Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 février 2013

Les entreprises ne tomberaient pas comme des mouches si elles se dotaient d'une fonction prospective...

L’actualité économique montre tous les jours des exemples d’entreprises n’ayant pas anticipé un retournement de leur marché. De nombreux secteurs d’activités seront chahutés dans les années à venir. Face à ces nouveaux enjeux, il était urgent de faire le point sur la fonction prospective en France.

L’enquête révèle que la fonction prospective est encore émergente dans les entreprises : dans plus 2/3 des cas, elle est incarnée par la Direction générale. Très peu d’entreprises sont dotées d’une fonction prospective spécifique. Ainsi, il n’y a pas une pratique dominante dans le lancement des études prospectives au sein des entreprises, celles-ci pouvant être initiées aussi bien par le DG qu’un des services opérationnels. Les objectifs de la prospective en entreprise sont centrés sur l’anticipation des mutations du secteur d’activité et le lancement de nouveaux produits et services. Les autres applications de la prospective ayant un impact moins direct sur le business à court terme, sont moins prisées.

40 % des entreprises ont une vision à moins de trois ans et 42% sont dans une optique à moyen terme. Ceux qui pratiquent le long terme, sont assez rares. Lorsqu’une étude prospective est menée, dans les 2/3 des cas on se cantonne à 2015. Pour développer la prospective, parmi un arsenal de 10 outils, les entreprises privilégient  brainstorming et études prospectives sectorielles. 1 entreprise sur 2 pense que la prospective va se développer dans les 2 ans à venir. Lorsque l’on évoque les freins à la prospective on évoque en priorité le manque d’application opérationnelle. De l’avis des dirigeants, il manque une dizaine d’outils dans les entreprises dont des cahiers de tendances opérationnels périodiques fournissant une prospective à 360° ou un reporting sur les signaux faibles de leur environnement. A noter aussi que 3 entreprises sur 4 verraient un intérêt à travailler en communauté sur des sujets prospectifs.

Ces constats sur les pratiques actuelles, confirment l’urgence du développement de la prospective en entreprise.  Celle-ci doit alimenter la réflexion stratégique mais aussi nourrir les démarches de changement dans les unités opérationnelles. Dans un environnement turbulent, il est urgent de garder une longueur d’avance sur les marchés pour être force de proposition en termes d’innovation. Le chantier est ouvert !

 

 

Les commentaires sont fermés.