Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 juillet 2007

L'émergence de la croissance Q

2008_2012 / L’émergence de la croissance Q  Après la chute des référents idéologiques [abandon du communisme, fin des Etats Léviathan, désaffection pour les religions, perte de pouvoir et de représentativité des institutions, éclatement de la valeur famille, etc], le capitalisme est devenu l’organe de régulation de la planète et nous sommes devenus un village planétaire sans couture, unifié par les technologies et l’argent. Le capitalisme fonctionne selon ses propres lois internes, sans contre pouvoir intégrant des intérêts non marchands [préservation de l’intégrité de la planète et de l’humain]. Le privé a même colonisé la chose publique. Certes on a érigé la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise comme pansement dogmatique. Mais ce système hérité de l’ère industrielle s’épuise et touche à sa fin. Cette économie de l’excès en tout est entrée en conflit frontal avec la société, au détriment de l’humain et de la planète.

La barbarie économique de la mondialisation nous a entraîné dans une course déflationniste inacceptable. La seule alternative : un nouveau type de croissance qualitative reposant sur l’innovation, le savoir, le maillage des idées, la prise en compte des indidualités et projets de vie de chacun, le capital humain, la créativité, la culture.

Nous constatons tous que modèle de développement économique qui ne satisfait plus personne [salariés, dirigeants, consommateurs, etc].  Il ne s’agit pas d’une crise de société, d’un dépitement passager ou d’une déception. Nous sommes dans l’« entre deux », un carrefour [2008_2012].  Nous voyons émerger des individualités et des singularités autour de nous, des gens dont le moteur est l’accomplissement de soi et non le gain financier. Ce sont les nouveaux « croisés » de la croissance Q, en remplacement de la croissance +.

Les nouveaux fondamentaux c'est la quête du sens et de valeur, l'innovation plus humaine & transversale, l’intelligence collective des réseaux sociaux, l’économie des singularités, la priorité à l’immatériel, la valorisation de l’intuition et des valeurs féminines. Cette nouvelle croissance qualitative se propose d’inventer un système  avec une harmonie entre l’économique et la vie [singularités, mère nature].

Face à ce monde économique qui s’éteint les initiatives pullulent malgré les difficultés. Car si 4 français sur 5, se posent encore la question tous les matins de savoir a quoi mènent leur vie [y compris des PDG du CAC 40], les autres se lancent dans de nouvelles trajectoires individuelles autour de convictions, parfois se mettent en situation de rupture ou de mue ou en combinant des activités paradoxales.

Les commentaires sont fermés.