Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 avril 2009

L'avenir, c'est le business ultralocal, car c'est irréversible à cause de la fin du pétrole...

CAS PRATIQUE, MAIS POUVANT ETRE DECLINE SUR D'AUTRES SECTEURS D'ACTIVITES

L’écolo-éthico-bio, la consommation verte semble plus que jamais tendance !

"Manger des produits de proximité et de saisons pour réduire les dépenses d'énergie et relancer l'économie du terroir" tel est le leitmotiv de ces nouveaux consommateurs éco-responsables émergeants en France, les "Locavores". Venus d’Outre-Atlantique, ce nouveau mode de consommation plus sain consiste à consommer des denrées provenant de moins de 160 kilomètres du domicile de ces adeptes, en d’autres termes, ils disent adieu aux fruits exotiques ou aux pangas venus de l’autre bout du monde par exemple.

Mais sans aller vers cet extrême, on remarquera depuis quelques années l’essor des livraisons de paniers de fruits et légumes frais issus de maraîchers locaux, le plus souvent bios. Le développement de l’AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) et de nombreuses autres associations ou entreprises de type Mon-panier-bio.com, lepanierpaysan.com, ont vu le jour très rapidement faisant à leur tour naître de plus en plus d’amateurs de produits issus de leur terre voisine. On notera en parallèle le grand retour des légumes d’autrefois, comme le topinambour ou le panais, dans nos assiettes et chez les primeurs.

Simple effet de mode ou révélateur de cette tendance verte, en tous cas notre terroir a le vent en poupe, comme le prouve d’ailleurs le nouveau portail des produits français www.FabriquerEnFrance.com, qui valorise à son tour les produits issus du sol français mais englobe aussi toutes les créations artisanales et traditionnelles de la France. Reconnu Projet Innovant en 2008 par la Région Alsace, Fabriquer En France résulte d’un constat simple :

- La délocalisation des sociétés affaibli l’économie et par conséquent notre pouvoir d’achat

- Ces produits à faibles coûts s’avèrent souvent de qualité médiocre

- Le droit du travail n’est parfois pas respecté (travail des enfants par exemple)

- L’impact sur l’environnement est d’autant plus fort, puisque le transport est plus long et les normes environnementales appliquées en France ne sont pas les mêmes dans les pays producteurs.

Dédié à l’économie française et à son savoir-faire, cette démarche éco-citoyenne est à l’initiative de trois alsaciens dont Christophe Sutter, résolument convaincu à défendre les valeurs de la France : « Nous souhaitons valoriser notre savoir-faire français qui est reconnu mondialement pour sa qualité, son authenticité et son histoire, et pour cela ils faut soutenir nos producteurs et artisans en achetant des produits fabriqués en France ! ». Articulé au travers d’un magazine en ligne, d’un annuaire des producteurs, d’une galerie participative et prochainement d’une boutique en ligne, Fabriquer En France se veut incarner le nouveau corner du « Made In France » où chaque consommateur pourra entretenir à son échelle, sa bonne santé et celle de son pays !

samedi, 25 avril 2009

Bibliothèque Spécial Chasseurs de tendances !!!

La Bibliothèque des curiosités des chasseurs de tendances (groupes Facebook et LInkedin)

100 ouvrages ou auteurs incontournables

 

