrent les interdépendances entre l’économie et l’écologie, et la nécessité d’encourager l’économie de fonctionnalité.

http://www.g-21.ch/

dimanche, 29 mai 2011

Quel travail dans 20 ans ?

Aravis a marqué 2010, l’année de ses vingt ans, en engageant une démarche de prospective sur le thème   « Quel travail dans 20 ans ? » Observateur privilégié de l’évolution des conditions de travail, Aravis a mobilisé les points de vue complémentaires de 80 acteurs de la région pour dessiner cette vision prospective du travail avec l’assistance méthodologique du Cabinet Futuribles.

 

5 Scénarios ont été envisagés :

  1. La fin des collectifs de travail
  2. Responsabilité sociétale
  3. Des normes à tous les niveaux
  4. Le devoir de travail
  5. Produire hors emploi

 

Un quizzzzzzz vous permet de vous situer par rapport à ces scénarios.

http://www.queltravaildans20ans.com/

Quick 2050, une démarche innovante pour faire évoluer la marque

 

L'exposition « Quick 2050 – Des écoles imaginent les scénarios du futur » s'inscrit au terme du projet Quick Lab , un partenariat collaboratif entre le Groupe Quick et dix écoles d'architecture et de design, en France et en Belgique, coordonné par le VIA (Valorisation de l'innovation dans l'ameublement). Les étudiants ont imaginé l'avenir de l'entreprise, sous l'angle le plus large possible : architecture, identité visuelle, packaging, stylisme, nouveaux services, goût et design culinaire. Un exercice de prospective mené à l'occasion des 40 ans du Groupe Quick. Le partenariat Quick Lab, entre les collaborateurs de Quick et des écoles d’architecture et d’arts appliqués, a été une expérience nouvelle pour Quick initiée à l’occasion des 40 ans de la marque.

Ce  Quick lance Quick Lab, un projet de réflexion prospective sur les attributs identitaires de la marque :

  • l’architecture des restaurants,
  • l’identité visuelle et audiovisuelle,
  • le design culinaire et le goût,
  • le stylisme des uniformes,
  • les packagings,
  • le design et les nouveaux services

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger le résultat des travaux sur http://www.quicklab.fr

Une démarche dont les marques devraient s’inspirer car cela permet d’associer la génération Y et le monde du design à la mise en œuvre de la marque !

L’ouvrage « Agir Juste… Maintenant ! »...Prospective Opérationnelle & Lean Innovation+

INNOVER  AUTREMENT

 

« Aucun problème ne sera résolu avec la façon de penser qui l’a généré » disait Einstein. C’est sur ce principe que nous nous sommes appuyés pour changer l’approche de l’Innovation, cette approche devenant elle-même une réelle Innovation.

L’ouvrage « Agir Juste… Maintenant ! » présente une démarche qui permet la gestion de problèmes complexes à travers l’Innovation, qu’elles que  soient les différents domaines à aborder.

Pour y parvenir nous avons lié trois pratiques que nous maîtrisons : la Prospective Opérationnelle, le Lean Innovation + et le Design Global.  Quel est le + de ce Lean Innovation ? Une valeur humaine ajoutée qui permet de mobiliser les équipes autour du projet. Et quand au Design Global, il s’agit bien de le prendre à sa source étymologique « dessein » : le dessein du projet. Celui-ci  cadre son déroulement du début à la fin tout en le rendant très concret. La Prospective Opérationnelle, c’est bien ce qui relie la vision à l’action.

Ces trois pratiques reposent sur des connaissances extérieures au cadre habituel, des valeurs humaines et des nouvelles formes d’organisation et de management. Leur mise en dynamique permet aux entreprises et collectivités, non seulement d’avoir une approche plus pointue des domaines à explorer et à mettre en perspective transverse, mais aussi d’accélérer les projets tout en optimisant les performances et les résultats. Ce sont des points essentiels qui garantissent pertinence, cohérence, rapidité et réduction des coûts. 

Cette méthode est particulièrement adaptée à l’intense période de transition que nous traversons. En effet, il n’y a pas de jour où nous ne voyons notre environnement changer. Ce mouvement qui semble  imprévisible pose des questions multiples quant aux perspectives qu’il projette. D’autant plus que tous les secteurs d’activités et de vie sont concernés.

Alors comment penser, concevoir et agir autrement pour relancer ou créer une économie durable et innovante ? Comment redonner du sens aux activités, produits et  services ? Comment voir plus clair et plus loin alors que chacun est pressé par l’urgence ? Comment agir juste dès maintenant pour assurer la pérennité de tout projet ?

Il faut dépasser les méthodes d’innovations actuelles. C’est ce que propose cet ouvrage qui intéressera toutes les entreprises et les collectivités, tous les secteurs d’activité et l’ensemble du secteur de la formation.

Auteurs

Solange SAINT-ARROMAN, Nicolas SCHINDLER, Bernard FRÉMONT

 

Editeur  Le Manuscrit, Collection Essai & Document

Réf : 14068 / EAN 9782304037203


Quels sont les facteurs à retenir pour se projeter en 2020 et qui pourraient avoir un impact significatif ?

Ces classements résultent du vote des membres du groupe de l’Observatoire des tendances sur Linkedin. Un grand merci pour leur coopération active.

