Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 septembre 2011

Quelle entreprise en 2021 ?

shiva.jpgDepuis 10 ans nous sommes dans une période où nous vivons des chocs à répétition, des modifications radicales dans les usages, les modes de vie, les comportements, les systèmes de référence. L’entreprise doit s’adapter dans ce maelstrom avec des délais de plus en plus courts. Il faut intégrer en flux continu le développement durable, le consommacteur, la génération Y, le low cost, les médias sociaux, les nouvelles nouvelles technologies, le commerce en ligne, la météo sensibilité, l’hyper concurrence, le nouveau rôle des femmes, la culture individualiste, l’absence de visibilité sur l’évolution des marchés, les difficultés de recrutement adaptés, les normes européennes, les exigences croissantes en matière de sécurité, la financiarisation de l’économie et la course à la rentabilité, la fracture des marchés, la montée des BRIC, la refonte des circuits de distribution, la pénurie de certaines ressources (y compris l’argent) etc  Dans ce shaker géant l’entrepreneur au-delà d’un horizon doit surtout avoir une longueur d’avance sur le changement de paradigme dont l’agenda est encore under construction. La première étape c’est de sortir de schémas de pensée conventionnels comme on peut encore les enseigner dans des grandes écoles de commerce ou dans des courants de pensée mainstream. L’erreur c’est le déni. La culture du vertical et du pouvoir sera de moins en moins viable à long terme, et il faudra être plus transversal et privilégier le soft power, les soft skills, le lien social/sociétal. L’entreprise de demain sera moins sclérosée sur des croyances obsolètes, et beaucoup plus « molle » (plasticité). Il y a ceux qui prennent les virages à temps et les followers (tant pour les salariés, que les entrepreneurs.  Ceux-ci devront faire preuve d’audace, intuition, réactivité, courage, envie, passion, transmetteur de passion, guidant, flexible, à l’écoute, créatif, observateur. Communiquer sera autant important que gérer. Expérimenter plutôt que lire les ouvrages de management. Trouver des solutions, sortir du lot, faire la différence. Savoir détourner et se réinventer de façon décomplexée.  Imaginer des modèles économiques en tirant profit des opportunités qui apparaissent au fur et à mesure. Inspirer le respect. Gérer les transitions. Penser éco système. Savoir faire travailler ensemble des compétences singulières..

mercredi, 21 septembre 2011

C’est l’histoire d’une algue verte…

algues.jpgSi en 2011 certains payent plus de 1000 euros pour faire une cure dans un spa avec des algues, d’autres vont y voir le diable quand l’algue s’échoue sur une plage. Deux notions de la post modernité assez troublantes. Face à un monde où même la nature est mondialisée, certains estiment sous l’emprise du dieu progrès que le progrès devrait être un univers où nous n’aurions que du positif. Il est vrai qu’à force de vivre dans des mégapoles où le temps n’existe plus et la nature limitée à des jardinières, on a oublié que nous vivons dans des éco systèmes vivants et qu’il appartient à chacun de donner son sens à son éco système. Face à un déracinement et un abandon de la fonction de discernement, les débats semblent se réfugier dans l’émotion, les représentations symboliques, les peurs, les ressentis… sans tenir compte des faits, du monde réel. A l’instar de l’économie qui est devenue virtuelle, la pensée serait elle devenue déconnectée de la réalité ? Dans ce théâtre d’ombres chinoises, on agite les algues comme des éventails, sans vraiment réfléchir de façon systémique, à replacer le rôle chaque élément dans un environnement dynamique.

Il est vraisemblable que notre changement de paradigme, provoque plus de tétanie que d’envie d’être acteur, d’apporter sa contribution. La tentation est grande de faire le mort quand il faudrait changer, d’être dans le déni de l’inconfort et opter pour l’indécision.

Après avoir vécu une décennie caractérisée par des chocs à répétition, s’accrocher au connu c’est tentant. A ce titre la société civile organise le statut quo que cela soit dans l’enseignement, les institutions, les croyances, etc pour masquer la nécessité d’une reconstruction du monde (dire ré-enchantement), opter aujourd’hui pour des virages dans nos comportements, stratégies, valeurs.

Dans le même temps, l’individualisme est devenu un nouveau crédo et l’engagement pour des projets collectifs prend d’autres formes, puisque que la générosité, le bénévolat, la coopération gracieuse n’est possible que si cela est compatible avec son propre agenda du bien être… Ce culte du « moi d’abord », devrait vraisemblablement créer un trou générationnel dans les grands projets socio culturels avec une forme de désengagement des citoyens qui vont privilégier leur qualité de vie. Le culte du héros ayant disparu, ceux qui vont faire preuve d’abnégation seront de moins en mois nombreux, et il est possible que les personnages ayant une vocation à être de grands leaders seront des espèces protégées. Pour autant le don de soi et l’implication va toujours exister, mais dans un contexte facilitant (par exemple en postant sur les réseaux sociaux).

Pour vivre dans ce nouveau monde, peut être faudra t il 1, 2 ou 3 générations pour modifier notre « ADN »…En attendant 2 mondes cohabitent et s’ignorent : les boomers qui sont dans une logique du pouvoir et détiennent les manettes (et reproduisent le passé) versus les digital natives qui veulent exprimer leur potentiel mais sans contrainte (et veulent implanter d’autres règles du jeu).

Dans cet entre deux mondes, plus que jamais il faut ouvrir de nouveaux lieux de réflexion, de nouvelles agoras, pour que chacun puisse se réapproprier son environnement, lui trouver du sens, développer son questionnement. Car dans cette période de chaos et d’incertitude, c’est déjà de rendre intelligible son propre environnement local, de recréer du lien social, de produire de nouvelles histoires pour reforger l’envie dans nos trajectoires de vie.

Conférence LE FUTUR DU COMMERCE DE DÉTAIL, le 6 octobre 2011

Un RDV proposé par la Tribune pour imaginer le futur de nos business.

http://www.latribune.fr/conferences-formations/nos-confer...

 

Le commerce de détail européen subit simultanément quatre révolutions :

- un bouleversement sociétal, avec l'émergence d'un consommateur actif mais ambivalent dans ses rapports aux marques et aux enseignes,

- l'explosion du e-commerce,

- et dans ce contexte troublé, la nécessaire réinvention du commerce physique.

 

Sophie Peters, éditorialiste, recevra de nombreux intervenants participeront au scénario de ce film d'anticipation : distributeurs, fournisseurs de moyens de paiement, marketeurs, architectes et urbanistes, pouvoirs publics...

 

INTERVENANTS

  • Catherine Barba: Fondatrice de Malinea Conseil et du lab E-Commerce
  • Yseulis Costes, Co-Fondatrice de 1000Mercis
  • Cedric Ducrocq : PDG et fondateur de Dia-Mart, groupe de conseil en marketing et management spécialisé dans la distribution et les réseaux.
  • Ulric Jérôme, Directeur exécutif de Pixmania.com
  • Guillaume Van Gaver, PDG Phone House
  • Franck Rosenthal : Expert en marketing retail Fondateur de Frank Rosenthal Conseils co-fondateur du blog Nouveaux Concepts
  • Olivier Badot : Doyen à la Recherche de l'ESCP Europe et Professeur à l'Université de Caen (IAE/NIMEC)
  • Antoine Levan, Directeur Marketing et communication de Réseau Clubs Bouygues Telecom
  • Valérie Lourdel: Directrice Relation externe CREDOC
  • Jean-Claude Prinz: Architecte d'intérieur/designer/enseignant,  partenaire de l'Agence de design AKDV
  • Christophe Nepveux: KWIXO (M Paiement)
  • François Momboisse: Président de la FEVAD, Directeur des relations institutionnelles de la FNAC
  • Augustin: co-fondateur de  Michel&Augustin
  • Bruno Marzloff, Sociologue, Directeur  Groupe Chronos
  • Olivier Macard, Associé Responsable Mondial de l'activité distribution d'Ernst&Young
  • Luc Balleroy, Directeur Général OpinionwayStefan Vanoverbeke, DG IKEA France
  • Philippe Torrès,  Directeur Conseils et stratégie numérique Atelier BNP Paribas
  • Adeline Attia, Directrice de Allegoria Consultants
  • Jérome Chasquès, PDG de Tribalista.com

 

PROGRAMME

9h - 10h45 :Décryptage de Tendances: Nouveaux dialogues /  Les études, les acteurs, les attentes des consommateurs, les déplacements urbains, ...

11h15- 12h45 Quels points de vente pour quels clients? Les nouvelles voies du commerce physique, nouveaux concepts,... Les offres des marques et des enseignes,...

14h00- 15h30 Impact du e-commerce sur les consommateurs. / Relations plus riche, nouveaux canaux / Les secteurs à conquérir, fidélisation, gestion de la relation,...

16h00 - 17h30 Le commerce sans frontière / Social shopping, e- commerce / L'enjeu des modes de paiement, Personnal Branding, ...

17h30-18h00 / Le commerce en 2020

 

dimanche, 10 juillet 2011

Le WEB un outil privilégié pour sentir l'air du temps...

Pour capter l’air du temps et les signaux faibles sur la planète digitale, quels sont médias et vecteurs sociaux préférés pour s'alimenter en information ? Quelques pistes ! N'hésitez pas à réagir et enrichir cette première liste !

  1. Plate formes de partage de documents (ex : Calaméo, Slide share, etc)
  2. Plate formes Vidéo (ex : Youtube, Daily motion, etc)
  3. Netvibes
  4. Blogs France
  5. Blogs hors France
  6. Twitter
  7. Groupes Linkedin
  8. Groupes Viadeo
  9. Google+
  10. Tumblr
  11. Mes Google Alertes
  12. Alerti (alertes)
  13. Netvibes
  14. Flickr
  15. Newsletters électroniques
  16. Flux RSS
  17. Outils payants de recherche
  18. Outils de mesure d'influence ou de réputation
  19. Xing
  20. Sites communautaires
  21. Médias online
  22. Chat
  23. Posterous
  24. Scoop.it
  25. Podcasts
  26. Forums
  27. Stumbleupon
  28. Webinar
  29. Paper.li

LIFT 2011 / MARSEILLE / SLOGAN : Be Radical !!!

 

LIFT 2011 / MARSEILLE / SLOGAN : Be Radical !!!

 

Lift est une conférence internationale annuelle qui explore les implications sociales des nouvelles technologies, considérant qu'anticiper le changement permet de le transformer en opportunité. Lift France s’est focalisé cette année sur l'innovation de rupture : quand la technologie contribue à redéfinir les termes de référence d'un marché, un secteur tout entier, un morceau de société... Un événement permettant de mesurer les défis et opportunités des technologies de demain, rencontrer ceux qui transforment le monde, et construire sa propre vision.

 

Toutefois l’aspect unique de LIFT c’est que le bénéfice est autant dans le contenu intellectuel du programme, que dans l’expérience de l’événement puisque l’on pratique en live les transformations des usages et comportements : open culture, participatif, transversal, coworking, networking, adaptatif, expérimental, etc A ce titre on notera cette année la LIFT EXPERIENCE qui permettait aux participants d’expérimenter des innovations en phase béta montrant des pistes possibles pour notre futur.