1.      The Tao of Leadership de John Heider

2.      L'anthologie  Les Stoiciens  de la collection Pléiade ou Tel Gallimard

3.      Tant d'hiver au cœur du changement - Essai sur la nature des transitions / Michèle Roberge

4.      Le Cycle de la Fondation & Peebles in the sky - Isaac Asimov

5.      Cien años de soledad de Gabriel García Márquez - Realismo mágico

6.      The power of now - Eckart Tolle 

7.      Le prix de la confiance de Martin Roulleaux Dugage

8.      L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

9.      The emotionnal intelligence - Daniel Goleman 

10.  Le peuple des connecteurs - Thierry Crouzet 

11.  The tipping point - Malcom Gladwell 

12.  Wir nennen es Arbeit - Holm Friebe & Sascha Lobo 

13.  Tous les Ken Wilber 

14.  Disruption de Jean Marie Dru

15.  The power of now - Eckart Tolle 

16.  The emotionnal intelligence - Daniel Goleman 

17.  Hagakure, Le livre secret des Samouraïs, Jocho Yamamoto

18.  Femmes qui courent avec les loups- Clarissa Pinkola Estes 

19.  L'Alchimiste - Paulo Coelho 

20.  The Tao Te Ching

21.  The Singularity is Near de Ray Kurzweil

22.  Structures et dynamiques des organisations [Henry Mintzberg] 

23.  The Future Shock [Alvin Toffler]

24.  Change [Watzlawick et collaborateurs]

25.  Le Prophète de Khalil GIBRAN

26.  Le livre de sable de Jorge Luis Borges.

27.  The World Is Flat: A Brief History of the Twenty-First Century de Thomas L. Friedman

28.  Objectif Zéro-sale-con de Robert Sutton

29.  La Bible

30.  La Règle de Saint Benoît 

31.  Citadelle de Saint Exupéry

32.  La vie devant soi de Romain Gary

33.  The Tipping Point: How Little Things Can Make a Big Difference de Malcolm Gladwell

34.  La Publicité Autrement de Jean marie Dru

35.  c'est quoi l'idée de Philipe Michel

36.  L'Art de la Guerre de Sun Tsu.

37.  American Psycho - Bret Easton Ellis

38.  Cendrillon d’Eric Reinhardt

39.  Identités visuelles de Jean-Marie Floch

40.  Tao du management de Marc Halévy 

41.  The Blue Ocean strategy [Chan Kim et Renée Mauborgne]

42.  Re-Imagine de Tom Peters

43.  Strategic Brand Management de Kevin Lane Keller

44.  Choisir d'être humain. Good to great de Jim Collins

45.  7 secret of multicultural marketing.

46.  Vitesse et Politique de Paul Virilio

47.  Le temps des tribus de Michel Maffesoli

48.  Philosophie de l'argent de Georg Simmel 

49.  Les conséquences de la modernité d'Anthony Giddens 

50.  Neuromancien de William Gibson

51.  Un singe en hiver d’Antoine Blondin.

52.  Les aventures de Mafalda

53.  Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq

54.  La lente décomposition d'une civilisation. Et le sursaut final.

55.  La nomenklatura - Les privilégiés en URSS, Michael Voslensky. 

56.  Cul de sac de Douglas Kennedy

57.  L'insoutenable légèreté de l'être [Kundera]

58.  La nuit des temps [Barjavel]

59.  Propos sur le bonheur  [Alain]

60.  Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire [Swarup]

61.  Storytelling de Salmon,

62.  De la simplicité de John Maeda

63.  A perfect mess de Eric Abrahamson.

64.  Eloge de la pensée positive Pâvana

65.  Kafka sur le rivage de Haruki Murakami

66.  Ravage de René Barjavel

67.  Le meilleur des Mondes de Aldous Huxley

68.  1984...

69.  Nouvelle Terre de Eckhart Tolle

70.  l'Etre et le néant de Jean-Paul Sartre

71.  La société du spectacle de Guy Debord

72.  W ou le souvenir d'enfance de Georges Pérec

73.  Banquet de Platon

74.  Jacques Derrida

75.  Effacement progressif des consignes de sécurité [Vincent Ravallec]

76.  Baudelaire

77.  Rimbaud

78.  Le Livre des Morts Tibétains

79.  Les Monologues du Vagin [ Eve Ensler]

80.  L'Art de la Guerre [Sun Tzu].

81.  Le Milieu Divin de Teilhard de Chardin

82.  Le Successeur de pierre de Jean-Michel Truong.

83.  La philosophie dans le boudoir de D.A.F. de Sade

84.  L'œuvre de Gilbert Durand : depuis Les Structures anthropologiques de l'imaginaire à Introduction à la mythodologie

85.  Edgar Morin [par exemple: Où va le monde?]

86.  Thierry Gaudin

87.  Les romans de Maurice G. Dantec

88.  Borges

89.  La Mort de Virgile de Herman Broch

90.  Le dictionnaire des symboles de Gheerbrant

91.  La prophétie des Andes par James Redfield

92.  Histoires de Peintures. Daniel Arasse [2004]

93.  Le livre du thé d’Okakura [1906]

94.  Amours de Jacques Attali [2007]

95.  L'art de la simplicité, Dominique Loreau

96.  Une brève histoire de l'avenir de Jacques Attali

97.  Fragments d'un discours amoureux de Barthes

98.  La rivalité mimétique de René Girard

99.  Arabesques - Art Décoratifs au Maroc/ Ed : ACR Edition / Jean-Marc Castéra

100.                    Alchimiste de Paolo Coelho

vendredi, 24 avril 2009

Classement final des TAGS pour caractériser l’entreprise de demain

Classement final des TAGS pour caractériser l’entreprise de demain
Sondage auprès des groupes FB « Chasseurs de Tendances » et « Entrepreneuriat 2.0 » / avril 2009

TAGS TOP GOLD
• Agile
• Interconnectée
• Apprenante
• Connective
• Humaine
• Multiculturelle
• Polymorphe
• Virtuelle

TAGS TOP SILVER
• Coopérative
• Décloisonnée
• Eclatée
• Green
• Intelligente
• Sociétale

TOP BRONZE
• Aware
• Citoyenne
• Clanique
• Cohérente
• Communautaire
• Empathique
• Entreprenante
• Ephémère
• Etendue
• Ethique
• Fluide
• Généreuse
• Inclusive
• Informationnelle
• Nomade
• Organique
• Performance durable
• Porteuse de sens
• Positive
• Protéiforme
• Pyramide plate
• Réactive
• Respectueuse
• Responsable et engagée
• Simplicité
• Solidaire
• Symbiotique
• Transgénérationelle
• Webisée
• Yin et yangeste
• Développement personnel inside