Classement principale (du plus grand score au plus petit) à partir d'une liste de 30 items

  1. Les dérèglements géopolitiques
  2. Les dérèglements climatiques
  3. L’épuisement des énergies fossiles
  4. La déconsommation heureuse
  5. La violence quotidienne
  6. L’apprentissage du changement en période de mue
  7. La génération Y (selon scénario de passage de relais entre les générations)
  8. Les pénuries de matières premières
  9. La précarité
  10. Les flux migratoires chaotiques
  11. La moindre prise en charge de la santé par les systèmes sociaux et de mutuelle
  12. Le burning out, le stress, l’anxiété
  13. Le culte de la performance à outrance dans l’entreprise
  14. La financiarisation de l’agriculture
  15. Une économie verticale autour de filières ethniques
  16. La déglobalisation
  17. La dépendance des personnes âgées
  18. La défiance
  19. Le chômage
  20. La fracture sociale
  21. La fin de l’Euro ou de l’Europe
  22. La pensée unique et le conformisme
  23. Le risque nucléaire
  24. La baisse du pouvoir d’achat
  25. L’infobésité et les désordres de l’attention
  26. Les conditions de vie des métropoles
  27. L’obésité
  28. La pauvreté exponentielle
  29. Le big bang de la « cellule familiale »

 

Autres items proposés (suggestions proposées par les membres en complément de la liste initiale utilisée pour le sondage)

  1. La ghettoïsation
  2. L'ubimédia
  3. Le devenir de l'Afrique
  4. Le Problème de l'éducation
  5. L'alimentation et la santé des habitants de la planète
  6. La convertibilité du Yuan
  7. La baisse démographique dans certaines régions du monde
  8. L'émergence de couplages technologiques majeurs
  9. Les phénomènes d'amnésie médiatique et l'instantanéité
  10. L'extension de la démocratie
  11. Le développement des monnaies libres
  12. Les nouvelles autarcies locales
  13. Les poly toxicomanies, toxi dépendances de groupes et addictions
  14. La privatisation de l'eau
  15. La responsabilité sociale de l'entreprise
  16. Les nouvelles formes de gouvernance mondiale
  17. Les nouvelles alliances géopolitiques
  18. Les nouvelles filières d'énergie alternatives/substitution
  19. L'appropriation des problèmes sociétaux par les citoyens

De quelle couleur voyez-vous l’économie dans le futur ?

  1. Economie grise (ou noire selon les auteurs) : cela peut concerner les circuits mafieux, illicites, fraudes, vols, mais de façon plus mineure les stratégies de personnes pratiquant une économie souterraine d’échanges non fiscalisés, un troc qui n’entre pas dans le radar des administrations. L’économie grise dans son autre acception c’est le développement des nouveaux services aux seniors.
  2. Economie bleue : The "Blue Economy" est un projet lancé par Gunter Pauli dont l'objectif était de trouver les 100 meilleures technologies inspirées par la nature, impactant de manière significative les économies mondiales, tout en répondant aux besoins primaires des hommes (eau potable, nourriture, toit, santé et travail). Tout se trouve dans l’ouvrage « The Blue Economy – 10 Years, 100 Innovations, 100 Million Jobs ». Paradigm Publications.
  3. Economie verte : on ne présente plus la green economy reposant sur les nouvelles activités liées au développement durable et concernant tous les secteurs d’activité. Cela devrait générer à moyen de nouveaux emplois, de nouveaux services, de nouveaux produits, etc
  4. Economie mauve : L'économie mauve, une nouvelle alliance entre culture et économie. L’économie mauve est bien plus qu’une innovation terminologique. Son champ, beaucoup plus large que l’économie des produits culturels, vise la dimension culturelle qui s’ouvre à tout bien ou service. En plus cela ne pollue pas !  http://economie-mauve.org/economiemauve___FR.html
  5. Economie blanche : le but est de parvenir à concilier les objectifs écologiques, sociaux et économiques. Quand on combine des faisceaux de lumière verte, rouge et bleue, on obtient du blanc.

jeudi, 12 mai 2011

Un chasseur de tendances est il influencé par sa génération d’origine ?

Diriez-vous que la génération à laquelle nous appartenons va influencer notre regard sur les signaux autour de nous, les tendances dans l’air du temps, la perception du futur ? Peut on analyser de façon identique par exemple les tendances dans le fooding selon que l’on est de la génération Y ou un senior ? Est-ce que nos référents culturels d’origine vont créer un biais inconscient dans le décryptage des phénomènes de société ? Est-ce que l’accumulation des expériences de vie va modifier l’intensité de nos perceptions ? Est-ce qu’il peut y avoir des situations où notre génération d’origine ne nous rend pas pertinent pour

anticiper une mutation ?

Pour avoir des éléments de réponse à ce thème, vous pouvez consulter 50 réponses du groupe de l'Observatoire des tendances sur Linkedin ! 

http://www.linkedin.com/groupItem?view=&gid=1416777&a...

Miscélanées agrifood

LES MARCHES HEBDO, 12/05/2011

Quintesens, nouvel acteur sur le marché des huiles

Deux quarantenaires lancent une gamme d'huiles adaptée aux besoins des enfants, des femmes enceintes et des seniors.

 

« En juin, Carrefour testera dans 45 de ses hypermarchés Quintesens, une nouvelle marque d'huile conçue par Biofuture pour répondre à des besoins nutritionnels spécifiques. À l'origine de cette innovation,deux quarantenaires : Sébastien Loctin, manager marketing et export chez Lesieur durant neuf ans, et Christophe Basile à la tête d'une usine Blédina pendant quatre ans. Amis, ils se retrouvent expatriés au Sé­négal au service de la même société Advens, spécialisée dans le négoce et l'huile. Pères de famille, l'idée leur vient il y a 15 mois de proposer la première huile répondant aux besoins nutritionnels des enfants. Ils pensent ensuite aux femmes enceintes et aux seniors. »

 

Les baby boomers ont un pouvoir d’achat et le temps de consommer. C’est pourquoi les entreprises ont de plus en plus intérêt à se tourner vers cette clientèle.

Un rapport publié par Deloitte Touche Tohmatsu Limited révèle que les populations vieillissantes et aisées représenteraient l’une des sources de croissance lucrative les plus probables pour les entreprises de produits de consommation au cours des prochaines années.

«Démographiquement, le marché de la consommation est intéressant. Ce sont les baby boomers qui ont l’argent pour acheter. Maintenant que leurs enfants sont élevés, ils ont plus de temps pour eux», indique Stéphane Roy, professeur de sociologie au Collège Laflèche.

http://www.lhebdojournal.com/%C3%89conomie/Autres%20nouve...

