Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 mars 2013

Banque de détail 2020 : stop ou encore ?

Tout a changé : modes de vie, diversités culturelles du mille-feuille générationnel, révolution des e-usages (mobile, smartphone, tablette, etc), nouvelles postures du consommateur décomplexé et anti gaspi (et multi fournisseurs), pression du pouvoir d’achat laminé, quête de sens, course au temps et multi-tasking/multi-lifing, univers quotidien surinformé en temps réel, travail haché ou slashé ou même pas de travail, ultra concurrence sur des marchés arrivés à maturation (y compris pour le retail banking)… Et pour autant l’agence bancaire de 2013 ressemble furieusement à celle de 1983 mise à part les affiches en devanture, les guichets automatiques faisant papa-maman, le panneau  « l’agence ne détient pas de fonds » et quelques promos pour des assurances ou téléphones portables. De façon étrange, alors que tout est automatisé, dématérialisé, webisé…la banque d’aujourd’hui semble être en mode business as usual, avec des agences clonées à l’infini avec un risque de décrochage par rapport au monde réel (même si la plupart des banques proposent des services en ligne).

L'hyper client de la banque du futur existe déjà en 2013, mais quelles sont ses attentes ? A quoi rêve l’hyper client ? Quels sont les services qu’il attend ? La banque idéale : elle ressemblerait à quoi ? Quelle serait la relation client idéale ? A quoi ressemblerait une expérience waouah dans une agence bancaire dans un monde magique ? Une banque 100% digitale est-ce une tendance durable ou un modèle anecdotique ? Si la banque de détail du futur devait s’inspirer d’autres secteurs d’activités pour façonner différemment ses locaux, quel serait le benchmark idéal : luxe, restauration, fast food, entertainment, palaces, superette, etc ? 

A quoi va ressembler l'agence bancaire de 2020 : un espace lounge, un magasin nespresso, un lobby d'un grand hôtel, une supérette, une cyber plate forme high tech, une supérette pour pousser le caddie et acheter des services, une zone de services, un lieu pouvant hybrider plusieurs activités dont le retail banking, un lieu zen pour coacher les clients sur la gestion de leurs, finances, etc

Pour cogiter sur le sujet, c'est par ici...

http://lnkd.in/bVGkpP

samedi, 02 mars 2013

Tout savoir sur les Tendances Consommation 2013 avec un séminaire d’une journée !!!

 

142x196.jpgTransparence, authenticité, simplicité : comment les marques repensent-elles leur stratégie marketing face à la crise ? Comment prendre le contre-pied des discours traditionnels de réassurance et de prix dans le contexte actuel ? Quels arbitrages le consommateur fait-il face à la baisse du pouvoir d'achat ? Comment choisir un positionnement rassurant ? Comment les marques surfent-elles sur l'actualité politique et économique pour valoriser leurs produits ? Comment le « made in » est-il redevenu un axe de communication ? Comment dépoussiérer le terrain incontournable de la communication familiale ? Do It Yourself, partage, location, paiement à l'usage... Quels sont les nouveaux modes de consommation qui se dégagent ? A quels domaines s'appliquent-ils ? Quelles opportunités représentent-ils ?

 

 

1#CONSOMMATION : LES SCÉNARIOS D'ÉVOLUTION

Le scenario d'une crise en W semble bien se confirmer et installe l'économie dans une période d'instabilité et d'incertitudes économiques durables. Dans ce contexte, comment la consommation des ménages évolue-t-elle ? Montée du chômage, baisse du crédit... Quel pourrait être l'impact sur l'évolution de la consommation durant les deux prochaines années ? Comment les consommateurs comptent-ils arbitrer ? Quels sont les domaines de consommation sanctuarisés ? Quels sont les secteurs sur lesquels ils comptent modifier profondément leur comportement ?

 

2#LES PRATIQUES D'ACHAT EN 2013

Après des années de contestation de la société de consommation, de plus en plus d'individus mettent en place des stratégies de contournement, d'autoproduction et donnent du sens à leur acte d'achat. Quelles sont ces nouvelles pratiques d'achat ? Quel impact ces comportements émergents peuvent-ils avoir sur la société ? Quelles sont les opportunités à saisir ?

 

3#LA NOUVELLE GUERRE DU « MADE IN »

Comment les marques surfent-elles sur l'actualité politique et économique pour valoriser leurs produits. Autrefois associé au luxe, le « made in France » fait aujourd'hui de l'oeil aux consommateurs « responsables » en devenant un véritable label d'engagement citoyen. La robustesse allemande, l'humour anglais...Comment les clichés sur nos voisins européens sont-ils devenus un véritable terrain de communication ?

 

4#L'HUMANISATION DES MARQUES, OU QUAND LES MARQUES DESCENDENT DE L'OLYMPE

La descente de l'Olympe ? dé-sacralisation, incarnation, humanisation, lâcher prise... les marques sont entrées dans une nouvelle ère. Elles se découvrent de nouvelles obligations que le digital a simplement rendues encore plus nécessaires.

 

5#LA FAMILLE : UN CLASSIQUE REVISITÉ

Avec la crise, le consommateur se replie sur des valeurs traditionnelles qu'il maîtrise : la famille, la nature, l'authenticité. Comment les marques ont-elles dépoussiéré le terrain de la communication et du marketing familial ? Comment continuent-elles d'innover tout en restant fidèles à ces valeurs ? Comment s'adresser à la famille dans son ensemble tout en ciblant individuellement chaque membre du clan ? A quelle famille s'adresse-t-on aujourd'hui ?

 

6#LA SECONDE VIE DES PRODUITS

Troc, recommerce... Quelles sont les attentes du consommateur ? Quelle cible ces offres adressent-elles ?

 

7#POURQUOI ACHETER QUAND ON PEUT LOUER, PARTAGER, OU ÉCHANGER ?

Le principe de location et de paiement à l'acte ou à la durée touche aujourd'hui les domaines les plus étonnants : musique, VOD, automobile, accessoires de luxe... Comment les marques s'adaptent-elles à ce nouveau type de consommation ? Comment diversifier son offre sans cannibaliser l'existant ? Comment faire de l'échange entre particuliers un business ?

 

8#LES NOUVEAUX MODÈLES DU DIY

Baisse du pouvoir d'achat, véritable engouement pour les activités manuelles, volonté de se singulariser... nombreuses sont les raisons qui expliquent le succès du Do it Yourself. Aidés par la multiplication des applications de coaching sur mobile, tous les secteurs sont désormais touchés : voyage, bricolage, cuisine ou encore santé. Quelles sont les opportunités ? Quelles sont les limites du modèle ?

 

9#DISCOURS ANTI-CRISE : VENDRE DU BONHEUR MALGRÉ TOUT

Certaines marques choisissent de se positionner sur le registre du bonheur, de la légèreté et de l'humour malgré le contexte économique difficile et anxiogène que nous connaissons. Comment prendre le contre-pied des discours prix / réassurance actuels? Stratégie de provocation ou optimisme volontaire : comment vendre du bonheur à des consommateurs désillusionnés ? La marque est-elle encore crédible et attendue sur ce terrain ?

 

Comment s’inscrire ?

Bénéficiez grâce à un partenariat entre le groupe Benchmark et l'Observatoire des tendances d'une réduction de 150 euros, soit un tarif de 740 € HT au lieu de 890 € HT pour un séminaire ultra dense d’une journée. Pour ce good deal utilisez le code réduction de l'Observatoire des tendances "conso2013OT"

http://www.ccmbenchmark.com/conference/626-tendances-cons...

Alors RDV le 9 avril 2013 au Pré Catelan, Paris 75016…