SOURCE : Réalisation du sondage sur une idée de René Duringer avec la contribution précieuse des gentils contributeurs des groupes FaceBook « Chasseurs de Tendances » et « Entrepreneuriat 2.0 » / avril 2009

jeudi, 09 avril 2009

Le grand souk de TAGS www.smartfutur.fr d’avril 2009

 

cubes avec chiffres.jpgLe grand souk de TAGS www.smartfutur.fr  d’avril 2009

 

  • Economie souterraine/informelle
  • Rebellion
  • Nomadisme / Portabilité / Légereté
  • Ralentissement
  • Ultra simplicité
  • Alter financement, alter vie, alter consommation, alter capitalisme,…
  • Community manager / Open Networkers
  • Radicalisation / Polarisation
  • Proximity / Relocalisation / déglobalisation
  • Corps humain en kit
  • Cartes affectives, perversions, fantasmes, pathos…
  • Braderies / compléments de revenus…
  • Style commando / guerrier / Soldier of fortune
  • Bientôt les Posthumains ?
  • Management et communication informel
  • Tendance cube (peut être un rapport avec le rubik's cube ??)
  • Economie d’énergie (humaine)
  • Invisibilité / Cyberdissidence / Maquis / No trace
  • Valeurs / Sens / Ethique
  • Avatars 3.0 / Hologrammes / téléportation
  • Oiseau / Perroquet / Twitter

 

 

mardi, 07 avril 2009

Mes groupes Facebook pour bénéficier d'une veille gratuite !!!

 

 

Logo SF seul BD.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES FUTUR

  • Chasseurs de tendances
  • Prospective
  • 2020-2050
  • Entreprise 2018

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES LUXE

  • Ultra-Luxe
  • Imaginer le Palace de demain
  • Restaurants "Tendance" à Paris !!!
  • Buzz 2 Luxe**

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES DEUXPOINTZERO

  • Entrepreneuriat 2.0
  • ADN 2.0
  • Maslow 2.0
  • WEB 4.0

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES WE ARE THE MEDIAS AND THE FUTURE

  • Key blogueurs influents
  • Bra!n world des créatifs & innovateurs
  • I am a trickster
  • Les universensualiens**
  • MOreBrainStreams [MOBS]**
  • Iconoclaste

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES NEW BIZ

  • Business Anti Crise
  • Marchés du futur

 

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES REBELLION

  • Dessine moi la pauvreté...
  • FUCK LA PEUR
  • Groupe de salubrité publique contre les Pervers Narcissiques (PN)

 

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES AVENIR AUTREMENT

  • Progrès OFF
  • Projet HMPI [Habitat Mobile Portable Individuel]
  • Trans Human

 

 

GROUPES FACEBOOK ORIENTES SECTORIELS

  • Assistant(e) du futur
  • Centre des Acteurs de la Construction, du Bâtiment et de l’Environnement

 

 

GROUPES FACEBOOK DIVERS

  • Live To Future 2099 [22nd CENTURY]
  • Pour l'ajout d'écrans Géants à Paris comme dans Blade Runner !!!
  • Pour que tous les RTT deviennent des jours Enjoy Imagination !
  • Je suis trop heureux
  • Hub des Sherpas
  • Labo du futur de la Profession Comptable

 

** groupes où je ne suis pas le créateur mais un gentil coopérateur

dimanche, 05 avril 2009

Les tendances 2009 face à la crise

 

 

 

 

Les tendances 2009 face à la crise

Résultat du vote du groupe Chasseurs de Tendances sur Linkedin

Nous avons juste entamé une crise systémique, avec un processus de transformation inédit et inconnu. Pour autant, si vous deviez résumer/qualifier la tendance de l'année 2009 avec un seul mot cela serait lequel ? Quel serait votre tag ? Voilà le dépouillement du vote du groupe.

