Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 février 2013

Les nouvelles idées : le moteur des entrepreneurs !

Nous vivons une économie avec une « sur-offre »  généralisée et un pouvoir d’achat réduit (aussi bien côté ménages que du côté entreprises). Dans ce contexte il faut avoir un système de veille permanent pour avoir une idée d’avance et cultiver la différenciation par des innovations régulières en fonction de l’air du temps, des évolutions des modes de vie, etc Cette démarche de différentiation vise aussi bien le produit ou le service lui-même que la façon dont on communique autour afin d’attirer l’attention. Ainsi, une marque faisant le choix d’une absence des médias sociaux, court le risque de fonctionner en vase clos avec une clientèle qui ne se renouvelle pas.

 

Deux hubs dédiés aux entrepreneurs cherchant de nouvelles idées de business peuvent se ressourcer sur les médias sociaux :

Sur Facebook : Groupe Secteurs Porteurs | Idées de business | Marchés du futur https://www.facebook.com/groups/476625689063754/

Sur Linkedin : Hub « Secteurs porteurs et idées de Business »  (un sous-groupe de Observatoire des Tendances)

http://www.linkedin.com/groups?gid=4760130&trk=myg_ug...

 

couv chasseur de tendances.jpgL’outil indispensable du créateur d’entreprise ou de l’entrepreneur souhaitant accéder à une méthode pour être à l’affut de l’air du temps et anticiper les tendances pour leur business : PETIT GUIDE DE L’APPRENTI CHASSEUR DE TENDANCES

Comment devenir chasseur de tendances ? Comment développer une capacité d’anticipation en exploitant les signaux faibles autour de soi ? S’il n’y a pas de formation en ce domaine, pour autant c’est un métier qui utilise des process de travail, même s’ils ne sont pas toujours formalisés. C’est l’objet de cet ouvrage qui dévoile 24 façons d’observer le monde. C’est un outil méthodologique pour vous guider dans la recherche d’informations pertinentes. Ensuite c’est la pratique quotidienne qui vous permettra d’acquérir un savoir-faire et affiner votre flair. Même si c’est un métier magique et passionnant pour autant il repose sur l’hyper labeur et une implication illimitée avant de devenir un capteur de tendances, tendançologue, cool hunter, éclaireur, trend forecaster ou trend spotter. C’est à force d’observer, encore et encore, que vous pourrez cultiver un regard à 361° sur le monde, développer vos intuitions et trouver votre propre style en tant que chasseur de tendances. Bonne crypto chasse !

http://www.lulu.com/shop/ren%C3%A9-duringer/petit-guide-d...

 

 

 

jeudi, 01 avril 2010

Quelle prospective pour l'édition en 2020 ?

L'industrie de l'édition est sous le choc du gratuit, puisque dorénavant les consommateurs sont habitués à pouvoir consulter du contenu éditorial gratuitement sur internet ou bénéficier d'un journal gratuit à la sortie du métro. Sur fond de crise, les consommateurs sont donc habitués à ne plus payer. Aujourd'hui tous les modèles économiques des maisons d'édition ou groupes de presse sont remis en cause, et il y a une tendance à compresser les coûts et surtout à retrouver un équilibre entre ce qui est encore du ressort de l'édition papier et ce qui est « on line ». La difficulté, c'est que les nombreuses expériences pour faire payer aux consommateurs les contenus éditoriaux sur le web sont encore assez peu concluants. D'un côté les grands groupes se retrouvent avec de l'édition papier qui n'est pas rentable et qui s'effrite, alors que les médias numériques se développement, mais avec peu de consommateurs qui acceptent de payer.

En 2010, l'arrivée des liseuses, c'est-à-dire des e-books et de manière générale tous les lecteurs multimédias embarquant du multimédia (ex. ipad d'apple) va reposer la question du modèle économique des médias numériques. Est-ce qu'un possesseur d'un e-book Sony va accepter de payer pour lire un magazine ou un ouvrage ? On trouve la même problématique dans le milieu de la musique, de la photo ou des films, car la redistribution des rôles n'est pas encore stabilisée entre les auteurs, les producteurs, les diffuseurs, etc avec comme challenger les médias numériques.