 

 

 

http://liftconference.com/fr/lift-france-11/home_fr

 

http://twitter.com/#!/liftconference

 

 

 

EXEMPLES DE THEMES TRAITES en plénière ou workshop ou autres formats d’animations :

 

  1. Big Bang Workshop: Hack a Social Entrepreneur & shake the world in a morning.
  2. Building the Urban Web. Here. Now.
  3. CARE - Innovation radicale dans la santé et le bien-être…Des réseaux de patients à la génomique personnelle, de la recherche de l'autonomie et du bien-être aux biotechnologies "faites-le vous-même", des technologies nouvelles et de nouveaux modèles d'affaire s'apprêtent à transformer pour toujours le monde de la santé. Celui-ci y est-il prêt ?
  4. Comment le livre numérique peut-il s'adresser au non-lecteur ?
  5. Concevoir une ville pour la consommation collaborative : atelier de prototypage urbain
  6. Datajournalisme, un an après
  7. Digital Challenges, 2012-2014 / Questions Numériques 2012-2014
  8. Gérer son identité numérique
  9. INNOVATION FUTURES Innovating within innovations challenges...
  10. Innovation monétaire : repoussons les limites de la monnaie
  11. Le conseil citoyen : Favoriser le passage à l'échelle de l'innovation sociale
  12. les "Smart cities"
  13. L'état des technologies émergentes
  14. Memory Feed: Reclaiming a Sense of Place through Mobile Augmented Reality
  15. Modèles d'innovation ouverte et grand-ouverte, aujourd'hui et demain
  16. Nous sommes tous des capteurs !
  17. Pourquoi et comment co-créer avec les consommateurs ?
  18. Ruptures dans l'innovation…L'internet a radicalement abaissé les barrières à l'innovation dans les services numériques. Aujourd'hui, le même phénomène est à l'œuvre dans l'industrie, les sciences de la vie, la finance, les services urbains… Comment, avec qui innover dans ce nouveau paysage ? Quel est le rôle des grandes entreprises ?
  19. SLOW - Retrouver la maîtrise du temps… Les technologies accélèrent nos rythmes de vie et de travail, les cycles économiques. Elles accompagnent une sur-sollicitation permanente, une interpénétration des temps de travail et de vie. L'aspiration à reprendre le contrôle du temps monte chez les individus comme dans les organisations. Qui pourra nous en donner les moyens, et comment ?
  20. Une vie 100% Collaborative… suivez Barnabé
  21. URBAN - Avec qui, pour quoi, faire la "ville intelligente" ? Nous voulons tous des villes plus vertes, plus sûres, plus participative, vivantes et moins congestionnées. Ces objectifs nécessitent plus que des solutions technologiques et un leadership affirmé. Or, les projets de "Smart Cities" actuels sont pour la plupart ancrés dans ces approches alors que d'autres composantes doivent être considérées : écosystèmes d'innovation ouverte, politique d'empowerment, le partage délibéré de ressources urbaines (de l'infrastructure aux systèmes d’informations)... Cette session se demandera comment créer des villes intelligentes, ouvertes et habitables.
  22. Venez inventer les nouvelles manières d'habiter
  23. Walk and talk: a gyrovague & poetic observation workshop
  24. Cartographier la mobilité
  25. WORK/LEARN: Transformer nos manières de travailler, d'innover et d'apprendre…A quoi ressemblera l'organisation du XXIe siècle ? A un réseau, une nébuleuse, ou à une entreprise où tout est norme et processus ? Comment ces deux cultures, ces deux manières de produire et d'innover, peuvent-elles fonctionner ensemble ? Et, alors que l'éducation a beaucoup moins changé que le reste de la société, comment se préparer à un monde où chacun apprend à chacun, tout le temps, partout

 

PARMI LES INTERVENANTS DE L’EDITION 2011 LIFT

 


La chercheuse de référence sur la mondialisation, les villes globales et le rôle des technologies

Saskia Sassen est une des chercheuses de référence au niveau mondial sur la globalisation, les migrations, les villes globales, le rôle des technologies, et les transformations de l'Etat libéral qui découlent de la mondialisation.

 

Directeur général de NESTA

Geoff Mulgan dirige le NESTA, un organisme britannique de référence sur l'innovation et les rapports entre science, technologie et arts. De 2004 à 2011, il était le premier directeur de la Young Foundation, qui est devenu un des pôles majeurs de l'innovation sociale, combinant des activités de recherche, la création d'entreprises sociales et la conduite de projets sur le terrain.

 

Directeur de la R&D de PatientsLikeMe

Paul Wicks dirige la R&D de PatientsLikeMe, une entreprise qui construit des communautés en ligne pour des patients atteints de maladies chroniques. Le site donne aux malades la capacité de partager leurs informations afin d'améliorer leur vie et de faciliter la recherche.

 

Innovatrice de la mobilité, fondatrice de Buzzcar

Robin Chase est une innovatrice de la mobilité. Après Zipcar (la plus importante entreprise d'autopartage du monde) et GoLoco (qui associe covoiturage et réseaux sociaux), elle a créé Buzzcar, une place de marché de l'autopartage qui met en relation des conducteurs et des possesseurs d'automobiles.

 

Astrophysicien, président de l'Observatoire Leonardo pour les Arts et les Techno-Sciences

Roger Malina : Directeur du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille Provence, ancien directeur de l'Observatoire de la NASA à l'Université de Berkeley. Fondateur de l'Observatoire Leonardo qui promeut l'interaction entre les Arts et les Techno-Sciences.

 

Blogueuse, activiste numérique, directrice des programmes d'Ushahidi.com

Juliana Rotich est une blogueuse, une militante numérique et la rédactrice en chef "Environnement" de Global Voices Online. Elle dirige également les projets d'Ushahidi.com, une start-up innovante à but non lucratif qui crée des outils et des espaces de partage pour cartographier les crises.

 

Architecte et designeuse, met l'innovation au service de modes de vie durables

Architecte et designeuse, au sein du Politecnico di Milano, Anna Meroni pilote plusieurs projets dans lesquels le design de service et l'innovation sont mis au service de modes de vie durables.

 

Designer, auteur, fondateur d'Urbanscale

Adam Greenfield est l'auteur d'Everyware: la révolution de l'ubimedia (2006). En 12 ans d'expérience du design de produits et services interactifs - dont 2 en charge du design des services et des interfaces de Nokia -, il se consacre aujourd'hui à répondre aux besoins des humains ordinaires exposés aux technologies émergentes.

 

Journaliste, Internet Actu

Journaliste professionnel, Rémi Sussan s'intéresse principalement aux technologies émergentes et aux "NBIC" (Nano-Bio-IT-Cognition). Il est l'auteur de "Les utopies posthumaines" (Omniscience, 2005), "Optimiser son cerveau" (Fyp, 2009) et "Demain, les mondes virtuels" (Fyp, 2009).

 

Datajournaliste, Owni.fr

En charge du pôle datajournalisme chez OWNI, Nicolas Kayser-Bril travaille avec des designers, des developpeurs et des journalistes pour produire des applications de journalisme augmenté de données et de code, mettre en place des actions de crowdsourcing et des serious games.

 

L'un des communicants derrière la Fiat Mio, la première voiture co-conçue avec ses futurs conducteurs

Professionnel du marketing et de la communication au Brésil et au Royaume-Uni, Gabriel Borges est l'un des hommes derrière la Fiat Mio, la première voiture co-conçue avec ses futurs conducteurs.

 

Architecte et urbaniste, UFO

Alain Renk combine les activités opérationnelles dans le monde numérique (jeux vidéo avec Ubisoft) et dans le domaine de l'architecture (Living Lab pour Orange R &D). En 2010, il a fondé la start-up UFO dédiée à l'urbanisme ouvert et collaboratif.

 

Fondateur du projet "Prothèses libres"

Ancien officier des Marines, actuellement doctorant en ingénierie biomédicale, Jonathan a perdu son avant-bras droit en Irak. Il se consacre depuis à l'avancement de la prosthétique, d'abord dans le cadre du projet "Revolutionizing Prosthetics" du DARPA, puis en créant le projet "Open Prosthetics".

 

Prospective de l'innovation

Philine Warnke est chercheuse au Fraunhofer Institute, spécialisée sur la prospective et la gestion de l'innovation. Elle pilote le projet européen Innovation Futures (INFU), qui explore différents scénarios pour l'avenir de l'innovation.

 

Fondateur et Président de Comuto

Frédéric Mazzella : Avec plus d’1 Million de membres et 200 000 trajets par mois, Covoiturage.fr est le leader du covoiturage en France. Comuto édite également des plateformes de covoiturage en marque blanche pour ses clients, parmi lesquels IKEA, Carrefour, Vinci, Orange, Renault et de nombreuses collectivités locales.

 

Cofondateur de la place de marché communautaire Gidsy

Après avoir cofondé, à 22 ans, le plus important mouvement "Open data" des Pays-Bas, Edial Dekker est parti à Berlin pour fonder Gidsy, une place de marché communautaire où tout le monde peut offrir et demander des services, des visites touristiques et des expériences locales.

 

Journaliste indépendant, fondateur de Low-Tech Magazine

Kris de Decker est Journaliste indépendant et créateur dewww.lowtechmagazine.com. Low-Tech Magazine refuse de considérer que tout problème possède une solution technologique.

 

Team Academy, Monkey Business

Ville Keränen : Geek et "designer d'apprentissage", fondateur de Monkey Business, qui "crée des organisations prêtes pour le futur" en réinventant la formation et l'apprentissage.

 

Chercheuse, innovation par l'usage, projet Homesense

Chercheuse, Georgina Voss s'intéresse à l'innovation "hors norme" et par l'usage, à l'éthique des technologies et des affaires, au genre et à la sexualité. Elle dirige le projet Homesense, et explore par ailleurs les attitudes et les pratiques individuelles autour des technologies à faible impact écologique.

 

Fondateur de la FING

Daniel Kaplan est le délégué général de la Fondation pour l’Internet Nouvelle Génération (FING), un projet collectif et ouvert qui se consacre à repérer, stimuler et valoriser l’innovation dans les services et les usages du numérique et des réseaux.

 

Designer et chercheur

Tobie Kerridge : Designer britannique, en charge du projet Material Beliefs, qui associe le public dès la phase de recherche sur les technologies les plus en pointe.

 

P-DG de LaSer et président de la Fing, fondateur du Forum d'action modernités

Philippe Lemoine est souvent présenté comme l'un des "grands patrons qui pensent". Il est P-DG de LaSer, leader européen des services d'intermédiation et de relation client, et président du Forum d'action modernités, qui "rassemble les avant-gardes engagées dans la production du futur".

 

Prospectiviste, explorateur de "l'informatique contemplative"

Alex Soojung-Kim Pang : Prospectiviste de la science et de la technologie, chercheur, il explore actuellement "l'informatique contemplative", une approche des technologies de l'information qui promeut la réflexivité et la concentration chez les utilisateurs.

 


 

 

 

 

samedi, 09 juillet 2011

Quel chasseur de tendances souhaitez vous être en 2011 ?

Catalogue 2011 avec 40 profils différents selon votre personnalité...