  • 9=NEUF, malgré la crise!
  • Abolition de l'immobilisme
  • Audace
  • Chance et beaucoup d'opportunités
  • CHANGE [en anglais] ou changement en français. Je le préfère en anglais pour le virage "obamaïen". 2009 a changé la valeur du changement. Hier, il était synonyme de danger. Aujourd'hui, c'est l'absence de changement qui est considérée comme dangereuse.
  • Changement
  • Changement de PARADIGME
  • Clairvoyance active
  • Destruction créatrice
  • En 1 mot je dirais que paradoxalement l'année 2009 a été : RICHE
  • ENFIN !!!
  • Etendue des champs des possibles, avec grandes interrogations et bouleversements : le monde sous haute tension.
  • Etendue et tendu.
  • Futur en construction --- travaux en cours
  • Galère....mais opportunités
  • Incertitude…Partout, nous cherchons la vérité et nous ne trouvons que l'erreur [Blaise Pascal]
  • Je crois que tout ce qui se passe actuellement est fortement lié à tous les changements mal digérés amenés par la numérisation des échanges depuis près de vingt ans.
  • Je dirai un seul mot : évolution [au sens d'ajustement et non de révolution].
  • L'aventure
  • Le début de la DEGLOBALISATION...
  • Le retour à la tradition.
  • Les réseaux. La crise et le vertige qu'elle engendre sans parler des pertes d'emplois, de qualifications et d'argent entraînent la création de réseaux réels et virtuels, professionnels, religieux, profanes, sportifs, familiaux et autres -- comme celui-ci. La planète devient un immense amas de réseaux -- tous à la recherche d'un sens et peut-être de réconfort
  • Manipulation : la crise, c'est surtout une vue de l'esprit....il faut accepter que le monde change....la crise de l'automobile c'est une conséquence directe de l'immobilisme du modèle économique utilisé par cette industrie depuis plus de 50 ans....
  • Nettoyage !
  • Neuf ! [9]
  • Opportunisme ! Car il va falloir surfer sur les marchés.
  • Overdose de virtuel - retour à la créativité
  • Pour ceux et celles qui y voient "une mutation" et donc un "changement de paradigme", une "affaire humaine" donc et pas un dérèglement plus ou moins passager d'un soi-disant système
  • Pour ma part, ma vision 2009 : HISTORIQUE, EXCITANTE, CHALLENGE.
  • Prise de conscience / Awakening
  • Prise de conscience des aberrations
  • Pseudo-Éthique....la nature humaine étant ce qu'elle est..
  • Re-Création :]
  • Redistribution & opportunités
  • Refondation ? ;-] [je tiens au point d'interrogation comme partie intégrante du terme. Peut-on y croire ???]
  • Refondation oui, nous sommes en crise depuis 20 ans, il fallait bien atteindre un pic, c'est fait. Le monde, les mentalités et les comportements changent. Effectivement c'est "le retour à l'essentiel", un "futur en construction", et un "grand nettoyage"
  • Regarder autrement
  • Remise en cause
  • Retour à l'essentiel !
  • Revoir les bases
  • Révolution. Dans le sens rotation autour d'un axe. Malheureusement dans notre pays, seul moyen de franchir les paliers successifs d'évolution. Les forces centripètes et centrifuges de la révolution laissent sur le bord de la route les désespérés qui n'ont plus que la violence comme moyen d'expression.
  • Synchronisation : aujourd'hui tout est synchrone. Les crises s'enchaînent et s'imbriquent, crises immobilières, financières, politiques, sociales. Les outils de communications se mélangent, on surfe de son mobile, on téléphone de son PC ; on peut commencer un rapport de réunion sur un ordinateur portable, le poursuivre de son smart-phone dans le train et le terminer sur son PC à la maison. D'où un second : vitesse, parce qu'il faut arriver à suivre, pour survivre.
  • Un retour à une certaine réalité humaine et pragmatique. L'union fait la force!

 

· 9

Après Bienvenue à Gattaca, voilà Bienvenue chez Maslow 2.0 !!!

971D376B-B5BB-4FC2-AF2D-247F7535D747.jpgAprès Bienvenue à Gattaca, voilà Bienvenue chez Maslow 2.0 !!!

Vu sur www.entreprise2018.com

 

Besoins physiologiques [se nourrir, se vêtir, se loger], besoins de sécurité [garantir son emploi, sa protection sociale, sa couverture médicale], besoins sociaux [affection, amitié], besoins d’estime [considération, réputation], besoins de réalisation : cinq niveaux constituant la pyramide du psychologue Abraham Maslow, qui, dans les années 40, a établi une classification hiérarchique des besoins humains, dans le cadre de sa théorie de la motivation. S’il en a une vision dynamique, la représentation pyramidale s’est imposée dans le domaine de la psychologie du travail, pour plus de commodité.

Mais ce modèle est-il encore valable aujourd’hui et servira-t-il de référence dans l’entreprise de demain ?

 

Partons du principe qu’il n’existe pas une vérité de la motivation, les différentes théories ne sont que des angles d’approche et la pyramide de Maslow n’est pas plus périmée que n’importe quel autre référentiel des besoins humains. Comme le note Patrick Viveret, philosophe et magistrat à la Cour des Comptes, « réalisons le progrès qu’elle a représenté, à savoir, donner à l’estime de soi une place à part entière dans la hiérarchie des besoins ». Et commençons par nous demander comment les bases de Maslow se déclinent aujourd’hui et imaginons leur évolution.

 

 

Sécurité, sens et reconnaissance en ligne de mire

Le sentiment d’insécurité actuel prend de l’ampleur, du fait notamment de la crise écologique qui se profile et de la hausse du prix des matières premières ; elles font douter de la satisfaction des besoins physiologiques dans le futur. En outre, on assiste à un phénomène d’éclatement des organisations, cependant, selon Maurice Thévenet, professeur de gestion des ressources humaines et de développement managérial au CNAM et à l’ESSEC « il n’aura qu’un temps, pour justement répondre au besoin de sécurité, la compétition exacerbée aura des répercussions sur les formes d’organisation qui naturellement vont se structurer, pour rester compétitives ». La question de la sécurité reste donc fondamentale, elle répond à un besoin des organisations. Dans ce contexte d’insécurité, on peut imaginer des changements dans la nature du lieu de travail, un lieu qui serait un lieu d’engagement, d’identification personnelle, un lieu stable et de développement personnel, pas uniquement professionnel. « Les patrons ont une carte à jouer, l’entreprise, dans un contexte de perte de repères, d’instabilité, d’insécurité, pourrait avoir la particularité de rassembler les gens, d’être un lieu pourvoyeur de sécurité, de relation, de réalisation et de reconnaissance. Un lieu qui dans la déréliction ambiante peut faire la différence en s’affirmant comme élément stabilisateur », note-t-il.