En parallèle, on voit la tentative de Google de scanner une grande partie des ouvrages de la planète pour ensuite les mettre à disposition gratuitement. Une sorte d'immense bibliothèque d'Alexandrie, mais accessible à tous. On assiste donc à une bataille entre les fournisseurs de contenus (les éditeurs) et les providers technologiques (ex : Google, mais cela peut concerner d'autres plate formes), et personne ne sait qui va remporter la mise.

La seule certitude, c'est que l'on sera dans un monde avec un contenu informationnel exponentiel, mais on ne sait pas comment les rôles seront répartis. Ainsi côté presse, on constate que le rôle des rédactions est en train de changer, sous la pression de la course à la baisse des coûts. Les premiers touchés sont les pigistes qui sont les premiers sacrifiés. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard, si de nombreux médias font appel à des lecteurs pour produire du contenu rédactionnel...gratuitement ! Cette tendance au recours à des rédacteurs non professionnels n'est pas prêt de s'arrêter car il s'agit d'un deal gagnant où certaines personnes trouvent leur compte à écrire gratuitement, histoire d'entretenir leur réputation. Ensuite, rien n'empêche à ces « amateurs » de passer un jour dans la catégorie pro.

En 2010, nous sommes encore à un carrefour, une période de mutation.

Technologiquement l'arrivée de liseuses n'est qu'une étape dans la dématérialisation des supports, car prochainement seront disponibles les supports de type « encre liquide », c'est-à-dire les feuilles de plastique vierges qui peuvent faire apparaitre à la demande du contenu éditorial : articles, publicités, ouvrages, etc Il sera possible d'avoir le même confort de lecture sur une feuille de plastique à encre liquide que sur un bouquin. Ensuite viendra la révolution de la réalité augmentée qui permettra à chacun de faire apparaitre en simultané et sur plusieurs feuilles de calques virtuelles de informations diversifiées. Donc nous sommes en train d'inventer de nouveaux supports d'édition, et à ce jour la révolution dépendra des usages par les consommateurs que nous sommes. Qui va adopter tel ou tel support ? A ce jour, personne ne le sait, car l'adoption des usages innovants dépend de facteurs humains irrationnels. Et puis, il y aura aussi la stratégie d'achat des consommateurs qui va évoluer selon la crise (vont-ils continuer à acheter des produits culturels, en cas de paupérisation ?).

En tout état de cause tous les acteurs du secteur de l'édition, sont condamnés à innover, même s'ils n'ont encore aucune visibilité. Une première grille d'analyse, c'est un positionnement soit sur le haut de gamme (ou les produits pointus) ou un positionnement plus basique.

A ce jour très peu d'éditeurs ont vraiment de modèle miracle pour réussir la révolution digitale, et tous sont en version béta permanente. Le suspense devrait continuer encore dans les 5 ans à venir !

 

 

 

 

samedi, 20 février 2010

Think Trends, le Blog tendances du groupe Express Roularta

Né pour apporter un éclairage, forcément subjectif, sur le luxe et ses nouveaux territoires, Think Trends change et s'ouvre à toutes les tendances. Celles qui se construisent sous nos yeux et qui feront de demain un jour différent et magique. Ou pas. Celles que nous essayons de capter à travers nos lectures, nos études, nos analyses. 
Rédigé par l'équipe marketing de la régie publicitaire du Groupe Express Roularta, ce blog est un espace d'idées, de trucs, de choses, de bidules qui font notre quotidien. On y trouvera donc toute notre expertise sur les attitudes et comportements de consommation media, les nouvelles tendances de consommation, les solutions de communication innovantes, les nouvelles sources d'influence, les solutions marketing.
Ce sera parfois l'occasion de parler de nos marques. Mais toujours avec un regard personnel et sensible et dans un but d'échanger avec vous, de débattre ensemble.

Une source d'information utile d'un groupe média.

