Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 septembre 2013

Les secrets de la prospective par les signaux faibles par Philippe Cahen (Editions Kawa)

Couv Les secrets de la Prospective ... Ph Cahen.JPGRassembler 10 ans de Lettres des Signaux Faibles, qu’a régulièrement fait paraitre Philippe Cahen chaque mois, n’a d’intérêt qu’en y relevant les tops et les flops. Et le résultat est étonnant. Tout d’abord, il y a des flops comme celui magnifique de miser en 2008 sur la hausse du prix du pétrole, liée à son déclin de production : flop total. Et puis il y a des tops comme celui d’imaginer en 2004 ce qui va devenir les Google Glasses ou de miser en 2006 sur les micro usines en voie d’apparition depuis 2011.

Fort de cette lecture de signaux faibles, il est évident que la prospective se lit dans le présent.

Un secret de la prospective est dans la première étape de la méthode utilisée : déceler les signaux faibles. Dans chaque signal faible, il y a un germe de futur. Reste à déceler ces signaux faibles, ces faits paradoxaux… et en saisir le germe !

Un autre secret de la prospective est dans la seconde étape de la méthode : activer les scénarios dynamiques. Gaston Berger (1896-1960) résumait ainsi la prospective dont il était le père : « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques et penser à l’homme », en somme, pratiquer les scénarios dynamiques. Faire germer le futur c’est prendre des risques. La méthode aide à prendre des risques quitte à démontrer une chose et son inverse.

Ces 1300 à 1400 signaux faibles couvrent tous les domaines, 1300 à 1400 textes très courts de 2 à 8 lignes, denses, rassemblant plusieurs signaux faibles, ils sont conclus par leurs interprétations donc leurs germes de futur. A leur lecture, le futur apparait ou plutôt les futurs apparaissent et nos convictions se relativisent.

Les secrets de la prospective parles signaux faibles est une mine de futurs en tous genres : des possibles aux haïssables. Il faut se rassurer, c’est surtout le futur haïssable qui se présente. Le tout se lit comme un roman, le roman des signaux faibles. Le roman de demain.

Les tops et les flops de Philippe Cahen (liste arrêtée en août 2013) 

 

Un flop par an

2003 : l’hydrogène comme source d’énergie

2005 : l’or vert français

2006 : la simplification des produits

2007 : le compte carbone du consommateur

2008 : l’énergie carbone de plus en plus chère et la fin des énergies carbone

2009 : la fin de General Motors

2010 : après les fuites de WikiLeaks, un nouvel internet va naitre

2011 : le concept de « nudge »

2012 : la France ne sait toujours plus ce qu’est la prospective

2013 : top ou flop ? la baisse d’espérance de vie des femmes

 

Un top par an

2003 : la fin de l’hypermarché

2004 : description de ce qui deviendra les Google Glass

2005 : sur l’évolution de la société avant la crise des banlieues

2006 : les micro usines

2007 : la crise financière

2008 : les friches commerciales

2009 : l’intelligence des systèmes communicants plus importante que les supports (téléphone, voiture)

2010 : la viande in vitro

2011 : la peau et les organes imprimés

2012 : les MOOC

2013 : la démocratie en danger

 

La méthode de prospective de Philippe Cahen se décline maintenant en 4 livres :

  • “Les secrets de la prospective par les signaux faibles” Edition Kawa 2013
  • "Signaux Faibles mode d'emploi", Edition Eyrolles. Lauréat du Prix IEC’11 (Intelligence Economique et Compétitivité) 
  • ”Le Marketing de l’incertain”, Edition Kawa, décembre 2011.
  • "50 réponses aux questions que vous n'osez même pas poser !" Edition Kawa 2012

 

Pour plus d’infos :
http://editions-kawa.fr

Tendances RH : 20 plaies spécial cols blancs

cols blancs.jpgEt si dans un monde où les gains de productivité sont de plus en plus limités, on s’intéressait aux gisements disponibles chez les cols blancs ? Bien sûr on peut continuer à fonctionner comme avant…et ne pas faire évoluer nos comportements. Oui bien sûr, ne changeons rien. Tout va bien, et continuons comme dans le bon vieux temps.