Passionné par les effets spéciaux et la nourriture, ce photographe-réalisateur a livré un nouveau film d'animation, Alimation, encore réussi et alléchant, présenté en compétition pour le Festival d'Annecy via Youtube. Ce court-métrage fera partie d'une expo -en partie financée par les internautes- prévue pour fin juin à Paris. Allez encourager ce fou d'images poétiques! Alexandre-dubosc.com

http://www.youtube.com/user/AlexandreDUBOSC

 

Merci à Chouette agile pour ces 3 repérages prospectifs !

Raphaële Bidault-Waddington, un profil atypique parmi les chasseurs de tendances !!!

Trois laboratoires de recherche et de création pour explorer le monde et le ré-inventer : - Le Laboratoire d'Ingénierie d'Idées ® :www.liid.fr Inventer des grilles de lecture, des structures de pensée et des schémas, à la croisée de nombreux domaines (esthétique, économie, architecture, philosophie, etc.). Produire de la vision stratégique pour des entreprises, des villes et des laboratoires de recherche en France et en Scandinavie. Projets réalisés : Grand Paris, Christiania (quartier de Copenhague), Forum des Halles, Champs Elysées, Chanel, Lexus, Center for Molecular Medicine (Stockholm), Elections Municipales Paris 3è. Expositions : CAC Meymac, 78 Lyndhurst Way (Londres), MOCA MAAS (Maastricht), etc. Publications (contributions dans) : Les Echos, "Fabriquer le Futur 2", "France Fiction", "Knowledge cities". Conférences : Art& Flux /NYU Paris, CNAM, HEC, Aarhus Architecture School (Danemark), Forum International des Cultures (Mexique). - La Petite Industrie de ...

Allez visiter POLYGON une Plate-forme de recherche collaborative à la croisée de l'art, de la ville et de l'économie !!!

http://www.openpolygon.blogspot.com/


A ne pas rater, le 18 mai prochain à 19h, au Musée Guimet, une conférence Gunter Pauli

•Le 18 mai prochain à 19h, au Musée Guimet, Gunter Pauli donnera une conférence exceptionnelle

sur une thématique axée volontairement au coeur des préoccupations sociétales :

« Apprendre à entreprendre à partir de la nature : des solutions innovantes pour demain »

•Ainsi, cette figure emblématique du développement durable et de l’innovation nous sensibilisera au

« rôle pionnier du Japon dans la gestion environnementale et au protocole de Kyoto plus

particulièrement ».

•A l’heure actuelle, nous devons nous demander comment aider un pays riche comme le Japon;

ayant subi une triple catastrophe, mais qui a néanmoins besoin d’un soutien spécifique en matière de

solidarité. Gunter Pauli tentera alors de nous apporter, sur les bases de sa “Blue Economy”, des

éléments de réponses à travers cette conférence humanitaire, unique en France.

http://newsletters.mediactive.fr/ressources/1304526374/le...

Que sera la vie de bureau en 2020?

Source : OLIVIER SCHMOUKER  les affaires.com

D’après la conférence de Michael Bloom

 «Je n’ai rien contre le progrès. C’est le changement qui me dérange»… Mark Twain

 

10 tendances fortes à surveiller dès maintenant

1. Les baby-boomers ne vont pas partir.

2. Les Blancs vont devenir une minorité visible.

3. Nous serons reliés au travail 24h/24, 7 jours/7.

4. Le «prosumérisme» va nous envahir

5. Le bureau sera là où l’on voudra qu’il soit.

6. Les médias sociaux seront nos espaces communs.

7. Des bureaux virtuels vont voir le jour.

8. Le management va se métamorphoser. Des bureaux virtuels, des employés délocalisés, des horaires de travail flexibles,… Tout cela aura pour conséquence directe de rendre obsolètes les pratiques actuelles en matière de gestion du personnel. «Fini le bon vieux temps du Général Patton qui dirigeait ses troupes de main de maître!

9. La précarité de l’emploi va s’accroître.

10. L’esprit d’équipe va jouer un rôle primordial. 

lundi, 18 avril 2011

Quels pronostics pour les 10 ans à venir pour la filière agri fooding ?