  1. L’activiste, qui soutient une cause, une idée qu'il souhaite partager avec le monde entier
  2. L’agrégateur de tendances et signaux faibles)
  3. L’amateur
  4. L’avant gardiste qui pratique dans la vraie vie (pas celui parle de l’avant-garde de façon conceptuelle)
  5. L’early adopter
  6. L’expert/la référence absolue dans un secteur, personne qui fait autorité, qui crée l'actualité dans un secteur
  7. L’explorateur
  8. L’hacktiviste, soutient une cause mais en mode guérilla
  9. L’influenceur
  10. L’innovateur
  11. L’observateur / l’observeur
  12. La célébrité, celui qui a un grand pouvoir d'influence, ascendant spin doctor
  13. Le « syndicator »  qui veille sur ce qui est tendance et partage le meilleur avec son réseau
  14. Le «socialiseur»
  15. Le capteur de signaux et d’influences
  16. Le causeur qui aime être à l'initiative de scoops et tient en haleine ses membres
  17. Le créatif décalé
  18. Le crowdsourceur qui identifie les tendances émergentes à partir des médias sociaux
  19. Le curator qui filtre, partage le meilleur contenu sur un thème précis
  20. Le customizer d’innovations
  21. Le data journaliste
  22. Le débusqueur de signaux faibles
  23. Le diffuseur
  24. Le faiseur d'opinion
  25. Le feeder, un utilisateur qui offre un flux d'informations constants dans un domaine à ses abonnés
  26. Le gourou
  27. Le lead user
  28. Le leader d'opinion
  29. Le néodandy chic et décalé
  30. Le passeur de savoirs
  31. Le pratiquant de la prospective_entertainment
  32. Le précurseur
  33. Le provocateur_non conformiste_iconoclaste
  34. Le réseauteur / networker
  35. Le retwittor (qui va faire suivre instinctivement)
  36. Le spécialiste
  37. Le tendanceur barge & glamour
  38. Le trickster
  39. Le troll
  40. Le veilleur

Enseignement / Formation du futur : première approche

Nous devrions être dans un changement de paradigme incroyable en matière d’éducation et pour autant les parents, l’école, les professeurs… continuent à reproduire un système éducatif inadapté qui vont « fabriquer » des profils obsolètes. Si dans le passé nous étions dans un format éducatif normatif où il fallait apprendre par cœur des datas et le critère de succès était la mémorisation, il est plus que tangible que le fait de savoir est moins pertinent alors dorénavant tout est disponible sur le WEB… Nulle part on enseigne la vraie vie, on développe des habiletés, des savoir faire, les bons réflexes pour le discernement, favoriser l’apprentissage par l’expérience, apprendre à apprendre, etc Nous sommes en fin de course d’un système. On voit en parallèle les transformations des individus : capacité limitée à assimiler des contenus informationnels dans un cadre linéaire, désorientation avec l’infobésité, résistance aux injonctions, troubles comportementaux, codes spécifiques de la génération Y, baisse de la capacité d’attention, individualisme, fin du rapport « enfant/parent » (cf. analyse transactionnelle) dans l’enseignement, etc La France est en retard par rapport à d’autres nations. Il est possible qu’un jour nous irons passerons d’un système centralisé « old school » (reliquat de Colbert ?), à une version distribuée plus personnalisée, avec plus de diversité, plus d’innovations, des programmes de tutorat/mentorat. Toutefois, dans cette nouvelle version l’individu aura une responsabilité individuelle plus forte dans sa progression. Encore faut il que le système éducatif favorise la créativité, le droit à la différence, la réflexion non conventionnelle, les modes de pensée transverses, le non linéaire.

 

En attendant voici quelques items pour réfléchir sur la prospective de l’éducation et booster la réflexion :

  1. Absence de discernement et/ou dispersion ?
  2. Absence de repères ?
  3. Auto formation / Self learning
  4. Baisse de la capacité d’attention ?
  5. Besoin de sens / quête d’un monde alternatif moins normatif ?
  6. Besoins des parcours scolaires pour les ruraux et néo ruraux ?
  7. Brassage cultures et ethnies ?
  8. Course après le temps et immédiateté ?
  9. Culture de l’individualisme ?
  10. Culture du court terme (absence de capacité à prendre du recul) ?
  11. Culture du moindre effort ?
  12. Culture générale en berne ?
  13. Culture google (avec le problème de la réduction du champ des réflexions) ?
  14. Culture mobile (usage des smartphones, mobiles, tablettes) ?
  15. Culture spécifique de la génération Y, des digital natives, de la génération Nintendo ?
  16. Culture vidéo (prédominance de support de communication) ?
  17. Culture wiki (tout le savoir du monde en libre service) ?
  18. Découragement, cynisme, « désabusement » ?
  19. Défiance enseignant / élève ?
  20. Désengagement des parents ?
  21. Désorientation ?
  22. Développement de filières éducatives ethniques ?
  23. Développement de l’alternance ?
  24. Développement de l’Enseignement privé ?
  25. Développement de la pauvreté ?
  26. Développement du soutien scolaire/coaching privé ?
  27. Diffusion de contenus facilitant le self earning (tutoriels, wikis, supports sur plate forme de partage de documents type slideshare, etc)
  28. Dissonances cognitives ?
  29. E learning ?
  30. E skills ?
  31. Edutaitement (education + entertainment) ?
  32. Enseignement à deux vitesses ?
  33. Expansion de l’analphabétisme ?
  34. Fin du rapport d’autorité enseignant / élève ?
  35. Financiarisation de l’éducation notamment par l’entrée de l’entreprise dans certaines filières
  36. Fracture sociale ?
  37. Fragmentation de la pensée / du cerveau ?
  38. Gamification ?
  39. Incivilité ?
  40. Infobésité ?
  41. Infotaitement ?
  42. Irrespect ?
  43. La fin de la suprématie de l’expertise du professeur et de l’enseignant dans un monde 2.0 ?
  44. La personnalisation de l’enseignement ?
  45. La primauté au savoir faire sur le savoir ?
  46. M Learning ?
  47. Maintstream ?
  48. Montée du mode de pensée multi tâche ?
  49. Parité homme / femme ?
  50. Phénomènes de fatigue / Problèmes des biorythmes ?
  51. Prime donnée au piston versus le diplôme dans les parcours de vie ?
  52. Retrait de l’Etat du système éducatif ?
  53. Un monde d’information de type pop corn / halo ?
  54. Violence dans l’école ou tout lieu d’enseignement ?
  55. Virtualisation du monde ?

dimanche, 03 juillet 2011

10 idées pour gérer les futur(s), selon 10 gourous

 

1_BJ Fogg

Big Idea: Mobile technology will be the most powerful way to influence consumers in the next 15 years.

2_Patrick Lencioni

Big Idea: Most executives don't realize that the internal health of a company is key to its success.

3_Rakesh Khurana

Big Idea: Charismatic CEOs don't work; management needs to become a profession, like law.

4_Valerie Casey

Big Idea: A Kyoto Protocol for designers

5_Don Sull

Big Idea: Welcome uncertainty in turbulent times.

6_Joel Podolny

Big Idea: Business schools must teach real-life problem solving.

7_Nouriel Roubini

Big Idea: Create a new global regulatory framework.

8_Janine Benyus

Big Idea: Innovate by imitating, or "mimicking" nature.

9_Dan Ariely

Big Idea: People are predictably irrational

10_Niko Canner

Big Idea: Companies tend to avoid change, or change at the expense of their core strengths.

 

Source :

http://money.cnn.com/galleries/2008/fortune/0811/gallery.10_new_gurus.fortune/10.html

En 2011/2012 c’est le grand fashioning et le streching du futur

peclers 1.jpgLa nouvelle livraison du cahier Futur(s) de PECLERS permet aux entreprises de réfléchir « out of the box » en identifiant rapidement les tendances socioculturelles émergentes. Le produit a été conçu par Emma Fric, Directrice Recherche et Prospective, ses équipes et un team éclectique de contributeurs. Beaucoup TRANS- et de FLEX- dans le discours ! 3 grands courants ont été identifiés :

 

_Transevolution

_Extension

_Eunomia

Un avenir plutôt encourageant où l’individu joue un rôle important. N’ayez plus être de votre multiplicité, de conjuguer les contraires, de cultiver la paresse, d’embrasser la sérendipité, d’être toujours open, d’être non conformiste, de « danser », de « toucher ». Le grand balancier a encore frappé, il nous allons regéographier le monde. Pas d’énormes révolutions, mais une forme de glissement subtil que les marques doivent anticiper dès maintenant afin aussi d'avoir une stratégie d'innovation en flux continu avec des expériences béta, certes une forme d'instabilité inhabituelle !

Pour acheter ce nouveau cahier de tendances…

http://www.peclersparis.com/ (Bénédictes Destombes)

Pour un article d’Influencia…

http://www.influencia.net/fr/actualites1/scenarios-futur-...

dimanche, 26 juin 2011

Les lieux cultes pour observer l'air du temps en 2011 et chasser les tendances

Voilà le hit parade des membres de l'Observatoire des tendances sur Linkedin : quartiers, villes, régions, métropoles ou pays pour trouver de l’inspiration, humer l’air du temps, observer les vibrations du monde, s'étonner d'innovations, voir les nouveaux usages ou comportements. A chaccun sa vision ! (classement par ordre alpha des contributeurs). Grosso modo : soit vous avez des lieux cultes, soit vous misez sur le voyage sur la planète web ou bien vous misez sur la rue. Bien sûr vous pouvez combiner !

 

1.Anne Froget • un mélange de New York, d'un moment de recueillement auprès du Dalaï Lama et un périple en Croatie

2.Audrey Benoît • Un lac sauvage, Barcelone & une bibliothèque.

3.Audrey Schaditzki • Londres, Berlin, New York

4.Benjamin Rabier • La rue à Stockholm, SF, Londres

5.Bernard PEYRICAL • le bar Jean à Biarritz; Berlin ; Sao Paulo

6.Claire Durand-Gasselin • La Gaieté Lyrique à Paris, Camden à Londres, et... le ciel ? :)

7.Claire Limozin • devant la Méditerranée - tout me parle la mer aux couleurs changeantes, un bateau qui passe - je suis dedans et je pars au bout du monde - c'est ma façon à moi d'éliminer toute la noirceur de la vie - un bobo - du spleen - et me voilà au bord de l'eau je respire à plein poumons et je revis!!!!! c'est merveilleux

8.Déborah Changeur • Rome, Positano et Amalfi ;-)

9.Délia Figueira • Paris bien sur, n importe quelle métropole chinoise et San Francisco.

10.Delphine Jarosinski • Faire la file chez Nespresso, édifiant...

11.Delphine Jarosinski • Le métro!

12.Fairouz BETTAYEB • Andalousie, Madrid, Lisbonne, Berlin, Amsterdam, Lausanne

13.Gabor Breznay • New York, Budapest, Shanghai

14.Geoffroy Verney-Carron • Shanghai, New York & Corée (le nouveau Japon) mais aussi dans presque n'importe quelle rue de n'importe quel pays. Il y a toujours des surprises à découvrir.

15.Georges Van Simpsen • Bopal, Tchernobyl, Fukushima.

16.Gérard Leclerc • Un seul : le barachois de l'autre côté du Rocher Percé en Gaspésie au soleil levant en été.

17.Herve CHRISTOFOL • S'il s'agit de la mode alors Londres, New-York, Séoul, mais s'il s'agit de comportement politique alors Barcelone, Athènes, Bastille …

18.Hervé Gastineau • Bagdad, Kaboul et Téhéran.

19.Houria Ariane • Paris, du côté du marais...de celui de la place du Tertre...Montmartre

20.Jean Cloutier • Penser à Québec, Shangaï et Mumbai sur une péniche du Canal du midi en revenant de Provence

21.Judith Aquien • Centre Pompidou - Paris // Chelsea Market + Apple Store - New York // Design in Amsterdam

22.Karine Halpern • Suis d'accord avec Pierre et François (donc je quitterais Paris pour la lune et l'Amazonie). Fin des clichés, ouverture vers les archétypes (McLuhan).