Think things, Think ideas, Think change.

http://blogs.expressroulartaservices.com/thinktrends/

dimanche, 26 juillet 2009

Trendspotting /// Juillet 2009

081.14.jpgTrendspotting /// Juillet 2009

Microtrends, un ouvrage qui va peut être révolutionner la façon d'envisager le futur

Burson-Marsteller CEO, and campaign advisor to Senator Hillary Clinton, Mark Penn, discusses the ever-splintering subsets that Americans identify with, and what they mean. In Microtrends: The Small Forces Behind Tomorrow's Big Changes, Penn draws lessons from small but influential groups such as "soccer moms" and "Nascar dads," and looks at how they affect business, culture, technology, diet, politics, and education in this country.

http://www.amazon.com/Microtrends-Forces-Tomorrows-Change...

 

L'œil prospectif

L'œil prospectif, de Charles Wassmer (marketing de l'anticipation, observatoire des micro imaginaires de la consommation post industrielle, observatoire des sensibilités générationnelles, screaning prospectif des marques, etc)

http://www.loeilprospectif.fr/

 

thekey.to

thekey.to is the new international trade fair for green fashion and sustainable lifestyle in berlin and showcases a selection of high quality, innovative fashion brands: on offer will be a vibrant mix of street styles and elegance, sustainable innovations and green trends, the newest green developments and most forward concepts. thekey.to presents a strong selection of visionary and future minded brands that stand out for their green approach, innovation and style. the brands, labels and designers are all pioneers in creating sustainability in their production chain. their innovative concepts and social business approaches are explorations in the ways in which future fashion can develop. Therefore thekey.to is the ideal event to spot new trends and visions in the fashion industry.

http://www.thekey.to/

 

Spray Magazine

http://spray-magazine.blogspot.com/

http://www.myspace.com/spraymagazine

 

L'esprit Vintage au top

http://www.thebrandery.com/

 

TrendStop

http://www.trendstop.com/

 

Figures de France

Toute sa vie, René a constaté qu'il ne rentrait pas dans un moule, et qu'il était rejeté naturellement par le « système ». « Cultiver sa différence tout en restant dans le système, cela demande beaucoup de pugnacité ! », avoue t-il. Très rapidement toutes les situations comportant de l'adversité, des impossibilités, de l'hostilité et des difficultés sont devenues un terrain de jeu amical lui donnant l'envie de toujours repousser les limites apparentes, Sa motivation : être à contre courant, pousser des projets d'avant garde. D'après lui, la crise donne envie plus que jamais de rendre le futur réversible, d'être plus engagé et militant dans la construction du monde. « Nous allons basculer dans les 3 ans à venir dans une nouvelle civilisation...alors autant co-créer tous ensemble ce paradigme 2.0 !!! », déclare t-il

http://www.figuresdefrance.com/po_rduringer.php

 

Quelle industrie automobile après la crise ?

Vaste question à laquelle Emmanuel Lechypre, responsable du Centre de prévision de L'Expansions'est attaché à répondre à l'occasion d'une rencontre entre les différents intervenants du secteur.  Après avoir rappelé que la crise actuelle est une purge nécessaire à la correction des excès financiers et immobiliers et que ce type de crise est bien plus long qu'une crise "classique", E. Lechypre établit 5 clés pour anticiper l'avenir

1. Quelle mondialisation des marchés ?

2. Où va la démographie ?

3. Quels nouveaux goûts et quels nouveaux besoins ?

4. Quelle nouvelle donne environnementale ?

5. Quels changements réglementaires, quels nouveaux lobbies ?

http://www.expressroulartaservices.fr/detetude.asp?id=106

 

Près d'un milliard et demi de personnes âgées en 2040

Vu dans le Figaro, un article par Marion Brunet

23/07/2009  | Mise à jour : 17:33            | Commentaires  22 | Ajouter à ma sélection

« Déjà préoccupant en Europe et aux États-Unis, le vieillissement de la population commence à concerner les pays en développement. En 2040, la planète comptera 1,3 milliard de personnes âgées, contre 506 millions à la mi-2008, d'après une étude menée par le Bureau américain du recensement (Census Bureau). Soit 14 % de la population mondiale. Un constat alarmiste pour les auteurs du rapport qui précisent que «les personnes de plus de 65 ans vont bientôt dépasser les enfants âgés de moins de 5 ans pour la première fois dans l'histoire». Autre précision du rapport : la tranche des plus de 80 ans est celle qui progresse le plus vite dans la plupart des pays. Ils devraient croître de 233 % entre 2008 et 2040. Mais cette tendance, déjà observée dans les pays développés, prend un tour inédit puisqu'elle touche désormais toutes les régions du monde. »

http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/22/01003-200...