  1. Le continuum alimentaire (snacking) va-t-il s’amplifier ? Va-t-on manger toute la journée non stop ?
  2. Va-t-on plus boire que manger dans le futur ?
  3. Va-t-on vers une alimentation spécifique pour les pauvres en Occident ?
  4. Le fast food va-t-il continuer à croître son expansion ?
  5. Quel sera le déjeuner du futur ?
  6. Autarcie alimentaire des villes (jardins urbains, potages anti crise, etc) : mouvement durable ou simple mode ?
  7. Les technologies vont-elles envahir l’agriculture pour la rendre intelligente ?
  8. Le bio, une marché structurel de niche ?
  9. Hyper fragmentation de la filière agricole ou concentration du secteur ?
  10. La géolocalisation peut elle révolutionner l’approche de l’agriculture moderne ?
  11. Les robots peuvent ils remplacer les agriculteurs à moyen terme ?
  12. La Chine pourrait elle devenir la puissance mondiale agricole ?
  13. Les agriculteurs français sont ils trop cher par rapport à la capacité contributive des français ?
  14. Les circuits de distribution court : un simple effet de mode ou marginal qui sera récupéré par les grandes enseignes ?
  15. Les BRIC vont-ils faire exploser la demande de protéines (viande/poisson) ?
  16. La baisse du pouvoir d’achat va-t-elle avoir un impact sur le poste alimentation du budget des ménages (notamment en France) ?
  17. Le courant végétarien condamné à rester minoritaire à moyen terme ?
  18. La mondialisation va-t-elle accroitre le partage des maladies et perturber/brouiller l’agriculture ?
  19. Que penser des couturiers qui utilisent des aliments dans leurs défilés ?
  20. La multiplication des émissions de TV consacrées à la cuisine une tendance forte et signifiante ?
  21. La nourriture va-t-elle conserver sa fonction sociale, symbolique, culturelle, rituelle dans nos sociétés?
  22. Faut il lier la prospective de l’agriculture à l’essor du tourisme rural, de certaines formes d’énergies et de la dynamisation des territoires ?
  23. Les fermes d’élevage des poissons : une fausse bonne idée ?
  24. Les innovations agricoles sont elles destinées être systematiquement de fausses bonnes idées avec effet boomerang ?
  25. L’obsession du bien être et de l’efficacité énergétique va-t-elle avoir toujours la priorité sur l’épicurisme, le goût, les sensations ? A moins que cela soit le prix ?
  26. A qui le consommateur va faire confiance dans le futur : le distributeur, le producteur, le label, la matière première garantie à l’origine, etc ?
  27. Le fooding : vers la fracture sociale et l’alimentation à 2 niveaux ?
  28. L’alicament un marché de niche pour les adeptes de l’ultra performance ou du transhumanisme ?
  29. La génération Y va-t-elle continuer à accorder moins d’importance à la qualité des aliments ?
  30. Qu’est ce qui va le plus freiner la production agricole dans le futur : la pollution, les normes, l’épuisement des sols, l’eau, les aléas climatiques, etc ?
  31. Vers le développement de nouveaux labels (région, recette, savoir faire, terroir, espèces, etc) ?
  32. Nourritures saines voudra dire dans le futur, nourritures non toxiques ?
  33. L’alimentation, un atout premium pour le positionnement concurrentiel de la France ?
  34. Les prochaines innovations alimentaires porteront sur le petit déjeuner, le déjeuner ou le diner ?
  35. Le luxe, un marché porteur pour le secteur agroalimentaire ?
  36. La culture hors sol, un épiphénomène exotique ou une voie d’avenir ?
  37. Quels seront les aliments gagnants dans 10 ans : lyophilisés ? surgelés ? conserves ? sous vide ? etc
  38. Le consommateur peut il avoir une conscience globale lors de ses achats d’aliments ?
  39. Le slow food et le mouvement locavore : mode ou tendance de fond ?
  40. En quoi un scénario prospectif  avec moins d’Europe pourrait influencer l’agriculture en France ?
  41. Le développement durable est elle compatible avec les objectifs assignés à la filière agricole ? (pour nourrir la planète)
  42. Quel est le scénario le plus probable dans les 10 ans à venir ? diminution de 30 % du gaspillage ou gains de productivité de 30 % ?
  43. Les producteurs peuvent ils espérer avoir un poids dans les circuits de distribution ?
  44. Les légumes/fruits hors saisons et la redécouverte des légumes anciens : effet de mode ou tendance durable ?
  45. Va-t-on vers une organisation du secteur de l’agro alimentaire ? Ainsi dans la haute gastronomie, les grands chefs sécurisent leur approvisionnement avec leur propre potager. Le marketing ethnique pose aussi cette question d’une organisation en silo.
  46. La volatilité des cours et les évolutions erratiques vont-elles continuer suite à la mondialisation ou une stabilisation est envisageable ?
  47. La certification et process d’authentification va-t-elle se développer ?
  48. L’augmentation à terme de 3 degrés de la température dans le monde peut elle avoir des effets positifs sur l’agriculture ?
  49. Les consommacteurs peuvent ils être un contre pouvoir face au lobby agro alimentaire ?
  50. Faut il lier l’avenir de l’agriculture à la réflexion stratégique sur les territoires ?
  51. L’agriculture pourra t elle un jour être productrice d’énergies alternatives ?
  52. Le low cost va-t-il se développer dans l’agro alimentaire ?
  53. Le commerce en ligne a-t-il un espoir de se développer pour la vente des produits agricoles ?
  54. Qu’est ce qui va le plus influencer les pulsions alimentaires des français dans le futur : leurs addictions mobiles ou la météosensibilité ?

jeudi, 14 avril 2011

THESAURUS POUR FAIRE DE LA VEILLE AGRICOLE et AGROALIMENTAIRE

Mots clés identifiés largement à partir du blog Veille Prospective & Evaluation du Ministère de l’Agriculture

http://veilleagri.hautetfort.com/

 