23.Karine Halpern • Twitter Land, Wiki and Clouds ...

24.Katherine Friedli • La rue.

25.Laetitia Guenaou • La mode, l'architecture, le mode de vie, la musique...

26.Laetitia Guenaou • Russie, Chine, et Inde. Surtout plus Paris malheureusement, il y a juste à regarder les gens, tous déjà vieux dans leurs têtes et dans leurs styles!!!

27.Laetitia Langeix • Tunis, La Rochelle et Québec !

28.Liliane GONZALEZ • les lieux de partance et de transhumance humaine, riches d'infos tant sur le paraître, les groupes, leurs comportements, leurs appartenances...

29.Loic Bizel • Tokyo! Shibuya Jinnan, 109, Daikanyama, Aoyama, Harajuku are very inspiring for Japanese fashion trends.  Bic Camera Yurakucho, Labi are very interesting for all the mobile phone and smart phones accessories as well as the latest hi-tech products. If you want to discover more, come and join our customized www.tokyofashiontour.com or if you can not come, you can follow www.fashioninjapan.com  on the web and most of the SNS (Follow Tokyo Fashion Trends on :  www.twitter.com/FashionJapan  | www.facebook.com/group "FashionJapan" | www.linkedin.com : "Japanese Fashion Trends" | Instagram Appli "@japanfashion") 

30.Longpre Robert-Charles • New-York, Bejing. J'hésite après, entre Paris, Londres et Washington ; alors mon 3éme lieu culte sera Milan! ;-)

31.Louise Lanctôt • Mes trois lieux pour comprendre les liens, comprendre le réseautage, vibrer ou danser avec les ordres de l'univers, il y a d'abord Baie Saint-Paul, comme un élément «des dialogues entre ciel et vie», comme dit si bien Hubert Reeves, Menton comme chaînon entre la France et l'Italie, enfin mon jardin pour dénouer les noeuds informationnels dans la paix et la beauté.

32.Louise Marchildon • L'Inde, la Chine et la Grèce qui doit se réinventer...

33.Lucie Raynal • Trouver l'inspiration ? Je dirais Montréal, mon jardin l'été et mon prochain voyage...

34.Marc Touati • Les tendances : Tokyo, Londres et NYC

35.Marianne Carron • … je hume l'air du temps où je suis et avec tous les sens, ....en Suisse en l'occurrence, où, comme la Belgique et d'autres pays qui chevauchent plusieurs cultures officielles, il y a en ce moment la préfiguration des modes de relation avenirs, problèmes et recherches de solutions.

36.Marie DE LA FRESNAYE • Paris et peu cité alors que le "Futur en Seine" c'est maintenant (Passage de l'innovation, 104 et Gaîté lyrique) la fête du numérique dans 70 lieux Ile de France

37.Marie Lambillotte • Llassa, New York, Londres

38.Marie Raichvarg • Le Brésil, Tokyo ... Berlin

39.Marie-Annick Gouguenheim • Chine, Inde et Brésil...

40.Maryline Passini • un coin parmi les fleurs ; le désert, les exoplanètes

41.Mathieu Forestier • Internet, la presse et la rue

42.Mei Duong • Vietnam, Mexique et Berlin

43.Meunier philippe • Londres, Paris , Alger. Londres pour sa place financière, paris pour son esthétique, Alger parce que rien ne bouge et si !!!!!!!!!!!!!!!

44.Meunier Philippe • mais si vous voulez des sensations, au sens premier du terme alors : Polynésie, Madagascar et l’Ile de Pâques !!!

45.Nadège De La Conté • Londres, India, et Paris parce que malgré tout c'est universel...même si il ne faudrait pas que cela soit juste une carte postale !

46.Patrick Cappelli • Bangkok (Blade Runner city), Bombay (l'Inde, un pays univers), Londres (une vraie métropole cosmopolite),

47.Pergentino Mendes de Almeida • Ce qu'on chantait avant La Guerre, je crois que c'est toujours (ou encore) actuel: "Paris, toujours Paris". Eh bien, peut-être Manhattan comme une alternative.

48.Pierre Bourgeois • New York, Bourgogne, Québec...

49.Pierre Bourgeois • Paris n'est pas pour l'instant dans l'air du temps. Une ville de "Vieux" comme le souligne souvent les jeunes générations (et en particulier les étudiants). Et tout ce qui s'y prépare (type fêtes du numérique, etc...) existe depuis déjà longtemps dans d'autres capitales, et même dans certaines villes de provinces... Mais parions que la situation est provisoire. Cette capitale n'est pas ouverte, ni sur le monde ni sur l'hexagone.

50.Rogerio MONTEIRO DE OLIVEIRA • C'est parce que justement le Brésil est un peu lieu d'expérimentation que je change d'axe: fini le Mumbaï, Shangaï, DubaÏ or good-bye. Place à l'éternelle Barça, bien que son pays boite... place à Salvador de Bahia et puis place à Doha, avec ses pétrodollars et son Al Jezira.

51.Rogerio MONTEIRO DE OLIVEIRA • Mumbai, Dubai, Shangaï or good bye...

52.Sandrine Matichard • Tous les taxis du monde

53.Sylvie Roy • Je dirais le Plateau Mont-Royal à Montréal, le quartier Chelsea à New York, plus Rome.

54.Veronika Janicki • Turquie/simplicité volontaire/syndicats/la bourse:(/nos cœurs

55.Véronique Devos • Russie, Chine, Inde, Japon...

56.Véronique GILLES • L'Inde, New York et Pékin

57.Véronique Thouvenin • Comme ce serait bien d'avoir des lieux référents !! tendances émergentes, tendances lourdes, socio, conso , quelles tendances pour quels marchés ? Internet est pour moi le lieu culte + bouger + observer parler

58.Virginie Simon • L'Andalousie, NYC et Berlin!

59.Yannick Le Thiec • Shanghai, San Francisco & India

samedi, 18 juin 2011

Le medley du G21 : La durabilité à la Suisse sur Twitter

Le développement durable est avant tout une réflexion sur la façon dont nous allons transmettre la planète aux générations futures et à ce titre un thème prospectif. Pour réfléchir aux nouveaux chemins  de la croissance soutenable le think tank a organisé un G21. Pour ceux qui n’ont pas pu y assister, voilà un best of de citations lors de la convention qui durait 2 jours sur le fil twitter #forumG21. Attention les tweets sont avant tout des fulgurances en temps réel lorsque les orateurs s’expriment et il ne s’agit pas d’une retranscription. Pour autant, cela donne l’ambiance, l’air du temps…suisse. A retenir que nos amis suisses ont une vision moins normative du développement durable, pour laisser la place aux expériences … permettant de stimuler des innovations concrètes dans le monde réel, plutôt que de grands discours ou gesticulations ! RDV sur http://www.g-21.ch/ Merci à Barbara Steudler et à toute son équipe ! Un sourire peut changer le monde !