 

Tendances Emploi

« Les tendances de l'emploi en France et en Europe à la mi-2009 » réalisé par Amandine

Brun-Schammé et Denis Ferrand. Le texte complet de l'étude est accessible sur le site internet www.coe-rexecode.fr

2015-2025

La société et l'économie à l'aune de la révolution numérique - Enjeux et perspectives des prochaines décennies (2015-2025)

BRAVO Alain , Centre d'analyse stratégique

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/0...

 

Bâtissons une planète plus intelligente

Un numéro co produit par IBM et le monde

Nous pouvons rendre notre planète plus intelligente. Tous nos modes de fonctionnement sont concernés. Qu'il s'agisse de notre façon de produire, de vendre, de déplacer les objets, de transporter les gens, de transférer l'argent... Le monde est prêt pour une planète plus intelligente. Découvrez comment la bâtir ensemble. Quelle ville voulons-nous offrir ? Quelle ville espérons-nous recevoir ? Une révolution dans la façon de circuler en voiture, etc

http://publi.lemonde.fr/ibm-planete/index.html

 

Laver le luxe

En direct de La 18e édition new-yorkaise du salon Première Vision Preview dédié au tissu de mode s'est tenu les 15 et 16 juillet derniers à Manhattan

« Coté tendances, l'androgynéité fait son retour. « Il faut cultiver son ambiguïté », prévient Philippe Pasquet. Plumes de paon, tweed, coton épais. Les carrés de mailles bigarrées du salon forment un patchwork semi-précieux. Les designers et fournisseurs de luxe nord-américains ne s'y sont pas trompés en venant faire leur marché de Noël avant l'heure. « L'édition new-yorkaise de Première vision attire surtout une clientèle de proximité, reconnaît Philippe Pasquet. Nos visiteurs n'ont qu'à descendre quelques blocs de l'Upper Manhattan pour venir réserver les échantillons de leur choix ». Cette année, en raison de la crise, la retenue dans l'apparat est de mise. La flamboyance est patinée et le monde de l'industrie brute devient un modèle d'inspiration. « On s'éloigne de l'excès  et du faste », indique Philippe Pasquet. Nos clients attendent des vêtements exclusifs mais résistants. Il faut pouvoir passer le luxe à la machine », stipule-t-il. Corrosion, anfractuosités, monde industriel. L'abrupt et l'authenticité reviennent à la mode. »

 

http://www.france-amerique.com/articles/2009/07/16/le_sal...

 

 

 

 

 

dimanche, 09 novembre 2008

Consommateur du 20éme siècle versus Biosphère Intégrale Unique (BIU) ?

04communautesnonsolidifiees.JPGConsommateur du 20éme siècle versus Biosphère Intégrale Unique (BIU) ?