  1. Acteurs de l’agro alimentaire 
  2. Actifs agricoles
  3. Addictions
  4. Agri food
  5. Agriculteur du futur
  6. Agriculteurs en situation précaire
  7. Agriculture « intelligente »
  8. Agriculture biologique
  9. Agriculture de précision
  10. Agriculture en 2020
  11. Agriculture en 2030
  12. Agriculture en 2040
  13. Agriculture en 2050
  14. Agriculture intensive
  15. Agriculture mondialisée
  16. Agriculture multipolaire
  17. Agriculture raisonnable
  18. Agriculture raisonnée
  19. Agriculture urbaine
  20. Agrimonde
  21. Agro alimentaire
  22. Agrobiosciences
  23. Agro-industrie durable
  24. Agro-industrie mondiale
  25. Alicaments
  26. Alimentation
  27. Alimentation et consommation
  28. Alimentation fonctionnelle
  29. Alimentation médicalisée (sur mesure déterminée en fonction des caractéristiques de votre ADN)
  30. Alimentation mondiale
  31. Alimentation pour seniors
  32. Aliments technologiquement transformables
  33. Aménagement du territoire
  34. Anorexie
  35. Appartenance
  36. Applicateur d’engrais à taux variable
  37. Approvisionnements alimentaires
  38. Aquaculture
  39. Attractivité de la filière agricole
  40. Autarcie
  41. Authenticité
  42. Auto production agricole,
  43. Autosuffisance agricole des villes
  44. Baisse du pouvoir d’achat/arbitrages par le consommateur
  45. Bénéfices nutritionnels
  46. Besoins alimentaires
  47. Besoins spécifiques des very wealthy et des BRIC
  48. Bien être
  49. Bien-être animal
  50. Bien-vivre
  51. Bio
  52. Bio carburants
  53. Bio économie
  54. Bio méthane
  55. Biodiversité
  56. Bio-économie
  57. Biomasse/Biocarburants
  58. Bioproduits
  59. Biotechnologies
  60. Blé
  61. Boulimie
  62. Capitalisme coopératif
  63. Carburants alternatifs
  64. Cartographie des sols
  65. Certification de l’origine
  66. Certification environnementale 
  67. Chaîne alimentaire
  68. Changement climatique
  69. Chanvre
  70. Chine
  71. Circuits courts
  72. Circuits de distribution courts
  73. Climat
  74. Climate-smart agriculture
  75. Commerce agricole
  76. Commerce international agricole
  77. Commission européenne
  78. Communautarisme
  79. Compétitivité
  80. Comportements alimentaires
  81. Conditions climatiques extrêmes plus fréquentes
  82. Confiance
  83. Connaissances nutritionnelles des Européens
  84. Consommation de poisson
  85. Consommation durable
  86. Consommation française de viandes
  87. Consommation mondiale de viande
  88. Consommation responsable
  89. Contamination chimique des aliments
  90. Coopération et APD
  91. Coopératives
  92. Cours des matières premières agricoles 
  93. Coût du travail
  94. Crise alimentaire
  95. Critères agro-écologiques
  96. Croissance agricole durable
  97. Cuisine moléculaire
  98. Culture intensive
  99. Dates de fraicheur/prescription
  100. Déchets agricoles
  101. Décroissance
  102. Déforestation
  103. Dégradation des sols
  104. Demande en eau agricole (irrigation)
  105. Démographie
  106. Dépendance céréalière
  107. Dérèglements climatiques
  108. Désertification
  109. Développement de nouvelles maladies
  110. Développement durable des territoires
  111. Distribution alimentaire
  112. Eco système
  113. Ecologie
  114. E-commerce
  115. Economie résidentielle
  116. Efficience croissante
  117. Elevage du futur
  118. Emploi agricole
  119. Empreinte écologique
  120. Energie
  121. Enseignement et recherche
  122. Environnement
  123. Epandage intelligent
  124. Ethique
  125. Exploitations agricoles
  126. Exploitations laitières
  127. Exploitations maraîchères
  128. Faim
  129. Fast food
  130. Femmes et agriculture
  131. Ferme aquacole
  132. Ferme du futur
  133. Fermes
  134. Fertilisation des sols
  135. Filière avicole
  136. Filières agricoles
  137. Financiarisation de l’agriculture
  138. Food & agrobusiness
  139. Fooding
  140. Fooding curatif
  141. Forêts Bois
  142. Free Lifers / Simplicité volontaire
  143. Gains de productivité
  144. Gaspillage
  145. Gastronomie
  146. Gaz à effet de serre
  147. Génération Y
  148. Gestion des risques agricoles et régulation des marchés
  149. Gestion durable des ressources en eau
  150. Goût
  151. Gouvernance territoriale
  152. Gps
  153. Grande distribution
  154. Grandes enseignes
  155. Groupes forestiers
  156. Guerre des terres
  157. Haies
  158. Halal
  159. Home made
  160. IAA
  161. Industriels de l’alimentaire
  162. Inégalités
  163. Information du consommateur
  164. Innovation
  165. Innovations alimentaires
  166. INRA
  167. Integrated Food Energy Systems
  168. Jardinage
  169. Jardins de ville
  170. Jardins hors sol
  171. Jardins ouvriers
  172. Jardins potagers
  173. Label
  174. Label bio
  175. Légumes et fruits hors saisons
  176. Local
  177. Locavores
  178. Low cost
  179. Made in France
  180. Made in terroir
  181. Mal bouffe
  182. Manipulation transgénique
  183. Marchés fonciers
  184. Marketing alimentaire
  185. Marketing ethnique
  186. Marque ombrelle
  187. Marques alimentaires
  188. Matières premières agricoles
  189. Matières premières renouvelables
  190. Minceur (obsession ligne)
  191. Mondavores
  192. Mondialisation et international
  193. Multi canal
  194. Mutagenèse
  195. Nano aliments
  196. Nano food
  197. Naturel
  198. Néo-ruralité
  199. Normes
  200. Nourriture « médicalisée »
  201. Nourriture industrielle
  202. Nouvelle économie des territoires
  203. Nouvelles compétences
  204. Nouvelles technologies
  205. Nutrition
  206. Nutrition animale
  207. Nutrition santé
  208. Obésité
  209. Occupation des sols
  210. Œnologie
  211. Oenotourisme
  212. OGM
  213. Opa sur les terres arables
  214. Or bleu
  215. Organisations agricoles
  216. Origine aliments (Garantie)
  217. Origine des produits
  218. PAC
  219. Pâturages
  220. Pauvres
  221. Pauvreté rurale
  222. Pays émergents
  223. Paysan
  224. Pêche et aquaculture
  225. Pénuries
  226. Petites et moyennes agro-entreprises 
  227. Petits producteurs
  228. Plaisir
  229. Poissons transgéniques 
  230. Pôles d'excellence ruraux
  231. Politique agricole chinoise
  232. Politique agricole commune
  233. Politiques publiques
  234. Pollinisation
  235. Pollution
  236. Pollution d'origine agricole
  237. Polyéthylène «vert» 
  238. Potagers de crise
  239. Pratiques agronomiques
  240. Prévision
  241. Prévisions météo
  242. Principe de précaution
  243. Producteurs
  244. Production agricole durable
  245. Production et marchés
  246. Production porcine
  247. Produits de la mer
  248. Produits de la terre
  249. Produits du terroir
  250. Produits haut de gamme
  251. Produits laitiers
  252. Produits locaux
  253. Produits végétaux
  254. Progrès génétique
  255. Prolifération de pathogènes émergents
  256. Prospective
  257. Prospective agricole
  258. Prospective territoriale
  259. Protéagineux 
  260. Protéines animales
  261. Proximité
  262. Qualité
  263. Qualité nutritionnelles
  264. Recherche agronomique
  265. Réduction de l’empreinte carbone
  266. Réduction du gaspillage et des pertes
  267. Réhabilitation de l’agriculture
  268. Rendements
  269. Résilience des socio-écosystèmes agricoles
  270. Responsabilité sociale
  271. Ressources marines
  272. Ressources naturelles
  273. Révolution agricole
  274. Révolution forestière
  275. Risque zéro
  276. Risques sanitaires
  277. Riz
  278. Robots
  279. Ruralité
  280. Salon international de l’agriculture
  281. Sans-labour
  282. Santé
  283. Santé et risques sanitaires
  284. Scénarios sur l’alimentation du futur
  285. Secteur avicole
  286. Secteur stratégique
  287. Sécurité
  288. Sécurité alimentaire
  289. Sécurité alimentaire mondiale
  290. SIAL
  291. Slow food
  292. Snacking
  293. Stratégies d’achat alimentaire
  294. Sucre
  295. Supply chain
  296. Syndicats agricoles
  297. Système de guidage des tracteurs
  298. Tendances alimentaires
  299. Territoires ruraux
  300. Terroir
  301. Tourisme rural
  302. Toxicité
  303. Traçabilité
  304. Trading haute fréquence
  305. Transformateurs 
  306. Transparence
  307. Travail et emploi (agricole)
  308. Usages des sols
  309. Utilisation socio-économique des sols
  310. Valorisation des produits
  311. Variété génétiquement modifiée
  312. Végétariens
  313. Vente en ligne de produits alimentaires
  314. Volatilité des prix / instabilité