 

Le besoin de sens est aussi fondamental. Si l’on raisonne dans la logique de Maslow, il correspond à deux besoins : celui de sécurité [où vais-je ?], celui d’épanouissement. Avoir besoin de sens ne signifie pas que l’on a besoin que les gens nous en donnent. Dans dix ans, les personnes voudront encore plus de sens mais surtout le construire par elles-mêmes, d’où une réaction vis-à-vis des grandes institutions et une revendication forte d’éthique personnelle. Si actuellement on entend dans le discours des entreprises qu’elles ont une âme, il faut comprendre qu’elles expriment un besoin. Il existe des spécificités telles dans les entreprises qu’elles pourraient représenter leur âme. D’après Maurice Thévenet, il faut remettre en évidence le fait que le travail est essentiellement une expérience relationnelle ». C’est en marche, car il existe actuellement une crise du management de proximité, les belles organisations mécaniques ne vont plus fonctionner. Le besoin est criant, va-t-on le satisfaire ? Oui, car la nécessité fait loi. Des signes apparaissent, disant que c’est faisable : la sensibilité des collaborateurs à cette question et la prise de conscience des dirigeants. Les entreprises, globalement, ont vécu les quinze dernières années des crises où on a énormément restructuré, gros serrages de boulons à la clef. On est dans une société de TGS [Très Grande Susceptibilité, cf. Darwin et le sens de l’adaptation], la réaction vis-à-vis de problématiques comme le climat, poussant à considérer et à faire bouger les choses nous le prouve. Quand les temps sont durs, on en revient aux valeurs sûres. Cette très forte réactivité aux conditions extérieures entraînera un changement des comportements.

Quant aux besoins de reconnaissance, deux phénomènes nous montrent qu’ils sont en hausse : la démographie, qui pose la question des âges, et la quête d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

 

Comment faire travailler ensemble des âges différents ? Les entreprises seront de plus en plus confrontées à cette question. Si la perspective est de travailler plus longtemps, les seniors ne vont plus accepter de végéter, ils affirmeront leur besoin de reconnaissance et cela modifiera notablement les modes de fonctionnement des entreprises.

Elles seront également obligées de prendre en compte ce qui est extérieur au travail. De plus en plus, les choix de travail se font par arbitrage avec les proches. La mobilité par exemple pose des problèmes dans les couples ou dans l’organisation de la vie personnelle si on n’est pas en couple. Le besoin d’épanouissement est tel que les individus sont prêts à rogner quelques ambitions professionnelles pour assurer leur équilibre. Ceux qui vivent le plus mal ces problèmes d’écartèlement, d’équilibre, d’harmonie sont ceux qui se surinvestissent dans le travail, c’est un problème car les entreprises ne savent pas traiter ça, or, elles vont devoir s’y mettre car les réactions des collaborateurs par rapport à eux-mêmes et non plus uniquement par rapport à leur travail vont s’accentuer.

 

 

Passer de la notion de besoin à la notion de demande

L’être humain est un être de conscience et de désir et pas uniquement un être de besoins, les nourritures affectives évoquées par Boris Cyrulnik se placent au même niveau fondamental que la nourriture ou la respiration.

« Ce serait déjà beaucoup d’aller au bout de Maslow, et si nouvelle hiérarchie il doit avoir, ce n’est pas celle des besoins qu’il faut repenser mais introduire la notion de désir, et donc parler de demande », pointe Patrick Viveret, suivi dans cette idée par Bruno Auer et Nordine Lahlou, cofondateurs du cabinet Le Changement 2.0 : « si nous devions inventer la version 2.0 de Maslow, nous passerions de la notion de besoin à la notion de demande ».

Conscience et désir recèlent en effet beaucoup plus d’énergie que les besoins[1]. « Si nous n’étions que des mammifères rationnels, nous pourrions nous en tenir aux quatre besoins fondamentaux : protection, subsistance, reproduction, repérage, et dans ce cas les grands modèles économiques existants, libéralisme et socialisme, auraient raison tous les deux. S’ils ne fonctionnent pas c’est que répondre au besoin n’est pas suffisant », précise Patrick Viveret. Les fondamentaux économiques ne sont possibles que si l’on préserve les fondamentaux écologiques et anthropologiques. L’erreur de toute l’économie est d’avoir été organisée autour de la rareté, notamment celle de la nourriture. Or, le premier besoin est la respiration. Avec le modèle dominant, rareté et peur de la rareté, on obtient le triangle de base de l’économie classique : rareté, production, quantité. Mais avec l’air nous sommes dans l’abondance, un autre triangle se dessine : abondance, accueil [co-création], qualité. Si l’on imagine une économie politique de la respiration, l’échange non monétaire est premier dans tous les sens du terme [quantité et qualité]. L’abondance est présente dans l’économie numérique par exemple, si on l’aborde avec le modèle économique de la rareté, on passe à côté de quelque chose.