Et si le concept de consommateur était une pure invention du 20éme siècle, fruit d'une association d'économistes et de marketeurs ? En découpant l'individu, dans toutes ses composantes : consommation, social, travail, citoyen, familial, religieux, etc on se serait contenté d'isoler le gêne « consommation », facilitant ainsi une rationalisation de la chose... L'acte d'achat devient prévisible, le consommateur peut être classifié (are you a CSP+ ?), les comportements pourraient être anticipés, tout peut être expliqué. Un monde tranquille, modélisé où l'on reproduit des mécanismes microéconomiques issus du monde de l'entreprise. Tout n'est que transaction économique. On oppose ainsi l'économique et le culturel, le pur et l'impur. Soit on consomme, soit on se cultive. On oppose le marchand et le non marchand.
Et si on partait du principe que cette vision de l'individu_consommateur était étriquée, voire périmée ? En fait chacun de nous génére son propre univers, avec des interactions sociales (biosphère unique), ses rituels, sa façon de donner un sens à sa vie au travers de son appartement, de sa façon de s'habiller, de manger ? L'individu se façonne sa propre bulle incluant d'autres gens, ses amis, sa famille, ses animaux de compagnie, ses voisins de palier ou ses commerçants du quartier, ses collègues, etc Pour pouvoir vivre, ses actes d'achat sont teintés indirectement par un souhait de donner du sens, une cohérence à son empreinte de vie, son style unique fruit de ses racines. C'est une construction globale de chacun mais compréhensible uniquement si on englobe la « tribu » de l'individu (tribu au sens large). Tout est acte de communication. Ainsi l'organisation des repas répond à des rituels spécifiques selon que la famille est en configuration restreinte, avec des amis proches, ou telle partie de la famille. Chacun se forge un univers unique. Si un pauvre et un intellectuel frugaliste vont aboutir à des univers ayant des airs de famille, cela ne correspond pas aux mêmes intentions. A noter d'ailleurs, que selon les groupes sociaux (pas dans le sens classification des professions) ou ethniques, ou selon la localisation géographique, ces facteurs pourront influencer la construction de notre bulle. Mais alors est-ce que la pyramide de Maslow qui découpe nos besoins en plusieurs strates est toujours pertinente, si l'on s'orientait vers une vision systémique de l'individu où consommation et culture seraient plus imbriquées ? Et si on arrêtait de saucissonner les gens et mieux prendre en compte leur imaginaire, leurs interactions sociales, leurs rituels issus de plusieurs millénaires d'histoire, etc

samedi, 08 novembre 2008

La prospective, par le prisme de microfuturs du quotidien influencés par les entreprises

Les grandes entreprises sont toutes à des degrés divers des influenceurs de futur. Dans les organigrammes des grandes entreprises il est très rare d'avoir un service PROSPECTIVE. Il faut plutôt chercher cela derrière les branches : R&D, innovation, laboratoire, design ou même marketing !!!
Certaines plus avancées que d'autres ont conscience de leur responsabilité sociétale, et sans sombrer l'utopie d'entreprise peace and love construisant un monde meilleur, il faut prendre en compte leur démarche de progrès ou plutôt leur imbrication plus forte du fait de la désagrégation des institutions depuis la chute du Mur de Berlin.
En 2008, une fois que nous avons en tête l'épuisement des énergies fossiles, des sols, de l'eau, d'un monde un peu plus limité globalement et d'une démographie que l'on sait anticiper, que peut on dire de plus sur l'avenir du monde ???
Et si l'on s'intéressait au futur au travers des innovations qui vont modifier nos modes de vie dans 10 ou 20 ans ? Se concentrer sur ces microfuturs très concrets, très visualisables, très contextuels ? Et si les signaux à basse densité, c'était ces innovations qui sont distillées dans notre vie quotidienne ? Quand on sait que beaucoup de d'innovations spectaculaires de Minority Report sont en cours de développement dans de grandes firmes pour arriver bientôt dans le monde réel, on peut se dire que nos modes de vie sont prévisibles, rien que par le mariage entre la Fox, les imaginaires et le monde du business !

Un aperçu des futurs modes de vie
Exposition sur le design prospectif présentée dans le cadre de la Biennale Internationale de
Design de Saint-Étienne. 15-30 novembre 2008. Commissaire : Claire Fayolle.
Plus de 100 projets, la plupart dévoilés pour la première fois au grand public

Un aperçu des futurs modes de vie

La confrontation de produits d’univers aussi différents révèle les thèmes d’inspiration porteurs de l’époque
et permet d’entrevoir les modes de vie des prochaines années. Trois thèmes dominent particulièrement :

  • Le développement durable et ses implications en termes de consommation.
  • Les objets de communication numérique et les nouveaux usages qu’ils engendrent.
  • Les nanotechnologies, porteuses pour beaucoup d’experts de la prochaine révolution industrielle. Les concepts exposés révèlent la diversité de leurs applications possibles.