lundi, 28 mars 2011

1 français sur 5 sera un FREE-lifer d'ici 2015

De plus en plus de français décident individuellement de changer de vie, de rompre avec des modes de vie version "prêt à porter", de tirer les conséquences systèmes socio-économiques déceptifs. Que l'on soit consommateur, salarié, etc nous avons été éduqués avec l'idée d'un monde illimité, une croissance sans fin, l'espoir de gagner plus. En 2011, précarité, baisse du pouvoir d'achat, instabilité et développement de la pauvreté, sont autant de signaux qui peuvent nous amener à nous faire réfléchir sur la quête du sens, et de constater que le bonheur n'est pas en vente sur e-bay. Toutefois, adopter le free lifing, ce n'est pas une fuite, car au contraire, la quête de la frugalité, de la simplicité, de l'authenticité, du minimalisme,...demande un effort hors normes. S'affranchir de schémas sociaux mainstream, c'est une vraie démarche, une organisation de sa vie spécifique, une mobilisation permanente de son énergie (donc tout le contraire de la paresse). Cette étude permet de faire le point sur un mouvement sociologique de fond, où ce que l'on cherche, c'est... l'essentiel, le sens de la vie, la lenteur, la simplicité voluptueuse, le lien social, l'autonomie !!!

ETUDE A TELECHARGER

http://www.scribd.com/doc/45163287/Les-Free-Lifers-Rene-D...

SAVE THE DATE : 7 avril 2011, RDV à Lille pour Mobility Planet et la découverte du projet CREATINOVE

Alors que nous sommes en train de réinventer nos économies et pratique des économies de transition, SKEMA Business School s’est engagée dans un projet innovant transform-acteur destiné à modifier durablement notre manière d’apprendre et travailler afin de former des managers capables d’imaginer ce que les entreprises devront mettre en œuvre demain en alliant responsabilité sociale, sociétale et environnementale. Leur thème de réflexion porte sur la mobilité individuelle et collective. Quels sont les leviers et les freins de la mobilité en entreprise ? [au niveau de individuel et collectif]

Ils ont travaillé avec un groupe de 20 étudiants et le fruit de leur travail sera présenté le 7 avril 2011, lors de l’évènement Mobility Planet. 
Une journée qui rassemblera 150 personnes sur le campus de Lille et qui sera retransmise en live sur Internet. Des entreprises, des diplômés, des étudiants, des chercheurs et des artistes vont porter le temps d’une journée un regard neuf sur la mobilité grâce à l’art, la technologie et au management créatif.

Un évènement O.V.N.I [Objet Vivifiant, Nourrissant et Innovant] qui devrait déjà interpeller les responsables RH [ Richesses Humaines] !!!

Un évènement peu commun dans les formats habituellement proposés aux entreprises pour réfléchir sur un sujet alors nous comptons sur des personnes référentes et influentes sur le web en matière de prospective pour cautionner notre évent. Ce ne sont pas des extra-terrestres mais bien des terrestres extras !

 20 étudiants travaillent sur le projet CREATINOVE [http://www.mobility-planet.com/ ] depuis six mois. Le fruit de leurs explorations sera présenté le 7 avril 2011 prochain, lors de l’évènement « Mobility Planet » avec comme intention de vous faire "Rêvaliser la mobilité pour rivaliser de mobilité".

Ils convient des entreprises, des chercheurs, des enseignants et des étudiants à venir imaginer les différentes facettes de notre mobilité individuelle et collective.

 

En savoir Plus ? 

http://www.slideshare.net/lafuseeskema/mobility-planet-20...

 

Cet évènement sera, dans le format et le contenu, le reflet de ce programme pédagogique innovant de co-création. Une journée d'exploration autour du thème de la mobilité où l'on utilise le cerveau droit, développe des échanges avec des contacts ciblés, expérimente les différentes facettes de cette mobilité en utilisant les éclairages de l'art, du management et de la technologie.

 

 

CONFERENCE EXCEPTIONNELLE avec Gunter Pauli le 18 mai 2011 !!!

gunter.jpgUNE CONFERENCE EXCEPTIONNELLE avec Gunter Pauli

SAVE THE DATE : 18 Mai 2011 à Paris.

Thème « Le rôle pionnier du Japon en ce qui concerne la gestion environnementale et le protocole de Kyoto en particulier.»