Patrick Viveret observe que les deux demandes fondamentales sont aujourd’hui sur l’axe amour-reconnaissance/sens. Il s’agit donc de penser et de parvenir à une économie de l’être plus que celle de l’avoir. La publicité par exemple, fonctionne sur la notion de désir, mais c’est une économie de l’être détournée car elle fait croire que la satisfaction, le bonheur passent par l’avoir. L’expression du désir n’annule pas la question des besoins, mais ils deviennent dès lors plus simples à traiter. On peut dire qu’on est déjà dans l’économie de l’être, mais mensongère et pervertie. Cela prouve que la chose essentielle à faire est ce qu’on nous promet, reste à créer les conditions pour le vivre. La très forte émergence du vaste secteur du développement personnel, la dégradation des relations à l’intérieur de l’entreprise ne sont pas anodines, elles montrent combien l’être est primordial. Dans l’idéal, l’économie de l’être qui ne détourne pas ou n’instrumentalise pas cette économie, va vers la cohérence.

 

Penser l’entreprise 2.0 à partir de la demande des personnes

Pour Bruno Auer et Nordine Lahlou, le grand enjeu serait de construire une entreprise 2.0 ressemblant à ceux qui travaillent dedans, sachant que pour avoir une grille ou un modèle qui fonctionne, il faut répondre à cinq niveaux de demandes.

1] La vision, le projet : on veut être et ce qu’on veut être, indique la direction où l’on va.

2] Les valeurs : ce qu’on partage.

3] Les compétences : comment on va faire, arrivent donc les stratégies ; ce qui a changé, c’est qu’on ne peut plus définir la stratégie en dehors d’une vision, en dehors de la complexité.

4] Les comportements.

5] L’environnement.

 

Pour ce faire, ils s’appuient sur deux paradigmes :

 

En premier lieu, celui de Michael White, créateur de la démarche Narrative : l’homme navigue dans ses besoins comme il navigue dans son identité et son contexte identitaire [ce qu’il est, ce qu’il raconte de ce qu’il est, à quelqu’un dans un endroit E à un temps T]. Les variations sont donc évidentes, comme ses besoins, ou aspirations. « L’être humain témoigne ainsi du fait qu’il est vivant », précise Nordine Lahlou. Un être vit au travers de qualité préférées qu’il met en œuvre à travers des buts et des intentions, accrochées à un système de croyances et de valeurs qu’il développe sous forme d’aspirations et de convictions. Ceci dit, cet être, défini sous forme de paysage, se confronte à des expériences d’être : ce que je pense être et l’expérience [au réel]. Il existe en lui une renégociation permanente des expériences qu’il vit, via le discours intérieur.

Autre point de référence, Robert Dilts : il a établi que la pensée s’organise à des niveaux de logique différents et proposé un schéma inspiré de Betson, le pape des sciences molles.

 

L’être humain pense sur les niveaux logiques suivants :

- environnement [spatial],

- comportemental,

- mise en œuvre de compétences,

- valeurs,

- mission/vision.

 

Une personne, pour se penser soi, centrée, a besoin d’aligner tous ces niveaux logiques, il faut en outre rajouter l’appartenance [cf. le paysage de l’action de Michael White].

 

Ces niveaux logiques sont-ils uniquement valables pour l’individu, peuvent-ils fonctionner dans les groupes ?

 

« Nous pensons que l’entreprise est une forme anthropologique comme une autre [patrie, famille, entreprise – pater, patron] », expliquent les fondateur du Changement 2.0. Pour comprendre comment ils arrivent à cette conclusion, remontons dans le temps. Depuis deux siècles, les formes archaïques de la patrie, de la famille, de l’entreprise sont battues en brèche par de nouvelles structures anthropologiques. Pour parler de l’entreprise, on est passé de famille à maison [fin XIXe siècle], fin des années 70, on parle d’équipe, en référence au sport, à partir des années 80, on partage des responsabilités, on est dans une même équipe mais on est concurrent, d’où saine émulation ou rivalité entre membres d’une même équipe. Attention, si un maillon est faible, toute l’équipe est pénalisée, et donc, le stress apparaît.

 

Apparaissent aussi les coaches, qui accompagnent l’équipe sportive, et des notions comme la performance individuelle, qui, avant, était collective, et le développement personnel, d’où une pression sur l’individu. « On réalise depuis quelques années, et cela n’ira qu’en s’accentuant, que la contrepartie d’une équipe avec les hommes au cœur et le stress qui en découle, est d’avoir des entreprises qui répondent à tous les niveaux de leur demande, c’est-à-dire des entreprises qui leur ressemblent », note Bruno Auer.

 

Se pose alors la question de la désirabilité de l’entreprise, c’est un renversement historique. Depuis, la chute du mur de Berlin et la montée de l’ultra libéralisme, on a assisté à une accélération des cycles. On est passé de prévisions à 8 ans, à des prévisions à 5 ans, 3 ans, 1 an, on en est maintenant à la publication semestrielle ou trimestrielle et bientôt mensuelle. « Un délire complet ».