  1. Au japon, la population a dépassé la tendance "consommer mieux et éthique" et est entrée dans la déconsommation
  2. Il y a une demande du consommateur aujourd'hui en termes de transparence, d'éthique. Jean-Manuel Bluet, dir DD de Nestlé
  3. L'enjeu c'est de faire simple pour expliquer le parcours complet d'un produit au consommateur. R.Cornelius
  4. Post-nucléaire : comment repenser l'économie sur un modèle durable -  Analyse de Hervé Naillon.
  5. Il va falloir que le 21ème siècle soit beaucoup plus féminin! H. Naillon
  6. Time TO think sustainably!
  7. 9 personnes sur 10 se disent concerné par le dd mais 9 sur 10 ne consomment pas durable #unilever
  8. Exigez un deuxième pilier éthique à vos employeurs si vous ne voulez pas soutenir le nucléaire et les armes
  9.  Le concept de développement durable est fortement lié à la notion de responsabilité
  10. Très regrettable qu'ils n'aient pas été là. R. Cornelius : dans ce débat, COOP et Migros sont absents.
  11. Remise du Prix #Femina de la micro-entrepreneuse 2011 par Mmes Y. Jaggi, A. Lehmann et A. Chevillot à V. Burket, vigneronne
  12. « On peut avoir une croissance tout en diminuant notre impact sur la planète » R. Domjan #planetsolar
  13. Le concept de développement durable est fortement lié à la notion de responsabilité
  14. "Les acteurs du développement durable, aujourd'hui, se comprennent" J. Laville
  15. Plus de femmes à la tête des entreprises, une des pistes pour sauver la planète? #Anne Catherine Menetrey-Savary
  16. La terre dans la Beauce est morte et il faudra longtemps pour la régénérer !
  17. Rectification par Y.Loerincik. Le bio n'est pas mieux que l'agriculture intensive au niveau de l'impact CO2
  18. Le bio n'est pas forcément meilleur pour l'environnement - P. Greverath-Nestlé
  19. Les femmes un avantage concurrentiel pour les entreprises
  20. Plus de femmes à la tête des entreprises, une des pistes pour sauver la planète? #Anne Catherine Menetrey-Savary
  21. La terre dans la Beauce est morte et il faudra longtemps pour la régénérer
  22. Problème de consensus sur l'étiquetage environnemental à Lausanne !
  23. Ovation à Nestlé par R. Cornelius qui exprime que dans ce débat, COOP et Migros ne sont pas venus. Merci d'être venu!
  24. Le coton, c'est finalement une connerie! Trop d'impact, trop d'eau - R. Cornelius
  25. Ouf:-] on peut encore manger du bio!
  26. Rectification par Y.Loerincik. Le bio n'est pas mieux que l'agriculture intensive au niveau de l'impact CO2
  27. Le bio n'est pas forcément meilleur pour l'environnement - P. Greverath-Nestlé
  28. Les consommateurs qui veulent préserver la planète sont des idéologues- Pascal Greverath, Nestlé
  29. Je veux tout montrer pour chaque produit : matière, fournisseurs, condition de travail et toutes les marges financières! Corelius
  30. Il faudrait soutenir à travers un plus faible niveau de TVA les entreprises qui innovent au niveau DD pour leur rôle sociétal
  31. L'enjeu c'est de faire simple pour expliquer le parcours complet d'un produit au consommateur. R.Cornelius
  32. Le défi de l'étiquetage environnemental avec Y. Loerincik, R. Cornelius, P. Greverath
  33. Qu'est ce qui c'est passé à l'interne de Nestlé pour qu'une telle dynamique au niveau développement durable existe depuis 2 ans ?
  34. Quel fournisseur d'accès au développement durable êtes-vous? Question de H. Naillon
  35. Est-on dépendant des demandes du consommateur? Est-on dépendant des entreprises et de leurs offres?
  36. Nestlé est-il au bout d'un modèle du 20ème siècle face aux enjeux du développement durable ?
  37. Est-ce que la gestion durable de l'huile de palme n'est pas la limite du système?
  38. "Huile de palme ou revenir au colza, par exemple [Findus] ?" H. Naillon
  39. Huile de palme, engagements de Nestlé avec TFT... Très bien, et quid du problème de la monoculture?
  40. JM Bluet, Nestlé - découvrez en image la stratégie pour un approvisionnement 100% durable d huile de palme http://twitpic.com/5btife
  41. Nestlé sur l'huile de palme durable. Cette huile a un rendement 3 à 6x supérieur aux autres huiles végétales. Et son effet sur la santé?
  42. Slow attitude / avenir soutenable / fast forum de Nicefuture
  43. D.Stasi, EHL présente BEST : Bio Équité Saisonnier Terroir - la sensibilisation par l'assiette.
  44. Concept BEST à l'école Hôtelière de Lausanne: qualifier chaque plat avec une couleur selon les critères du développement durable
  45. Les investissements dans le soutenable sont rentables à moyen terme. La finance durable !
  46. Quel est le processus d’investissement des fonds durables de Swisscanto ? Http://twitpic.com/5btavh
  47. Pourquoi les 600 milliards des caisses de pension CH ne sont pas des fonds éthiques? Chacun investit dans le nucléaire ?
  48. R.Steiner Swisscanto-Modèle de banking orienté vers le futur, une vision globale et forte éthique d’entreprise
  49. C.Egger, Nestle Waters présente ecobroye, un projet multiacteur mêlant habillement préservation et économie
  50. Attention au Green washing dans les investissements socialement responsables !!!
  51. Dans la finance [éthique], un rendement supérieur au taux de croissance global n'est pas décent.
  52. Produits toxiques et empreinte carbone des banques
  53. L'opinion publique manque t'elle de compétence pour juger les produits financiers? A qui la faute? G. Brunet
  54. La décence du rendement comme mot d ordre pour une finance plus durable. Benjamin Firmenich
  55. Les continents inégaux dans la transparence
  56. Des outils de mesure de l'empreinte carbone des portefeuilles financiers? C'est pour demain! P.Spicher
  57. Un étiquetage pour les produits financiers ?
  58. Philippe Spicher - inrate - la transparence est une information de qualité, détaillée, profonde et contrôlée
  59. Sur 2000 entreprises du marché international en EU, seulement 25% donne des informations sur leur RSE réel. P. Spicher
  60. "Not more but better regulation in financial markets is required" T. Streiff
  61. How to regulate the financial sector - Thomas Streiff
  62. Création de la chaîne de valeur de la finance impactante http://twitpic.com/5bsd1m
  63. Nous ne sommes pas matérialistes. Nous ne connaissons rien de ce qui nous entoure. Nous brûlons les richesses
  64. Herve Naillon: une grande claque aux grandes mauvaises idées. Merci!
  65. La Chine a un plan de 7 pages sur l'économie circulaire, un plan de relance de l'économie. H. Naillon
  66. Nous sommes dans l'époque du zapping, de la vitesse. Ce qui compte c’est ce qui se passe ce matin, tout de suite. Demain c’est loin.
  67. On nous dit que nous sommes dans un société matérialiste. Mais qui c'est d'ou vient le coton de nos habits H. Naillon
  68. « Société matérialiste ? Non, pas assez matérialiste ! » H. Naillon
  69. L'écologie n'est pas une morale, c'est une science pour la bonne gestion de notre planète - Hervé Naiilon
  70. Écologie, économie, l'étude est préalable a la gestion de la maison. Ces disciplines sont complémentaires. H. Naillon
  71. Les gains immédiats sont les ennemis du talent. D. Rossellat, président du Paléo
  72. The seed we plant today are the fruits of tomorrow. Our future lies in our hands. Eduardo Escobedo - UNCTAD
  73. Principles are good for the mind, values are good for the heart but only action is making a real change. Nicolas Lorne - Nestlé
  74. "Changer les mentalités et les marchés" : dernière table ronde de cette 1ère journée avec #IMD, #Nestlé, #planet Finance, #UNCTAD.
  75. Les gagnants du swisscanto swisstainable innovation award ! Bravo twitpic.com/5biszw
  76. Et le gagnant du Prix est : Une école pour demain [Ecole R. Steiner, Crissier]
  77. Swisscanto Swisstainable Innovation Award : présentation des 3 projets sélectionnés par le jury : Minéthique, Bopact, Une école pour demain
  78. Remise du prix Swisscanto Swisstainable Innovation Award à l'école Rudolf Steiner de Lausanne pour le projet École de demain! Bravo
  79. Au lieu de se demander "combien?" demandons-nous " pourquoi et comment?" D. Rosselat
  80. La politique c du long terme, l'économie du court terme. Le drame de la finance c son immédiateté - R. Cornelius
  81. Les visionnaires n'ont jamais calculé à court terme - Daniel Rossellat
  82. Tout changement au niveau économique part avant tout de l'individu - Bettina Ferdman
  83. L'important n est pas l'argent ou les bénéfices, c est ce que l'on fait de cet argent ! Robin Cornelius
  84. Si on veut construire ensemble une réalité, il faut partir ensemble du réel!-Geneviève Morand
  85. Le court terme, la quantification à outrance sont tueur de talent et de qualité et favorise la standardisation. Qu'en pensez-vous ?
  86. Et si l'économie durable de demain c'est une économie qui sait mettre une limite à la lucrativité
  87. Piaf et Nougaro n’auraient pas exister si on avait calculé leur performances sur excel! Daniel Rosselat Excel tueur de talent ?
  88. Robin Cornelius & Daniel Rosselat - ne laissons pas les chiffres nous contrôler mais il faut garder le contrôle des chiffres
  89. Coop et Migros ont intégré le DD ! Outils de com, levier de motivation, promo, efficience. When sustainability meets success
  90. Benefits from sustainability according to j. Esseiva : loyalty, cost killing, energy savings #swisspor
  91. Coop en route pour la neutralité Co2 en 2023 ! Réaliste ? Sans compensation ?
  92. Ionescu-Somers have still some frustration: what's the step forward in sustainability ?
  93. Swisspor présentation intéressante - isolation au polystyrène - 100% RECYCLABLE et réutilisable et usine de production exemplaire
  94. Quelques exemples concrets d’actions de Coop. Exemplaire ? Twitpic.com/5bgct7
  95. Une partie de lab stratégie Coop ! SMART ! Twitpic.com/5bgb20
  96. Avantages du GSCP twitpic.com/5bg6lq
  97. Migros présente le Global Social Compliance Programme twitpic.com/5bg57m
  98. Coop et migros dans un même débat... Est-ce quel ça va chauffer ou resterons-nous dans le gentleman agreement ?
  99. Les aides étatiques sont trop faibles pour le dvlp des cleantech et le prix de l'énergie est trop faible pour inciter au économie
  100. Mea culpa d#economie_suisse pour le manque de R&D dans le domaine de l’énergie alors que la Suisse a un énorme rôle a jouer
  101. R. Mesple : Devons nous prendre le mur en pleine face avant de commencer à agir pour mieux consommer notre énergie ?
  102. Les barons de l'énergie sont cantonaux
  103. Toutes les stratégies durables crédibles sont basées sur le long terme et englobent des indices qualitatifs. Claude Beglé
  104. Forumg21 ou comment transformer le plomb en or
  105. La compétitivité durable : rester compétitif sans razzia sur les ressources + respect social = sortir de la pensée à court terme
  106. Notre économie est frugale et pas prête à se sacrifier pour les générations futures - Suzanne
  107. Philippe Le Bé : « La frugalité joyeuse »
  108. Claude Beglé - les cleantech seront une des principales sources de PIB pour les Usa, la Chine et l’Inde !
  109. F.Marthaler - Nous ne sommes pas prêt au peak oil et les cleantech ne sont pas une solution en elles seules
  110. "Small actions, big difference" pour Unilever. Pourquoi pas "big actions, huge differences"?
  111. Quel dommage que la présentation d'Interfaceflor soit interrompue, c'était la plus intéressante jusqu'ici...
  112. Reinventing the way we do things? Exemples entrepeneuriaux en cours avec #unilever et #interfaceflor
  113. Is sustainability all about reinventing the way we do things? Exemples entrepeneuriaux en cours avec #unilever et #interfaceflor
  114. Interfaceflor est devenu fournisseur de leur fournisseur!
  115. "On s'est aperçu que les impacts de nos produits venaient [aux 2/3] de l'amont de la production de la moquette" A. Lucardi
  116. Interfaceflor, leader de moquette et de bonnes pratiques DD :]
  117. On recycle plus mais on consomme plus...
  118. Combien de temps nous offre le recyclage ? François Grosse #veolia twitpic.com/5bdaab
  119. Selon M. Bourg, développement durable = décroissance? Yen a qui vont grincer des dents...
  120. Les solutions sont plus intéressantes que les problèmes. :]
  121. "Les entreprises n'ont pas à elles seules la solution à l'enjeu de la gestion des ressources" D. Bourg
  122. Dominique Bourg : depuis que l’on parle de DD, la situation globale a largement empirée malgré toutes les actions mises en place
  123. Dominique Bourg - les 9 limites globales à nos activités twitpic.com/5bd3nk
  124. "Les ressources nécessaires à nos activités sont entrées en tension" D. Bourg
  125. Merci M. Stahel, une démonstration étayée comme quoi c'est faisable! Découverte de l'économie de fonctionnalité
  126. Schéma d utilisation des énergies fossiles twitpic.com/5bd1hb
  127. Economie circulaire twitpic.com/5bcwd1
  128. Pour P. Gentinetta, l'economie CH est excellente, surtout ne changeons rien #laisserfaire #Tomorrow'sLooser
  129. Economie de fonctionnalité et économie circulaire vs linéaire: W. Stahel
  130. Economie linéaire twitpic.com/5bcve5
  131. Il existe une concurrence entre les modèles d’économie durable - linéaire, circulaire et de fonctionnalité
  132. Less is more - vision d’une économie de demain par economie_suisse
  133. La Suisse est innovante, exemplaire en terme de DD. L’action est largement volontaire - thanks to the economy - Pascal Gentinetta
  134. Discours de Pascal Gentinetta : la surconsommation menace l’équilibre des marchés des ressources primaires
  135. 10 ans de recherche en DD par l’imd - embeding the economy
  136. Dominique Turpin - président IMD - le DD est absolument essentiel et critique pour les top manager de demain

jeudi, 16 juin 2011

Ouvrages à lire ou à relire pour anticiper le futur !

1 / The idea hunter, how to find the best ideas and make them happen

Editeur : Jossey Bass Wiley (6 mai 2011)

http://www.amazon.fr/Idea-Hunter-Find-Ideas-Happen/dp/0470767766

2 / Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur de Michel Godet

http://livre.fnac.com/a3409514/Michel-Godet-Bonnes-nouvel...

3 / 2030, la fin de la mondialisation ?

http://www.infoguerre.fr/bibliographies/2030-la-fin-de-la...

 

4/ ECONOCHOC

COMMENT SIX CHOCS ÉCONOMIQUES MAJEURS VONT INFLUENCER VOTRE VIE

http://www.anthemis.be/index.php?id=154&tx_ttproducts...

5 / La collection Prospective des éditions L'Harmattan

http://col-prospective.blogspot.com/

http://www.harmattan.fr/groupeharmattan/

6 / AGIR JUSTE ...MAINTENANT ! ou la PROSPECTIVE OPERATIONNELLE & LE LEAN INNOVATION +

http://chroniquedutempsuniversel.typepad.fr/innovact/2011...

7 / tous les ouvrages FYP Editeur de l'innovation et des questions de société

http://www.fypeditions.com/

8 / 2033, Atlas des futurs du monde

http://livre.fnac.com/a3044037/Virginie-Raisson-2033-Atla...

Tendances à découvrir uniquement chez http://tilt-ideas.com/

1.Le 2.0 vient à la mode

2.Nestlé concepteur de systèmes ?

