Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 septembre 2013

Les secrets de la prospective par les signaux faibles par Philippe Cahen (Editions Kawa)

Couv Les secrets de la Prospective ... Ph Cahen.JPGRassembler 10 ans de Lettres des Signaux Faibles, qu’a régulièrement fait paraitre Philippe Cahen chaque mois, n’a d’intérêt qu’en y relevant les tops et les flops. Et le résultat est étonnant. Tout d’abord, il y a des flops comme celui magnifique de miser en 2008 sur la hausse du prix du pétrole, liée à son déclin de production : flop total. Et puis il y a des tops comme celui d’imaginer en 2004 ce qui va devenir les Google Glasses ou de miser en 2006 sur les micro usines en voie d’apparition depuis 2011.

Fort de cette lecture de signaux faibles, il est évident que la prospective se lit dans le présent.

Un secret de la prospective est dans la première étape de la méthode utilisée : déceler les signaux faibles. Dans chaque signal faible, il y a un germe de futur. Reste à déceler ces signaux faibles, ces faits paradoxaux… et en saisir le germe !

Un autre secret de la prospective est dans la seconde étape de la méthode : activer les scénarios dynamiques. Gaston Berger (1896-1960) résumait ainsi la prospective dont il était le père : « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques et penser à l’homme », en somme, pratiquer les scénarios dynamiques. Faire germer le futur c’est prendre des risques. La méthode aide à prendre des risques quitte à démontrer une chose et son inverse.

Ces 1300 à 1400 signaux faibles couvrent tous les domaines, 1300 à 1400 textes très courts de 2 à 8 lignes, denses, rassemblant plusieurs signaux faibles, ils sont conclus par leurs interprétations donc leurs germes de futur. A leur lecture, le futur apparait ou plutôt les futurs apparaissent et nos convictions se relativisent.

Les secrets de la prospective parles signaux faibles est une mine de futurs en tous genres : des possibles aux haïssables. Il faut se rassurer, c’est surtout le futur haïssable qui se présente. Le tout se lit comme un roman, le roman des signaux faibles. Le roman de demain.

Les tops et les flops de Philippe Cahen (liste arrêtée en août 2013) 

 

Un flop par an

2003 : l’hydrogène comme source d’énergie

2005 : l’or vert français

2006 : la simplification des produits

2007 : le compte carbone du consommateur

2008 : l’énergie carbone de plus en plus chère et la fin des énergies carbone

2009 : la fin de General Motors

2010 : après les fuites de WikiLeaks, un nouvel internet va naitre

2011 : le concept de « nudge »

2012 : la France ne sait toujours plus ce qu’est la prospective

2013 : top ou flop ? la baisse d’espérance de vie des femmes

 

Un top par an

2003 : la fin de l’hypermarché

2004 : description de ce qui deviendra les Google Glass

2005 : sur l’évolution de la société avant la crise des banlieues

2006 : les micro usines

2007 : la crise financière

2008 : les friches commerciales

2009 : l’intelligence des systèmes communicants plus importante que les supports (téléphone, voiture)

2010 : la viande in vitro

2011 : la peau et les organes imprimés

2012 : les MOOC

2013 : la démocratie en danger

 

La méthode de prospective de Philippe Cahen se décline maintenant en 4 livres :

  • “Les secrets de la prospective par les signaux faibles” Edition Kawa 2013
  • "Signaux Faibles mode d'emploi", Edition Eyrolles. Lauréat du Prix IEC’11 (Intelligence Economique et Compétitivité) 
  • ”Le Marketing de l’incertain”, Edition Kawa, décembre 2011.
  • "50 réponses aux questions que vous n'osez même pas poser !" Edition Kawa 2012

 

Pour plus d’infos :
http://editions-kawa.fr

Les commentaires sont fermés.