« Demain c’est aujourd’hui (part 2) » est une exposition unique en son genre : c’est la seule exposition qui rassemble en un même lieu des produits concepts élaborés par des entreprises de secteurs et de pays différents. Elle présente une centaine de projets d’anticipation dans de multiples domaines : communication, travail, loisirs, sport, santé, alimentation, énergie, transport…
http://biennalesaint-etienne.citedudesign.com/fr/html/men...

samedi, 01 novembre 2008

Tendance Camo/Survie = plus de créativité ou d'innovation ?

Marsh Green Camo SBR .jpgFuzzy Tendance : Etes-vous Camo ?

Dans les rues, les gens circulent comme un jour ordinaire, les luminaires sont allumés, les boutiques avec des rayonnages au complet, mais l'odeur de la crise plane. Fonte des patrimoines boursiers et immobiliers, perte pouvoir d'achat, précarité de l'emploi, augmentation du prix de l'énergie, constituent des facteurs qui déstabilisent les esprits. Si les cours du pétrole en yoyo sont manipulés par certains groupes de pression, nous savons tous qu'à tout moment le prix du baril peut dépasser les 200 dollars. Dans ce cas les résidents péri-urbains seront immobilisés, avec des voitures clouées au garage. Pour autant, loin d'être Apocalypse Now, ces stimulations vont nous obliger à réapprendre à acheter, nous rappeler les réflexes élémentaires (ah, les fruits hors saison sont plus chers, c'est dingue !!!), faire des choix où la fonction et l'utilité d'un produit ou d'un service sera mieux évaluée (c'est quoi la valeur que l'on me propose ???), bref back to basis. Mais rationnement ne signifie pas un avenir sombre, c'est une incitation à reprendre les rennes de sa vie, réfléchir, agir. Côté travail, bientôt les entreprises proposeront peut être un langage militaire avec des opérations commando pour partir à la conquête d'un territoire (oups, parts de marché) et même les séminaires d'intégration des firmes consisteront en des courses d'orientation dans des anciennes casernes louées par l'armée (la vraie) ? Et puis comme nous nous orientons vers la rareté (info connue depuis un siècle), les organisations et sièges sociaux seront mis à la diète suprême. Minimalisme, réduction des coûts et de la voilure, cheap attitude (oups, cost killing aveugle), etc

iomega-ego_portable_hd_camo_top.jpgL'argent étant aussi un instrument rare, on comptera plus que jamais. Dans ce contexte où les gens peuvent avoir le cerveau reptilien aiguisé par cette sensation de rareté et d'instabilité (plus la guerre pour un emploi), des réflexes de survie sont réactivés et cela pourrait être une explication de la camo attitude... (camo, étant le tissu de camouflage des armées avec des tâches disruptives). Vous n'y échapperez pas : vêtement, disque dur, automobile, sac, téléphone portable, chaussure, jeu vidéo, assiette ou tasse, etc Même Jean-Charles de Castelbajac vous proposera de ravissantes tenues. Au-delà de l'aspect design, presque fun, nous pourrions presque y voir un signal faible ! En temps de guerre il faut apprendre à vivre camouflé, à survivre, à prendre le maquis, à mieux exploiter les ressources naturelles locales, à savoir mieux se défendre (empowerment 1.0), à faire le mort en présence d'un danger. Côté habitation, toutes les maisons sont conçues pour fonctionner comme des biosphères totalement autonomes (recyclage eau de pluie, déchets, calories + production d'énergie indépendante). Et puis pour certains cela va être de s'habituer avec des températures normales, par exemple 18 ou 19° sans grelotter.

LS Camo resized.JPG 2.JPGUne autre explication plus farfelue du retour du guerrier au travers du camo serait l'arrivée d'un nouvel idéal masculin post dolto, avec dans le même temps le développement des femmes androgynes ? La rareté va-t elle-nous apprendre à transformer nous même les éléments plutôt que d'acheter systèmatiquement des choses toutes faites (cf. plats cuisinés, mais ce n'est qu'un exemple) ? Pour un trip camo vous pouvez juste pour le fun aller sur www.usmcpro.com et vous imprégner d'une ambiance survie & aventure totale... Au final, la tendance camo pourrait signifier innover plus, être plus créatif pour vivre la rareté positivement ???