 Gunter Pauli est un entrepreneur belge qui parle sur l’importance « d’apprendre de la nature » pour l’implantation des « business models ». Après des années d’expérience, il a conçu un modèle économique basé sur la réutilisation des déchets pour leur donner une valeur ajoutée dans le marché et créer des emplois, du capital social et de la durabilité parmi diverses innovations. Ses publications parlent de projets réalisés mais aussi de projets qui sont en cours maintenant partout dans le monde : Japon, Colombie, Bhutan… En 1994 Gunter Pauli a créé au Japon sa fondation ZERI « Zero Emissions Research and Initiative » (http://www.zeri.org) et se consacra pendant deux ans dans le cadre d’un contrat financé par le gouvernement japonais et avec l’aide de 300 chercheurs du monde entier, à la recherche de solutions et alternatives rentables, réellement non polluantes et créatrices d’emplois. Il nous interpelle avec des innovations disruptives qui peuvent résoudre les crises écologiques que nous traversons. Par exemple, il nous incite à adopter le biomimétisme pour sortir des impasses actuelles. Aujourd’hui, Gunter Pauli essaye parmi ses initiatives de transmettre un message et affirme « qu’il faut changer fondamentalement nos façons de penser. Nous devons créer des chemins pour que nos enfants imaginent un futur différent afin qu’ils ne répètent pas nos erreurs”. Par ailleurs, auteur du livre "The Blue Economy – 10 Years, 100 Innovations, 100 Million Jobs", il nous prouve que nous pouvons changer le monde !

Une conférence « fund raising » en aide au Japon organisée par l’agence Plateforme.

Pour plus d’information téléchargez le formulaire suivant :

http://www.scribd.com/doc/51711950/Conference-Gunter-Gaul...

Low cost, signal faible ou signal fort pour la prochaine décennie ?

Le low cost: anatomie et perspectives d'un modèle

Collection prospective et entreprise n° 15
Eclairages sur les entreprises dans un monde ouvert


Longtemps cantonné à l’aérien et à la distribution alimentaire, le low cost se diffuse aujourd’hui dans de nombreux secteurs : automobile, banque, assurance, services à la personne... Pour autant, dans ces nouveaux domaines, le low costoccupe pour l’heure une part de marché très limitée, contrastant avec l’image d’un modèle gagnant l’ensemble de 
l’économie. 


L’ouvrage propose une analyse précise et pertinente du modèle économique attaché au low cost. Le low cost est considéré ici comme une innovation radicale, de rupture, dont les opérateurs installés doivent tenir compte...

Qu'est-ce que la Beauté au 21éme siècle ? Réponse dans l'ebook (gratuit) de René Villemure

Un moment furtif dans notre existence, ...éphémère comme un mot tracé dans un carreau glacé sous un souffle chaud? Qu'est-ce que la Beauté? C'est dans l'esprit de cette réflexion qu'est né ce projet d'un E-Book sur le sujet réalisé par René Villemure, Président de l’Institut québécois d'éthique appliquée.

Le tout a commencé par une discussion initiée et menée sur la Beauté sur le groupe de l’Observatoire des tendances de Linkedin (http://www.linkedin.com/groups?about=&gid=1416777&...) puis, peu après, est survenue l'idée de condenser et de préserver les contributions et de les offrir au plus grand nombre, afin que la vie, qui est parfois triste, soit un peu plus belle...Cet e book est donc la quintessence de plus de 350 commentaires passionnés.

Un projet ambitieux qui met de l'avant une production web exceptionnelle réalisée par Bleuoutremer, des photos originales de Marc Michiels et de Martin Rondeau puis une trame musicale originale composée par Jeannot Bournival. Tous ont contribué de manière bénévole à ce produit atypique.

Un bel exemple d’intelligence collective et esthétique ! Un ouvrage avec la Québec touche ! Vous pourrez le regarder, l'écouter et vous laisser transporter sur les ailes de la Beauté.

Ce projet est offert en diffusion libre et fait pour être partagé.

La Beauté, c'est pour tous...

Pour télécharger rendez-vous sur..

www.chasseursdetendances.net

 

 

Quel est le péché capital tendance qui va générer le plus de new biz en 2011 ?

Parmi les 7 péchés capitaux, quel est celui qui va générer le plus de nouvelles idées de produits ou de services pour satisfaire le consommateur en 2011 :

  1. la gourmandise
  2. l’envie,
  3. l’orgueil
  4. la paresse
  5. la luxure
  6. l’avarice,
  7. la colère,

Ce classement est une synthèse d'une discussion sur le groupe de l'Observatoire des tendances de Linkedin avec plus de 90 commentaires. Maintenant designez vos prochains produits et services en fonction des péchés capitaux de vos clients !

 

 

 

 

 

 

 

 

SONDAGE FLASH SUR LA TENDANCE CHEMISE HOMME 2011

Quels sont les choix privilégiés de 2011 : fonction, prix, plaisir, dandysme, conscience planétaire, etc ?

 

Choix 1

  • Style
  • Toucher / Sensation tactile notamment avec de nouveaux matériaux, textiles à base de nouvelles fibres (ex bambou), très douces,
  • Prix
  • Originalité

 

Choix 2

  • Cols (Mao, double col, bicolore, etc)
  • Matière légère, anti-transpirante, sans repassage, éco-conçue, 

 

Choix 3

  • Choix dans les tailles
  • Coupe générale
  • Facilité au repassage
  • Légèreté du tissu
  • Marque
  • Produit in Europe ou made in France
  • Qualité

 

Items non retenus par le panel

  • Choix dans les tissus
  • Confort / aisance
  • Couleur
  • Coutures apparentes
  • Doublure intérieure col ou manches
  • Durabilité du modèle
  • Minimalisme
  • Nombre de boutons sur les manchettes
  • Perfection
  • Possibilité de personnalisation avec les initiales ou d’autres détails
  • Possibilité demi mesure ou sur mesure
  • Qualité ou originalité ou nombre de Boutons

 

Merci pour l’aide du panel suivant (chasseurs de tendances sur facebook) !!!

  • Stella Terrat 
  • Laurence Hochart 
  • Steph Deubel 
  • Estelle Gousson 
  • Art Morisson 
  • Nanou Bresmal Zeevart
  • Emily Duret
  • Patrice Lhoumeau 
  • Tony Caffin  

dimanche, 13 mars 2011

Quelle prospective de la spiritualité, du religieux et de l’humanisme ?

