Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 juin 2018

POURQUOI UN SECTEUR D’ACTIVITE NE SE REMET PAS EN CAUSE VOLONTAIREMENT ?

Il est toujours fascinant d’observer des entreprises ou organisations foncer dans le mur alors que depuis plusieurs années le secteur d’activité devrait être en alerte DEFCON 1 (DEFense Readiness CONdition) et avoir préparé sa disruption. A l’œil nu, les signaux étaient sans aucun doute rouges mais rien ne se passe malgré le vacarme autour du secteur d’activité. Quelques tentatives d’explications avec les 16 plaies comportementales les plus fréquentes.

  1. Effet tunnel (avec des sollicitations de menaces ou objectifs à moins d’un an, l’attention va se rétrécir sur un point minuscule à l'horizon, effaçant les informations vitales à la périphérie).
  2. Déni / peur du changement / peur de l’inconnu / politique de l’autruche / syndrome bunker / incapacité à sortir de sa zone de confort.
  3. Des décideurs appartenant à l’ancien monde et ayant du mal à visualiser le « monde d’après » (syndrome des taches brunes dans les organes de direction).
  4. Dispersion croissante de l’attention / saturation des agendas / surcharge neuronale permanente.
  5. Manque de curiosité (apathie à relier avec le syndrome de la panse pleine).
  6. Absence de fonction prospective et/ou de vigie/sentinelle dans l’organisation.
  7. Auto-intoxication avec des infos venant uniquement de l’intérieur du secteur d’activité (pas de veille à l’extérieur du secteur pour un regard transversal).
  8. Des prestataires spécialistes du secteur qui recyclent des « tendances as usual » ou des stratégies obsolètes pour pas bousculer les décideurs et assurer une continuité...
  9. L’excès de confort donnant un sentiment d’invulnérabilité (syndrome de la moquette épaisse dans les sièges sociaux).
  10. Des dirigeants coupés du monde réel (n’ayant jamais traversé le périphérique de leur ville et faisant peu de voyages à l’étranger).
  11. Des organisations en silo (de type militaire) coupant les organes de direction du terrain et filtrant les infos qui "remontent" au top management.
  12. Allergie aux risques.
  13. Absence de visionnaires.
  14. La sidération face à un monde sous le signe de la Volatilité, de l’Incertitude, de la Complexité et de l’Ambiguïté.
  15. Absence de transition générationnelle dans les lieux de décision.
  16. Scepticisme systématique face aux innovations et à la modernité (rouler avec le frein à main implique de rattraper le train avec plusieurs années de retard).

Écrire un commentaire