C’est pourquoi l’homme, les entreprises et les nations vont devoir passer en mode 2.0, s’upgrader, il s’agit de sortir d’une logique unitaire pour aller vers la notion d’agencements [cf. Deleuze].

 

La demande des collaborateurs va s’organiser autour de 3 niveaux [les deux premiers concernent le besoin de reconnaissance et de gratification, le troisième fait apparaître la notion d’implication] :

- système de rémunération + avantages en nature

- gestion du futur [grille de formation, d’évaluation]

- appartenance [je me sens Peugeot ou pas, etc.]

 

Au final, Maslow 2.0 prend en compte la demande de l’Homme : une entreprise qui lui ressemble, qui s’adresse à lui sur différents niveaux logiques. Le problème d’appartenance pouvant se situer à n’importe quel niveau.

 

 

By Sophie Girardeau

 

 

 



Les 11 critères pour déterminer si un blogueur est influent en 2009


1. Véracité des informations données
2. Humour / ludique sur des sujets de société
3. Esprit critique - il analyse les événements. Discernement (ou qui permet de développer l'esprit critique)
4. Avant gardiste / visionnaire
5. Qualité et exclusivité des articles (un même article repris 50 fois n'est pas un bon article sauf analyse complémentaire et personnelle)
6. Photographier la réalité avec un objectif nouveau
7. Nombre commentaires
8. Influence sociale sur les réseaux : twitter (twitterio), facebook, linkedin, viadeo,...
9. Donnant un enseignement "de vie" (insights ???)
10. Capacité à surprendre le lecteur
11. Bonne écriture (très important, quelque soit le style)

Films de science fiction regarder pour mieux anticiper le futur ??? Ultime liste

Proposition de films de science fiction pour aider à anticiper le futur...

Les grands vainqueurs sont…
• Bienvenue à Gattaca
• Soleil Vert
• Minority Report
• 1984

Les autres films cités également…
• 2001, l’Odyssée de l’Espace
• Starship Troopers
• New York 1999
• 2012
• Dune
• Orange Mécanique
• Johnny Mnemonic
• La montagne sacrée
• Matrix
• Fight Club
• Equilibrium
• 2048
• Truman show
• Eternal sunshine of the spotless mind
• L’Ile du docteur Moreau
• Le Jour d’après
• The Island
• Rollerball
• The Village
• Zardoz
• La Forêt d’Emeraude
• La jeune fille de l’eau
• I Robot
• Strange days
• eXistenz
• Brazil
• Tous à Zanzibar
• The Shockwave Rider (Sur l’onde de choc)

Enfin une dernière liste de rattrapage…
• Total Recall
• Cypher
• Blade Runner
• Zeitgeist
• L’armée des 12 singes
• SOUTHLAND TALES
• Mad Max
• Terminator
• Battle Royale
• Dark city
• V comme vendetta

Les principales innovations technos du futur...

Quelles seront les 5 principales innovations technologiques qui vont révolutionner le monde dans les 10 ans à venir ????
• Matériaux intelligents
• Machines intelligentes
• Nanosciences
• Organes artificiels
• Drônes
• Réalité augmentée
• Virtualisation
• Nanotechnologies
• Alicaments
• Nouvelles énergies
• RFID
• Surveillance biométrique
• Voyages spatiaux
• Nanobots
• Voiture du futur
• Maison intelligente
• Objets communicants / intelligents
• Moteur à hydrogène
• Intelligence artificielle
• Robots
• Biogénétique
• Tissus intelligents
• Nanorobots
• Muscles artificiels
• Matériaux à mémoire de forme
• Ecrans feuille
• Papier peint écran
• Hologrammes
• Alimentation génétiquement modifiée
• Implants neuronaux
• Biotechnologie
• Matériaux biomimétiques

J'ai oublié quelque chose ???

Tendance Palaces et Hôtels überluxe

Alors…. Luxe ou pas luxe ? Si chacun doit avoir une définition personnelle du luxe, l’imaginaire commun intègre bien trois critères évident : la notoriété, l’histoire et la localisation. Ensuite viennent, les Hôtels modernes, plus branchés qui développent des positionnements très précis (people, avant-gardiste, intimiste, décalé...). Toutefois, on distingue deux modes de classement : le premier « classique » qui classe automatiquement en tête de file les Palaces traditionnels, un deuxième qui se réfère aux hôtels plus intimes, plus pointus, bref ultra branchés. Le classement après dépouillement est le suivant :
1- Ritz
2-Plaza
3-Crillon
4-George V
5-Meurice
6-Bristol
7-Fouquet’s Barrière ex-æquo avec le Park Hyatt,
8-Costes
9-Pershing
10-Murano
Précurseurs, tous ces hôtels le sont, super connus aussi, finalement c’est peut-être cela le secret du luxe tout simplement : être en avance encore et toujours. Mais aujourd’hui et demain où dormirez-vous ? S’il ne devait en rester qu’un ?