3.Extension de distribution

4.Expérience on the go

5.S’allier pour être plus proche… du client

6.L’Ikea du bâtiment

7.Le renouveau de la télévision ?

8.Hello, may I help you ?

9.Le crowdfunding, vous connaissez ?

10.L’iPad, instrument de musique ??

11.Le microcrédit 2.0

 

TILT IDEAS
3 RUE DANTON
92240 MALAKOFF

SOPHIE COMBES
SCOMBES@TILT-IDEAS.COM
+ 33 7 61 28 88 97

BRICE AUCKENTHALER
BAUCKENTHALER@TILT-IDEAS.COM
+ 33 7 61 28 95 88

Enfin disponible le nouvel ouvrage de Roger Nifle, le Sens du bien commun !

Sous titre de l'ouvrage : « pour une compréhension renouvelée des communautés humaines ». C’est un essai d’Humanisme Méthodologique. Il montre que le bien commun suppose une communauté identifiée et que le Sens du bien commun est celui du développement et de l’accomplissement humain. Cela suppose que l’on en sache quelque chose de ce qu’est le développement et l’accomplissement humain. Ces questions fondamentales on un volet pratique. En effet toutes les affaires humaines sont des affaires communautaires et sont a engager dans le Sens du bien commun de la communauté concernée. Même les enjeux personnels n’existent nulle part ailleurs que dans les communautés auxquelles on participe. L’économie, le politique, l’éducation, la justice par exemple sont des affaires communautaires. L’ignorer c’est imposer un point de vue particulier comme intérêt général. C’est le cas de la plupart des idéologies et des conceptions dominantes.

http://livre.fnac.com/a3397926/Roger-Nifle-Le-sens-du-bie...

Questions pataphysiques pour réfléchir qui vont cartonner en 2015...

  1. Après le consomm'acteur, quel sera le prochain consommateur ? le consommateur engagé ? tribal ? radin ? social ?
  2. Bricolage, auto production, jardinage, arts créatifs : une tendance de fond pour faire face à la crise ?
  3. Comment les marques vont se transformer pour séduire les consommateurs ?
  4. En quoi la transformation du monde du travail peut transformer les besoins de consommateurs ?
  5. En quoi le brassage des populations et les flux migratoires [mondialisation] peuvent impacter les besoins des consommateurs ?
  6. En quoi le nouveau rôle des femmes dans la société civile pourrait métamorphoser la consommation à l'horizon 2015 ?
  7. En quoi les besoins autour du médical et du bien être peuvent générer des nouveaux business ?
  8. En quoi les technologies pourraient un driver de nouveaux produits et services pour les consommateurs ?
  9. L’innovation avec obsolescence rapide va-t-elle perdurer ?
  10. La culture, le design et le beau vont-ils continuer à faire vendre ?
  11. Le besoin d'innovation, de design et d'enchantement : jusqu'où ? [compte tenu de la capacité contributive des consommateurs ?
  12. Le e-commerce va-t-il se généraliser ou rester un canal de diffusion marginal ?
  13. Le green, le bio et l'équitable, vont-ils être mis de côté face à la crise ?
  14. Le low cost, un phénomène qui va se généraliser ?
  15. Le m-commerce va-t-il décoller ?
  16. Les enseignes vont-elles se diversifier à l’infini [syndrome du supermarket comme dans la banque, les pharmacies, les jardineries, etc]
  17. Les labels territoriaux vont-ils se développer ?
  18. Les phénomènes de gratuité vont-ils continuer à se répandre ?
  19. Les phénomènes de type locavore [achat local] vont-ils rester marginaux ?
  20. Les services à la personne vont-ils [enfin] rencontrer un public solvable ?
  21. Quel impact de la disparition des classes moyennes ?
  22. Quel sera l'évolution d'une domination croissante de la production des biens sur les consommateurs français [notamment accessibilité prix] ?
  23. Quelle interaction entre le monde du luxe et l'univers de la consommation ?
  24. Quelles seront les addictions qui vont générer des nouveaux business ?
  25. Quelles seront les conséquences de la baisse du pouvoir d'achat sur la stratégie d'achat des consommateurs ?
  26. Quelles seront les profils de consommation selon qu'il s'agit de la génération A ou Y ?
  27. Quelles seront les valeurs attendues d'un produit ou d'un service en 2011/2015 ?
  28. Quelles transformations de la cellule familiale et des modes de vie auront le plus d'impact sur nos façons de consommer ?
  29. Quels pourraient être les produits et services n'existant pas en 2011 et qui pourraient apparaitre d'ici 2015 ?
  30. Quels seront les grands sacrifiés et les grands gagnants ?
  31. Quels seront les impacts de la fracture sociale ?
  32. Quels seront les postes du budget des consommateurs qui seront les grands perdants des 5 ans à venir ? Quels seront les grands sacrifiés et les grands gagnants ?
  33. Quels seront les postes du budget des consommateurs qui seront les grands perdants à l’horizon 2015 ?
  34. Quels sont les besoins spécifiques des pauvres et des familles monoparentales ?
  35. Va-t-on assister à un retour du service et de la qualité de service ? ]en tant que besoin de la part du consommateur]
  36. Vers des biens plus durables ou jetables ?
  37. Vers la fin des typologies de consommateurs au profit d’agrégat d’usages imprévisibles et paradoxaux ? (la ménagère de 50 ans is dead)

Nous sommes entrés dans une longue période de transition

Nous sommes entrés dans une longue période de transition, sous les signes de la durabilité, de la désirabilité, de la simplicité et du sens. Les marques ont un rôle à jouer pour imaginer du green corporate socialement responsable et innovant. Toutefois les entreprises ne sont pas les seuls joueurs. La durabilité va passer par le crowdsourcing en complément des messages institutionnels top down. En effet, de plus en plus d’individus font le choix d’une vie plus légère, minimaliste et qualitative, sous le signe de la déconsommation heureuse. On pourrait les appeler les « Free lifers ». Alors que la démondialisation et la relocalisation est engagée, une partie des solutions d’une économie durable viendra de chacun de nous, avec le slogan « Less is more ». La crise a accéléré l’adoption de bonnes pratiques dans nos vies quotidiennes, sans qu’il y ait besoin de diktats. Même si les potagers anti crise dans les villes sont encore anecdotiques, la multiplication des initiatives prouvent que la vie autrement se construit, souvent en mode lab. La simultanéité (en parallèle) des expériences des citoyens, des communautés, des entreprises, des collectivités publiques, des gouvernements, etc va créer une joyeuse émulation polycentrique.

Les 50 brins d'ADN d'une économie soutenable...en direction pour le nouveau paradigme

  1. Achat responsable
  2. Agriculture de précision [anti gaspi]
  3. Agriculture raisonnée
  4. Autonomie individuelle
  5. Bien commun
  6. Bio
  7. Communautarisme
  8. Consommacteur_responsable
  9. Culture
  10. Déconsommation
  11. Désacralisation de l’argent
  12. Développement désirable
  13. Durabilité des produits [versus éphémère]
  14. Eco conception
  15. Economie circulaire
  16. Economie de fonctionnalité
  17. Economie résidentielle
  18. Economie symbiotique
  19. Energies alternatives
  20. Ethique du soutenable
  21. Ethique durable
  22. Etiquetage/affichage environnemental
  23. Free lifing [http://www.scribd.com/doc/45163287/Les-Free-Lifers-Rene-Duringer-Dec2010-Free-Lifers]
  24. Gouvernance par les femmes
  25. Habitations alternatives
  26. HQE
  27. Jardins anti crise [cad tous les procédés qui permettent de faire rentrer la nature dans la ville]
  28. L’humain
  29. Locavorisme
  30. Mère nature [cf. étude de l’ordre des experts comptables sur les new businesshttp://www.experts-comptables.fr/csoec/Interesse/Presse/D...]
  31. Micro crédit
  32. Minimalisme
  33. Modèles économiques de transition
  34. Modération [vie tempérée]
  35. Monnaies solidaires ou fongibles ou alternatives
  36. Nomadisme
  37. Open culture
  38. Partage et tous systèmes commençant en  co- [coworking, covoiturage, etc]
  39. Récupération
  40. Recyclable
  41. Revenu universel
  42. Sens de l’économie [comme dans l’ancien temps ou dans le sens économat]
  43. Slow
  44. Société du sens [cf. Nifle]
  45. Solidarité
  46. Systèmes de partage des biens
  47. Transition town
  48. Transports alternatifs
  49. Troc
  50. Vision systémique

Le tourisme ne sera plus comme avant… le couchsurfing, un signal faible ?

En Europe, faisons le pari qu’une personne sur 4 sera un Free lifer d’ici 5 ans (cf étude sur ce nouveau phénomène de société  http://www.scribd.com/doc/45163287/Les-Free-Lifers-Rene-D... ). Pour faire le pitch de façon lapidaire, disons que c’est un courant qui cristallise les nouvelles attentes des citoyens : quête de sens, frugalité, déconsommation, décroissance, authenticité, minimalisme, simplicité, lien social, conscience, engagement, lenteur (prononcer slow), etc Ce glissement est l’agrégation de nouveaux comportements individuels en dehors de tout diktat, idéologie. C’est une évolution des modes de vie. Personne n’a décrété de faire du tourisme soutenable et qu’il fallait maintenant partir à la découverte d’un pays, en voyageant léger, en free style, découvrir les bons spots tout en étant respectueux des lieux où l’on passait… avec un budget minimum. Certes le tourisme alternatif, avec notamment le couchsurfing, cela n’est pas mainstream et pas considéré comme glamour dans le monde des idées reçues et clichés. Etre un free lifer, cela peut arriver à tout âge de la vie et il n’est pas obligatoire d’écouter du Bob Marley et d’être un bobo ou baba cool (cf. cool attitude http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement...). Le couchsurfing, c’est un besoin d’expérience unique, partir à l’inconnu, ressentir, nouer du lien social, développer une open culture, s’enrichir de découvertes et surtout prendre sa vie en mains puisque votre mobilité ne passe plus par un tour operator. Dans ce nouveau paradigme, chacun est acteur de sa vie et n’a pas besoin de passer par la case argent. En contre partie à chacun de passer du temps à faire ses choix, trouver les bons plans, organiser son séjour. L’argent n’est plus pour ces gens, une source de satisfaction addictive. Certes Maffesoli dès 1988 avait annoncé le tournant avec l’ouvrage « Le temps des tribus: le déclin de l'individualisme dans les sociétés postmodernes ». Toutefois, c’est la crise qui a été un amplificateur de prise de conscience, avec la baisse du pouvoir d’achat, la précarité, le cynisme des entreprises, la fin du mythe de la consommation heureuse. Le storytelling sur le progrès exponentiel, une croissance non stop et un monde illimité a de moins en moins de clients. Face au grand retournement, chacun a trouvé sa propre stratégie : partir faire un tour du monde, faire du couchsurfing, tout plaquer pour devenir un néorural, changer de vie, passer en mode slow, etc A ce titre les réseaux sociaux et toutes les communautés thématiques ont facilité la concrétisation des rêves de tous ceux qui ont eu le courage de passer le cap. Le couchsurfing n’est qu’une modalité de ce nouveau courant. D’autres vont préférer avoir une yourte, une roulotte ou d’autres formes d’habitat mobile. Nombreux sont ceux qui partent avec un billet d’avion, un petit sac à dos et quelques euros pour un long périple où ils vont coucher chez l’habitant et souvent être nourris gratuitement. Si au départ, l’amorçage de ces nouveaux mode de vie est lié à la douche froide financière chez les particuliers, au final cela a du être un détonateur car les attentes des humains étaient déjà en mutation et la pyramide de Maslow version 2011 n’a plus rien à voir avec 1950… En conclusion le couchsurfing est plutôt une niche du tourisme du futur, car n’oublions pas que le monde de demain est multipolaire !!!

lundi, 30 mai 2011

Le G21 – Swisstainability Forum / Lausanne / 14 et 15 Juin 2011 / Un événement incontournable

Le  G21  -  Swisstainability  Forum est  un  événement  annuel,  qui  réunit les  sphères  économiques, politiques,  scientifiques ainsi  que les ONG dans le but  de débattre des enjeux environnementaux et sociétaux d'aujourd'hui, au travers de tables rondes, présentations et ateliers. Le Forum se tiendra les 14 et 15 Juin à l'IMD (session plénières) et à la HEP (ateliers), à Lausanne.