  1. Vos bureaux ne sont occupés qu’à 70% du temps (si l’on tient compte du fait que les salariés sont en réunion à l’intérieur ou à l’extérieur ou vaquent à d’autres occupations…) : parfait cela veut dire que votre société se porte bien et a une santé insolente. C’est une question de standing
  2. Réunions fréquentes et/ou mal gérées/ancipitées : c’est parfait pour créer du lien social. Dans ce monde frénétique, il faut prendre du temps pour parler, échanger, faire des controverses, etc
  3. Passer 3 heures par jour à répondre à vos emails dès le matin (dont ceux de votre voisin de bureau) : génial, on ne communique jamais assez. Surtout ne pas oublier de répondre à tous et même de rajouter d’autres destinataires. Le ping pong c’est bon pour les neurones.
  4. 4.      Cultivez le présentiel et l’hyper-présentéisme : cela veut dire que vous un clan soudé, un peu comme du temps de l’homme de Neandertal où tout le monde était autour du feu. Et puis c’est bien de se renifler tous les jours.
  5. Mettez les mauvaises personnes aux mauvais postes : super, cela va développer la sérendipité, et au diable la performance. Et puis faisons confiance à cette alchimie humaine qui nous étonnera toujours. Etre trop logique, c’est refuser qu’il faut aussi être cerveau droit, avec cette dimension artistique.
  6. Radicalisez les rapports entre la direction et les salariés : les bras de fer au quotidien, cela ne peut qu’encourager l’éveil et la résilience. C’est comme une hygiène de vie.
  7. Concevez des espaces de travail sans demander l’avis des salariés : c’est une perte de temps et puis ils n’ont pas d’idées.
  8. Segmentez le personnel selon des critères clivants : âge, région ou pays d’origine, diplôme, ethnie, sexe, etc Il est important de diviser le personnel en profil pour clarifier les rapports humains dans l’entreprise. Quoi de mal de mettre en exergue la génération Y et les seniors ?
  9. Trouvez n’importe quelle idée pour faire des réunions de travail à l’heure du déjeuner, histoire de commander des plateaux repas : c’est recommandé en termes de management, dixit un gourou.
  10. Encouragez les activités perso au bureau (surf meetic, shopping on line, appels blabla perso, etc) : il s’agit d’autant d’opportunités pour les salariés de trouver de nouvelles idées. Et puis, il est important de cultiver le cool pour que tout le monde se sente bien.
  11. Demandez aux salariés de prendre des dossiers pendant les vacances : de toute manière, les dossiers c’est du plaisir et puis cela évite une surcharge de travail quand on revient au bureau, le salarié est même gagnant !
  12. Comme nous sommes en tant que guerre économique, appliquez la règle des 7% de pertes humaines autorisées. Peu importe les dommages collatéraux (burn out, dépressions, etc), l’important c’est la rentabilité.
  13. N’envoyez pas les salariés en formation : à quoi cela sert, car un diplôme c’est pour la vie !
  14. Cultivez les signes extérieurs de pouvoir dans l’aménagement des bureaux (m2, équipements, moquette, etc) : cela facilite la communication pour savoir où est le haut et où est le bas. Simple et efficace.
  15. Interdisez tous les outils bureautique ayant un lien avec les mots SAAS, cloud, open source, etc car vous risquez de perdre le contrôle de vos données. Prenez tous les mesures pour rendre votre entreprise imperméable. Le danger est partout.
  16. Refusez toute expérience de télétravail, car c’est visiblement un complot trotskiste pour déstabiliser votre société.
  17. Invitez systématiquement les visiteurs faire un repas copieux et durant au moins 2 heures : c’est une marque d’attention et puis c’est important de prendre du temps dans ce monde où tout va si vite.
  18. Privilégiez le créneau 18 h à 20 h pour les discussions informelles de cadres de haut niveau dans les couloirs : c’est vital d’avoir des lieux de paroles privilégiés sans les employés pour renforcer la cohésion du management et faire émerger des idées géniales. Versez des primes à ceux qui font le plus de nocturnes.
  19. Développez une culture d’entreprise verticale en silo et si possible militaire, plutôt qu’une approche transversale : cela évite de faire des erreurs avec un contrôle systématique. Prenons exemple sur le réseau ferré en France où pour aller par exemple de Poitiers à Nice, il faut faire d’abord Poitiers/Paris, puis Paris/Nice…
  20. Ne vous intéressez pas à la santé de vos salariés car c’est leur problème personnel, leur vie et puis en quoi cela concernerait l’entreprise car ils n’y vivent que 8 heures par jour. Par exemple encourager la pratique du sport ou toute autre activité physique, c’est une pure immixtion dans la vie du salarié. Et puis quel rapport entre la performance d’un salarié et sa santé physique ? Pfff, c’est juste son confort personnel.

dimanche, 08 septembre 2013

Après les années 70, 80, 90… la tendance c’est de passer aux années 2020 et Cie

gueule de rat.jpgLe premier à dégainer fut Eric Besson, ex secrétaire d’Etat à la prospective en 2008 qui lança France 2025. François Hollande a lancé un exercice de quick prospective cet été avec France 2025 (taper dans google France 2025 devoirs de vacances pour avoir les réponses des ministres).

Pour un exercice de prospective collaboratif, vous pouvez participer à http://france-2025.com  organisé par l’Observatoire des tendances. C’est sur linkedin avec 66 contributions sur la question « Quelle est votre vision de la France en 2025 ? ».

Vous pouvez aussi participer à un exercice collaboratif organisé par le Medef avec #France2020. Le pitch : vos idées pour faire gagner la France http://france-2020.com/index.php

Bien sûr il y a d’autres exercices de la prospective pour cet horizon.

N’hésitez pas à rejoindre le fil twitter @prospective2033 pour l'actu a 361° des tendances à  l'horizon 2015, 2020, 2025, 2030, 2035, 2040, 2045, 2050