Une enquête cosignée Blandine Myard et René Duringer

Community Manager, le métier du futur

image cm.jpgENQUETE

Community Manager, le métier du futur

 

 

 

Le potentiel d’une entreprise en 2009, c’est autant son stock de savoir que le flux de ses échanges et conversations. La culture du flux, on la retrouve dans le phénomène des communautés, que cela soit dans un cadre professionnel ou personnel. Les outils 2.0 ont favorisé le décollage des communautés, favorisant l’émergence d’expertises, de best practices, grâce à une qualité d’interactivité intuitive.

Une communauté est un eco système dynamique qu’il faut faire vivre et grandir. C’est une forme d’organisme vivant avec de la « e-maïeutique ». Nous sommes aux frontières du savoir, de l’humain et des technologies.

Le Community Manager n’est pas un chef de gare avec des flux, mais un agent superactif qui permet d’obtenir de l’information augmentée, grâce à l’alchimie humaine, la magie des interactions qui peuvent vous emmener vers des raisonnements ou des idées que vous ne pouviez logiquement anticiper. Cette capacité à faire coopérer les humains, à organiser le networking, est un talent atypique, un métier en émergence et à valoriser (pas encore reconnu dans les entreprises). Si on imagine que dans 10 ans, les 2/3 des PME aient un Community Manager cela pourrait faire 100 000 profils à former d’ici là !!! Puis que nous allons entrainer dans l’ère du Quaternaire et du 2.0, cela ne semble pas loufoque de prétendre qu’un nouveau métier est en train d’apparaitre en 2009, et qu’il est urgent de reconnaitre la valeur ajoutée de cette fonction et se doter en France de plate formes pédagogiques pour propulser ces nouveaux talents. Avertissement : nous partons du principe qu’il s’agit d’une communauté 2.0, avec de l’intelligence connective, éthique, un fonctionnement en pyramide plate, un état d’esprit coopératif. C’est le soft power en action !!!!

 

 

QUESTION 1 / Si l’on devait définir la fonction de community management par rapport à ces concepts suivants… (liste indicative, non limitative)

  • Knowledge management
  • Management de l'innovation
  • Conduite du changement
  • Ghost thinker (conseiller/sherpa parfois discret au service de la communauté)
  • Animateur de veille
  • Animateur de système d’information
  • Manager d’un ensemble ressources humaines dans le vrai sens du terme...
  • Project manager d'une équipe qu'il ne commandera jamais mais pilotera en chef orchestre…
  • Webmaster

 

QUESTION 2 / Quels sont les 3 facteurs humains des membres d’une communauté qu’un Community Manager doit prendre en compte pour s’adapter en 2009 (liste indicative, non limitative) ?

  • Individualisme
  • Syndrome de l'overload informationnel (surcharge des cerveaux en infos reçues)
  • Manque de temps / Faible disponibilité
  • Hyper sollicitation de la part de l’environnement / nombreux stimulus
  • Peur de partager une info
  • Comportements reptiliens pour cause de crise
  • Gestion de l’image
  • Super Ego
  • Rythmes chronobiologiques
  • Tendance Micro communication (ne peut absorber que des mini doses d’infos)

 

QUESTION 3 / Les 3 compétences nécessaires pour être un Community Manager (liste indicative, non limitative) ???

  • Coaching
  • Cybernétique
  • Documentatliste
  • E-skills
  • Journalistique
  • Maitrise navigation hypertextuelle
  • Networking
  • Psychologie
  • Rédactionnelles (Bonne écriture)
  • Sciences cognitives
  • Sémantique Web
  • Sémiologique
  • Sérendipité
  • Spécialiste en réseaux : twitter (twitterio), facebook, linkedin, viadeo,...
  • Techniques de Mapping
  • Veilleur
  • etc

 

QUESTION 4 / Quelles sont les 5 traits de caractère d’un Community Manager (liste indicative, non limitative) ???

  • Absence de problème d’ego
  • Adaptable
  • Alchimiste : qui révèle les potentialités de chacun
  • Amplificateur de sensations
  • Avant gardiste / visionnaire
  • Bienveillant
  • Calme
  • Catalyseur du changement
  • Communicant
  • Connecteur
  • Créateur de liens
  • Créateur de surprise
  • Créatif
  • Cultivé (dans le sens doté de grilles de lecture permettant de traiter tout type d’infos)
  • Curieux
  • Décalé
  • Découvreur
  • Détourneur
  • Digital creator
  • Ecoute
  • Empathique
  • Esprit critique (contrôle de cohérence de la véracité des informations mises en circulation)
  • Ethique
  • Explorateur
  • Geek attitude
  • Généreux
  • Honnête
  • Humain
  • Humour
  • Inattendu
  • Innovateur
  • Intuitif
  • Joueur
  • Lucide (aware)
  • Malin
  • Multi sensoriel
  • Multitâches
  • Open minded
  • Partageur
  • Polyvalent
  • Réactif
  • Résilient
  • Rêveur
  • Rusé
  • Séducteur
  • Sens de l’observation
  • Sens des valeurs
  • Sincère
  • Socio-réceptif
  • Spirituel
  • Story teller
  • Trickster

 

 

QUESTION 5 / Quel serait le facteur clé de succès principal d’une communauté qui fonctionne bien ?

 

 

 

Merci pour vos réponses sur smartfutur@gmail.com