 

Le nom « G21 » est un double clin d’œil au sommet du G20 ainsi qu’au millénaire dans lequel ce forum prend place. Le G21 est un événement professionnel dédié au développement durable et à l’économie.  Un rendez-vous concret  qui  vise à proposer  des solutions en présentant  des stratégies durables visionnaires, des projets novateurs et applicables à d’autres échelles, ainsi que des acteurs utiles pour accompagner l’entreprise dans sa durabilité. Plus que jamais les événements nous montrent les interdépendances entre l’économie et l’écologie, et la nécessité d’encourager l’économie de fonctionnalité.

http://www.g-21.ch/

dimanche, 29 mai 2011

Quel travail dans 20 ans ?

Aravis a marqué 2010, l’année de ses vingt ans, en engageant une démarche de prospective sur le thème   « Quel travail dans 20 ans ? » Observateur privilégié de l’évolution des conditions de travail, Aravis a mobilisé les points de vue complémentaires de 80 acteurs de la région pour dessiner cette vision prospective du travail avec l’assistance méthodologique du Cabinet Futuribles.

 

5 Scénarios ont été envisagés :

  1. La fin des collectifs de travail
  2. Responsabilité sociétale
  3. Des normes à tous les niveaux
  4. Le devoir de travail
  5. Produire hors emploi

 

Un quizzzzzzz vous permet de vous situer par rapport à ces scénarios.

http://www.queltravaildans20ans.com/

Quick 2050, une démarche innovante pour faire évoluer la marque

 

L'exposition « Quick 2050 – Des écoles imaginent les scénarios du futur » s'inscrit au terme du projet Quick Lab , un partenariat collaboratif entre le Groupe Quick et dix écoles d'architecture et de design, en France et en Belgique, coordonné par le VIA (Valorisation de l'innovation dans l'ameublement). Les étudiants ont imaginé l'avenir de l'entreprise, sous l'angle le plus large possible : architecture, identité visuelle, packaging, stylisme, nouveaux services, goût et design culinaire. Un exercice de prospective mené à l'occasion des 40 ans du Groupe Quick. Le partenariat Quick Lab, entre les collaborateurs de Quick et des écoles d’architecture et d’arts appliqués, a été une expérience nouvelle pour Quick initiée à l’occasion des 40 ans de la marque.

Ce  Quick lance Quick Lab, un projet de réflexion prospective sur les attributs identitaires de la marque :

  • l’architecture des restaurants,
  • l’identité visuelle et audiovisuelle,
  • le design culinaire et le goût,
  • le stylisme des uniformes,
  • les packagings,
  • le design et les nouveaux services

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger le résultat des travaux sur http://www.quicklab.fr

Une démarche dont les marques devraient s’inspirer car cela permet d’associer la génération Y et le monde du design à la mise en œuvre de la marque !

L’ouvrage « Agir Juste… Maintenant ! »...Prospective Opérationnelle & Lean Innovation+

INNOVER  AUTREMENT

 

« Aucun problème ne sera résolu avec la façon de penser qui l’a généré » disait Einstein. C’est sur ce principe que nous nous sommes appuyés pour changer l’approche de l’Innovation, cette approche devenant elle-même une réelle Innovation.

L’ouvrage « Agir Juste… Maintenant ! » présente une démarche qui permet la gestion de problèmes complexes à travers l’Innovation, qu’elles que  soient les différents domaines à aborder.

Pour y parvenir nous avons lié trois pratiques que nous maîtrisons : la Prospective Opérationnelle, le Lean Innovation + et le Design Global.  Quel est le + de ce Lean Innovation ? Une valeur humaine ajoutée qui permet de mobiliser les équipes autour du projet. Et quand au Design Global, il s’agit bien de le prendre à sa source étymologique « dessein » : le dessein du projet. Celui-ci  cadre son déroulement du début à la fin tout en le rendant très concret. La Prospective Opérationnelle, c’est bien ce qui relie la vision à l’action.

Ces trois pratiques reposent sur des connaissances extérieures au cadre habituel, des valeurs humaines et des nouvelles formes d’organisation et de management. Leur mise en dynamique permet aux entreprises et collectivités, non seulement d’avoir une approche plus pointue des domaines à explorer et à mettre en perspective transverse, mais aussi d’accélérer les projets tout en optimisant les performances et les résultats. Ce sont des points essentiels qui garantissent pertinence, cohérence, rapidité et réduction des coûts. 

Cette méthode est particulièrement adaptée à l’intense période de transition que nous traversons. En effet, il n’y a pas de jour où nous ne voyons notre environnement changer. Ce mouvement qui semble  imprévisible pose des questions multiples quant aux perspectives qu’il projette. D’autant plus que tous les secteurs d’activités et de vie sont concernés.

Alors comment penser, concevoir et agir autrement pour relancer ou créer une économie durable et innovante ? Comment redonner du sens aux activités, produits et  services ? Comment voir plus clair et plus loin alors que chacun est pressé par l’urgence ? Comment agir juste dès maintenant pour assurer la pérennité de tout projet ?

Il faut dépasser les méthodes d’innovations actuelles. C’est ce que propose cet ouvrage qui intéressera toutes les entreprises et les collectivités, tous les secteurs d’activité et l’ensemble du secteur de la formation.

Auteurs

Solange SAINT-ARROMAN, Nicolas SCHINDLER, Bernard FRÉMONT

 

Editeur  Le Manuscrit, Collection Essai & Document

Réf : 14068 / EAN 9782304037203


Quels sont les facteurs à retenir pour se projeter en 2020 et qui pourraient avoir un impact significatif ?

Ces classements résultent du vote des membres du groupe de l’Observatoire des tendances sur Linkedin. Un grand merci pour leur coopération active.

Classement principale (du plus grand score au plus petit) à partir d'une liste de 30 items

  1. Les dérèglements géopolitiques
  2. Les dérèglements climatiques
  3. L’épuisement des énergies fossiles
  4. La déconsommation heureuse
  5. La violence quotidienne
  6. L’apprentissage du changement en période de mue
  7. La génération Y (selon scénario de passage de relais entre les générations)
  8. Les pénuries de matières premières
  9. La précarité
  10. Les flux migratoires chaotiques
  11. La moindre prise en charge de la santé par les systèmes sociaux et de mutuelle
  12. Le burning out, le stress, l’anxiété
  13. Le culte de la performance à outrance dans l’entreprise
  14. La financiarisation de l’agriculture
  15. Une économie verticale autour de filières ethniques
  16. La déglobalisation
  17. La dépendance des personnes âgées
  18. La défiance
  19. Le chômage
  20. La fracture sociale
  21. La fin de l’Euro ou de l’Europe
  22. La pensée unique et le conformisme
  23. Le risque nucléaire
  24. La baisse du pouvoir d’achat
  25. L’infobésité et les désordres de l’attention
  26. Les conditions de vie des métropoles
  27. L’obésité
  28. La pauvreté exponentielle
  29. Le big bang de la « cellule familiale »

 

Autres items proposés (suggestions proposées par les membres en complément de la liste initiale utilisée pour le sondage)

  1. La ghettoïsation
  2. L'ubimédia
  3. Le devenir de l'Afrique
  4. Le Problème de l'éducation
  5. L'alimentation et la santé des habitants de la planète
  6. La convertibilité du Yuan
  7. La baisse démographique dans certaines régions du monde
  8. L'émergence de couplages technologiques majeurs
  9. Les phénomènes d'amnésie médiatique et l'instantanéité
  10. L'extension de la démocratie
  11. Le développement des monnaies libres
  12. Les nouvelles autarcies locales
  13. Les poly toxicomanies, toxi dépendances de groupes et addictions
  14. La privatisation de l'eau
  15. La responsabilité sociale de l'entreprise
  16. Les nouvelles formes de gouvernance mondiale
  17. Les nouvelles alliances géopolitiques
  18. Les nouvelles filières d'énergie alternatives/substitution
  19. L'appropriation des problèmes sociétaux par les citoyens

De quelle couleur voyez-vous l’économie dans le futur ?

  1. Economie grise (ou noire selon les auteurs) : cela peut concerner les circuits mafieux, illicites, fraudes, vols, mais de façon plus mineure les stratégies de personnes pratiquant une économie souterraine d’échanges non fiscalisés, un troc qui n’entre pas dans le radar des administrations. L’économie grise dans son autre acception c’est le développement des nouveaux services aux seniors.
  2. Economie bleue : The "Blue Economy" est un projet lancé par Gunter Pauli dont l'objectif était de trouver les 100 meilleures technologies inspirées par la nature, impactant de manière significative les économies mondiales, tout en répondant aux besoins primaires des hommes (eau potable, nourriture, toit, santé et travail). Tout se trouve dans l’ouvrage « The Blue Economy – 10 Years, 100 Innovations, 100 Million Jobs ». Paradigm Publications.
  3. Economie verte : on ne présente plus la green economy reposant sur les nouvelles activités liées au développement durable et concernant tous les secteurs d’activité. Cela devrait générer à moyen de nouveaux emplois, de nouveaux services, de nouveaux produits, etc
  4. Economie mauve : L'économie mauve, une nouvelle alliance entre culture et économie. L’économie mauve est bien plus qu’une innovation terminologique. Son champ, beaucoup plus large que l’économie des produits culturels, vise la dimension culturelle qui s’ouvre à tout bien ou service. En plus cela ne pollue pas !  http://economie-mauve.org/economiemauve___FR.html
  5. Economie blanche : le but est de parvenir à concilier les objectifs écologiques, sociaux et économiques. Quand on combine des faisceaux de lumière verte, rouge et bleue, on obtient du blanc.

jeudi, 12 mai 2011

Un chasseur de tendances est il influencé par sa génération d’origine ?

Diriez-vous que la génération à laquelle nous appartenons va influencer notre regard sur les signaux autour de nous, les tendances dans l’air du temps, la perception du futur ? Peut on analyser de façon identique par exemple les tendances dans le fooding selon que l’on est de la génération Y ou un senior ? Est-ce que nos référents culturels d’origine vont créer un biais inconscient dans le décryptage des phénomènes de société ? Est-ce que l’accumulation des expériences de vie va modifier l’intensité de nos perceptions ? Est-ce qu’il peut y avoir des situations où notre génération d’origine ne nous rend pas pertinent pour

anticiper une mutation ?

Pour avoir des éléments de réponse à ce thème, vous pouvez consulter 50 réponses du groupe de l'Observatoire des tendances sur Linkedin ! 

http://www.linkedin.com/groupItem?view=&gid=1416777&a...