Face à la montée de l’égo_opportunisme, pour quand un groupe de réflexion prospectif pour réévaluer ce qui est fondamentalement bon et/ou mauvais pour l’éco système social ? Pour quand une prospective de la spiritualité et de l’humanisme ? 

Après plusieurs décennies de matérialisme, de la course à l’avoir versus être, de l’explosion de l’ego casting et du superMOI, on aurait pu croire que la spiritualité, le divin était mort, puisque la vie s’était réincarnée dans les plasmas, la technologie, le progrès et l’argent… Pour certaines religions traditionnelles, les lieux de culte se sont retrouvés désaffectés. La foi et la spiritualité auraient migré ? Certes il y a eu la vague New Age, le développement personnel pour guérir le mal à l’âme, les réseaux sociaux faisant office de thérapie collective et puis le besoin de croire à des idéologies…non religieuses. Des totems artificiels sont réapparus. Certains se sont lancés dans des rassemblements comme Burning Man au milieu du désert américain  http://fr.wikipedia.org/wiki/Burning_Man . Au bout du bout, après l’hyper consommation, chacun s’aperçoit qu’un home cinéma n’est pas suffisant pour donner du sens à la vie. Certains se sont orientés vers les sectes. On assiste à des résurgences de nouveaux systèmes de morale qui pourraient être une forme de spiritualité. Sur d’autres continents, des religions ancestrales constituent le backbone politique de nations, un référent sociétal, un guide pour leur futur.  La nature ayant horreur du vide, en Amérique du Nord,  des mouvements religieux pentecôtistes, conservateurs, libéraux et réformistes se sont multipliés.   Le créationnisme a trouvé ses adeptes. Alors que le dragon de la mondialisation fait ressurgir des peurs reptiliennes, qui va remporter la mise du « marché de la spiritualité » ? Va-t-on vers une spiritualité ou un sentiment religieux de type pop corn, polymorphe, polycentrique, multipolaire, bespoke ? Le religieux va-t-il être un cheval de Troie ? Les entreprises peuvent être une nouvelle forme de famille ou de secte 2.0, une arche de Noé face à un monde instable ? La génération Y, va-t-elle rendre obsolète ce besoin ancestral de spiritualité ? En bref, c’est quoi l’avenir de la spiritualité ? Des mouvements ou élans collectifs avec des systèmes de croyance ou est ce à chacun de se construire son propre système de valeurs, un eco système pouvant se substituer au besoin de divin ? A moins que nous soyons dans une culture zapping et d’hybridation ? Chacun fait son shopping  spirituel tout au long de sa vie, en fonction de ses rencontres ?

 

Le chien est l’avenir de l’homme

Les Baby boomers ont ouvert la voie, mais avec le développement de la solitude, les animaux de compagnie sont un marché colossal, 200% bankable. Encore plus fort que l’accompagnement des personnes âgées ? Aujourd’hui, les animaux de compagnie sont considérés comme une extension de nous même ou un selon le cas un miroir thérapeutique. Exemples de prestations (liste non limitative)….

  1. Anti dépresseurs  (http://www.psy-luxeuil.fr/article-fait-grave-chiens-et-ch...)
  2. Hôtels de luxe pour animaux (http://fr.oyster.com/hotels/theme/pet-friendly-hotels/pam...)
  3. Sofas pour chiens (http://www.lafavorite.fr/Eng/sofa1.html)
  4. Coach
  5. Coiffeur
  6. Nourriture anti âge ou anti poids
  7. Promeneur d’animaux (http://www.conceptkalin.com/)
  8. Dresseurs comportementalistes
  9. Taxis
  10. Cimetière pour animaux de compagnie
  11. Nourriture ethnique
  12. Médicaments pour soigner l’arthrite
  13. Pilule contraceptive pour chienne
  14. Garderie
  15. Masseurs
  16. Psys
  17. Vétérinaires
  18. Transports premium par avion (http://www.animalairways.com/)
  19. Garde à domicile
  20. Vêtements et bijoux
  21. Pose de cristaux sur les griffes (http://www.calizoo.ca/pose-de-cristaux-swarovski-sur-grif...)
  22. Programmes amincissants 
  23. Spas
  24. Restaurants
  25. Services funéraires
  26. Peignoirs pour animaux de compagnie
  27. Garde du corps
  28. Caisse pour chien design (http://www.alphite.com/13876/)

 

jeudi, 10 mars 2011

Les consommateurs "atypiques" sont arrivés, selon Philippe Lemoine PDG de LASER

Penser et agir différemment , entreprendre librement , consommer autrement ... Tels sont les crédos des consommateurs "atypiques". Non salariés volontaires (ou pas) et donc  à revenus irréguliers choisis (ou subis). Ce sont de consommateurs impliqués, actifs, informés, malins, usagers natifs du Web et solidaires. Ils veulent agir sur le réel grâce à leur mode de consommation, leurs attentions et leurs actions. Ils veulent être et rester "Entrepreneurs de leur vie", selon la formule de LaSer.

LaSer, via son département Étude et Prospective, étudie régulièrement cette population spécifique.Le résultat dévoile une nouvelle terminologie pour qualifier cette cible : les "ego opportunistes". Ils seraient 2,4 millions en France, entre 25 et 35 ans. C'est une population plutôt urbaine, bien éduquée, en couple ou célibataire et solvable. « Ils ne sont pas dupes des codes de la consommation, continue David Stut. Ils possèdent un regard critique. Ils prônent un certain individualisme, tout en étant actifs sur les réseaux sociaux. Enfin, il sont opportunistes. » ... Ils épargnent peu et gèrent l'argent de façon  intuitive. Ce sont des jouisseurs animés par quatre valeurs fondatrices : l'autonomisation, les réseaux, la décompression (ils attirés par le ludique, l'expérience) et l"anti déclassement" (ils succombent facilement à l'hédonisme de classe)...

http://www.e-marketing.fr/Article-A-La-Une/Les-consommate...