Miscélanées agrifood

LES MARCHES HEBDO, 12/05/2011

Quintesens, nouvel acteur sur le marché des huiles

Deux quarantenaires lancent une gamme d'huiles adaptée aux besoins des enfants, des femmes enceintes et des seniors.

 

« En juin, Carrefour testera dans 45 de ses hypermarchés Quintesens, une nouvelle marque d'huile conçue par Biofuture pour répondre à des besoins nutritionnels spécifiques. À l'origine de cette innovation,deux quarantenaires : Sébastien Loctin, manager marketing et export chez Lesieur durant neuf ans, et Christophe Basile à la tête d'une usine Blédina pendant quatre ans. Amis, ils se retrouvent expatriés au Sé­négal au service de la même société Advens, spécialisée dans le négoce et l'huile. Pères de famille, l'idée leur vient il y a 15 mois de proposer la première huile répondant aux besoins nutritionnels des enfants. Ils pensent ensuite aux femmes enceintes et aux seniors. »

 

Les baby boomers ont un pouvoir d’achat et le temps de consommer. C’est pourquoi les entreprises ont de plus en plus intérêt à se tourner vers cette clientèle.

Un rapport publié par Deloitte Touche Tohmatsu Limited révèle que les populations vieillissantes et aisées représenteraient l’une des sources de croissance lucrative les plus probables pour les entreprises de produits de consommation au cours des prochaines années.

«Démographiquement, le marché de la consommation est intéressant. Ce sont les baby boomers qui ont l’argent pour acheter. Maintenant que leurs enfants sont élevés, ils ont plus de temps pour eux», indique Stéphane Roy, professeur de sociologie au Collège Laflèche.

http://www.lhebdojournal.com/%C3%89conomie/Autres%20nouve...

Passionné par les effets spéciaux et la nourriture, ce photographe-réalisateur a livré un nouveau film d'animation, Alimation, encore réussi et alléchant, présenté en compétition pour le Festival d'Annecy via Youtube. Ce court-métrage fera partie d'une expo -en partie financée par les internautes- prévue pour fin juin à Paris. Allez encourager ce fou d'images poétiques! Alexandre-dubosc.com

http://www.youtube.com/user/AlexandreDUBOSC

 

Merci à Chouette agile pour ces 3 repérages prospectifs !

Raphaële Bidault-Waddington, un profil atypique parmi les chasseurs de tendances !!!

Trois laboratoires de recherche et de création pour explorer le monde et le ré-inventer : - Le Laboratoire d'Ingénierie d'Idées ® :www.liid.fr Inventer des grilles de lecture, des structures de pensée et des schémas, à la croisée de nombreux domaines (esthétique, économie, architecture, philosophie, etc.). Produire de la vision stratégique pour des entreprises, des villes et des laboratoires de recherche en France et en Scandinavie. Projets réalisés : Grand Paris, Christiania (quartier de Copenhague), Forum des Halles, Champs Elysées, Chanel, Lexus, Center for Molecular Medicine (Stockholm), Elections Municipales Paris 3è. Expositions : CAC Meymac, 78 Lyndhurst Way (Londres), MOCA MAAS (Maastricht), etc. Publications (contributions dans) : Les Echos, "Fabriquer le Futur 2", "France Fiction", "Knowledge cities". Conférences : Art& Flux /NYU Paris, CNAM, HEC, Aarhus Architecture School (Danemark), Forum International des Cultures (Mexique). - La Petite Industrie de ...

Allez visiter POLYGON une Plate-forme de recherche collaborative à la croisée de l'art, de la ville et de l'économie !!!

http://www.openpolygon.blogspot.com/


A ne pas rater, le 18 mai prochain à 19h, au Musée Guimet, une conférence Gunter Pauli

•Le 18 mai prochain à 19h, au Musée Guimet, Gunter Pauli donnera une conférence exceptionnelle

sur une thématique axée volontairement au coeur des préoccupations sociétales :

« Apprendre à entreprendre à partir de la nature : des solutions innovantes pour demain »

•Ainsi, cette figure emblématique du développement durable et de l’innovation nous sensibilisera au

« rôle pionnier du Japon dans la gestion environnementale et au protocole de Kyoto plus

particulièrement ».

•A l’heure actuelle, nous devons nous demander comment aider un pays riche comme le Japon;

ayant subi une triple catastrophe, mais qui a néanmoins besoin d’un soutien spécifique en matière de

solidarité. Gunter Pauli tentera alors de nous apporter, sur les bases de sa “Blue Economy”, des

éléments de réponses à travers cette conférence humanitaire, unique en France.

http://newsletters.mediactive.fr/ressources/1304526374/le...

Que sera la vie de bureau en 2020?

Source : OLIVIER SCHMOUKER  les affaires.com

D’après la conférence de Michael Bloom

 «Je n’ai rien contre le progrès. C’est le changement qui me dérange»… Mark Twain

 

10 tendances fortes à surveiller dès maintenant

1. Les baby-boomers ne vont pas partir.

2. Les Blancs vont devenir une minorité visible.

3. Nous serons reliés au travail 24h/24, 7 jours/7.

4. Le «prosumérisme» va nous envahir

5. Le bureau sera là où l’on voudra qu’il soit.

6. Les médias sociaux seront nos espaces communs.

7. Des bureaux virtuels vont voir le jour.

8. Le management va se métamorphoser. Des bureaux virtuels, des employés délocalisés, des horaires de travail flexibles,… Tout cela aura pour conséquence directe de rendre obsolètes les pratiques actuelles en matière de gestion du personnel. «Fini le bon vieux temps du Général Patton qui dirigeait ses troupes de main de maître!

9. La précarité de l’emploi va s’accroître.

10. L’esprit d’équipe va jouer un rôle primordial. 

lundi, 18 avril 2011

Quels pronostics pour les 10 ans à venir pour la filière agri fooding ?


  1. Le continuum alimentaire (snacking) va-t-il s’amplifier ? Va-t-on manger toute la journée non stop ?
  2. Va-t-on plus boire que manger dans le futur ?
  3. Va-t-on vers une alimentation spécifique pour les pauvres en Occident ?
  4. Le fast food va-t-il continuer à croître son expansion ?
  5. Quel sera le déjeuner du futur ?
  6. Autarcie alimentaire des villes (jardins urbains, potages anti crise, etc) : mouvement durable ou simple mode ?
  7. Les technologies vont-elles envahir l’agriculture pour la rendre intelligente ?
  8. Le bio, une marché structurel de niche ?
  9. Hyper fragmentation de la filière agricole ou concentration du secteur ?
  10. La géolocalisation peut elle révolutionner l’approche de l’agriculture moderne ?
  11. Les robots peuvent ils remplacer les agriculteurs à moyen terme ?
  12. La Chine pourrait elle devenir la puissance mondiale agricole ?
  13. Les agriculteurs français sont ils trop cher par rapport à la capacité contributive des français ?
  14. Les circuits de distribution court : un simple effet de mode ou marginal qui sera récupéré par les grandes enseignes ?
  15. Les BRIC vont-ils faire exploser la demande de protéines (viande/poisson) ?
  16. La baisse du pouvoir d’achat va-t-elle avoir un impact sur le poste alimentation du budget des ménages (notamment en France) ?
  17. Le courant végétarien condamné à rester minoritaire à moyen terme ?
  18. La mondialisation va-t-elle accroitre le partage des maladies et perturber/brouiller l’agriculture ?
  19. Que penser des couturiers qui utilisent des aliments dans leurs défilés ?
  20. La multiplication des émissions de TV consacrées à la cuisine une tendance forte et signifiante ?
  21. La nourriture va-t-elle conserver sa fonction sociale, symbolique, culturelle, rituelle dans nos sociétés?
  22. Faut il lier la prospective de l’agriculture à l’essor du tourisme rural, de certaines formes d’énergies et de la dynamisation des territoires ?
  23. Les fermes d’élevage des poissons : une fausse bonne idée ?
  24. Les innovations agricoles sont elles destinées être systematiquement de fausses bonnes idées avec effet boomerang ?
  25. L’obsession du bien être et de l’efficacité énergétique va-t-elle avoir toujours la priorité sur l’épicurisme, le goût, les sensations ? A moins que cela soit le prix ?
  26. A qui le consommateur va faire confiance dans le futur : le distributeur, le producteur, le label, la matière première garantie à l’origine, etc ?
  27. Le fooding : vers la fracture sociale et l’alimentation à 2 niveaux ?
  28. L’alicament un marché de niche pour les adeptes de l’ultra performance ou du transhumanisme ?
  29. La génération Y va-t-elle continuer à accorder moins d’importance à la qualité des aliments ?
  30. Qu’est ce qui va le plus freiner la production agricole dans le futur : la pollution, les normes, l’épuisement des sols, l’eau, les aléas climatiques, etc ?
  31. Vers le développement de nouveaux labels (région, recette, savoir faire, terroir, espèces, etc) ?
  32. Nourritures saines voudra dire dans le futur, nourritures non toxiques ?
  33. L’alimentation, un atout premium pour le positionnement concurrentiel de la France ?
  34. Les prochaines innovations alimentaires porteront sur le petit déjeuner, le déjeuner ou le diner ?
  35. Le luxe, un marché porteur pour le secteur agroalimentaire ?
  36. La culture hors sol, un épiphénomène exotique ou une voie d’avenir ?
  37. Quels seront les aliments gagnants dans 10 ans : lyophilisés ? surgelés ? conserves ? sous vide ? etc
  38. Le consommateur peut il avoir une conscience globale lors de ses achats d’aliments ?
  39. Le slow food et le mouvement locavore : mode ou tendance de fond ?
  40. En quoi un scénario prospectif  avec moins d’Europe pourrait influencer l’agriculture en France ?
  41. Le développement durable est elle compatible avec les objectifs assignés à la filière agricole ? (pour nourrir la planète)
  42. Quel est le scénario le plus probable dans les 10 ans à venir ? diminution de 30 % du gaspillage ou gains de productivité de 30 % ?
  43. Les producteurs peuvent ils espérer avoir un poids dans les circuits de distribution ?
  44. Les légumes/fruits hors saisons et la redécouverte des légumes anciens : effet de mode ou tendance durable ?
  45. Va-t-on vers une organisation du secteur de l’agro alimentaire ? Ainsi dans la haute gastronomie, les grands chefs sécurisent leur approvisionnement avec leur propre potager. Le marketing ethnique pose aussi cette question d’une organisation en silo.
  46. La volatilité des cours et les évolutions erratiques vont-elles continuer suite à la mondialisation ou une stabilisation est envisageable ?
  47. La certification et process d’authentification va-t-elle se développer ?
  48. L’augmentation à terme de 3 degrés de la température dans le monde peut elle avoir des effets positifs sur l’agriculture ?
  49. Les consommacteurs peuvent ils être un contre pouvoir face au lobby agro alimentaire ?
  50. Faut il lier l’avenir de l’agriculture à la réflexion stratégique sur les territoires ?
  51. L’agriculture pourra t elle un jour être productrice d’énergies alternatives ?
  52. Le low cost va-t-il se développer dans l’agro alimentaire ?
  53. Le commerce en ligne a-t-il un espoir de se développer pour la vente des produits agricoles ?
  54. Qu’est ce qui va le plus influencer les pulsions alimentaires des français dans le futur : leurs addictions mobiles ou la météosensibilité ?