Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 février 2009

Zapping Prospectif Pêle Mêle du 7 février 2009

039H0702.JPGZapping Prospectif Pêle Mêle du 7 février 2009

1.

 

 

 

 

 

1. Grand retour de la géopolitique et de la géo-économie : compte tenu des enjeux autour des ressources naturelles, les entreprises et les secteurs d’activités doivent intégrer dans leur veille. Un conflit par exemple entre le Pakistan et la Chine aura des réactions en chaîne qui va atteindre la PME française dans ses achats et ventes ! Bientôt sur SmartFutur, les 10 facteurs géopolitiques à surveiller dans le futur.

2. Tout est climatique. Toutes les activités économiques vont être remodelées par les évolutions erratiques des climats. Cela guide plus que jamais la façon de consommer, mais cela modifie nos habitats, nos modes de vie, nos secteurs d’activité, etc La prévision météo va devenir une information stratégique pour les entreprises. Les grands groupes ont déjà un climatologue. La couverture des risques climatiques va devenir une priorité.

3. Glissement des blogs pour des formules hybrides wiki-blogs pour créer des biosphères permettant une interactivité grâce aux outils du web 2.0 (objectif, créer des cercles de confiance qui génère du sens à un collectif)

4. Naissance de nouvelles industries culturelles & créatives + renaissance de certaines industries « traditionnelles » quand il existe des savoir faire historiques (à moyen terme !!!)

5. 50 % des entreprises seront passées à l’Open Source dans les 5 ans

6. Utilisation massive de toutes les innovations issues du développement durable et des technologies pour réduire les dépenses des agents économiques ou faire du green business. Ces micro-innovations sont encapsulées naturellement dans les modèles économiques. En plus c’est bon pour la réputation de la marque. Le développement durable, c’est génial pour les radins !

7. Développement de la pensée systémique pour toutes les facettes de la vie de l’entreprise

8. Après la grande vague des délocalisations, le mouvement de balancier inverse va provoquer progressivement des relocalisations…Le prochain choc pétrolier sera alors un accélérateur de ce mouvement.

9. Pour réduire les coûts les entreprises vont développer des systèmes de mutualisation (centre de partages, GIE, groupements d’employeurs, partage de fonctions de support dans une ZAC, etc) ou externaliser les fonctions de support. Idem, décollage du télétravail pour des raisons de coûts.

10. Montée des achats responsables…

11. Les digital natives au centre des débats sur le futur de l’entreprise, car ils ne sont pas solubles dans une entreprise 1.0 et devraient modifier par capillarité les usages à la traîne des technos (à ne pas confondre avec la longue traîne). Microsoft dans une récente étude parle même des digital creators, des ludens et d’autres profils atypiques. Le mille feuilles de certaines entreprises va être bousculé…

12. Le développement économique va se faire de plus en plus en fonction de bulles territoriales, cad d’éco système intégrant tous les acteurs et en faisant converger technologies, talents, développement durable, etc Nécessité de penser systémique avec les interactions entre l’entreprise et son environnement. Cela signifie aussi une capacité à influencer un territoire dans des relations win win (par exemple une entreprise finance une école ou des projets socio-éco avec un retour sous forme de main d’œuvre ou d’autres bienfaits indirects)

13. Développement de nouvelles formules de partenariats public / privé pour faire face ensemble à des enjeux socio-économiques où une seule partie, n’arrive pas financer l’ensemble.

14. Tout doit être décliné en mode éphémère : ventes privées dans des hôtels, modèles économiques, briques informatiques, collections de produits ou de services, etc Nous sommes sur une obsolescence rapide des innovations. Tout est éphémère, jetable, béta, instantané. Fini, les systèmes monolithiques.

15. Développement des activités de mapping/cartographie grâce à la géolocalisation pour identifier sur un territoire les ressources, talents, nuisances, activités, initiatives, etc L’objectif c’est de mieux visualiser la texture d’une urbanisation et de faire interagir, interconnecter, converger les différents points de la carte. Ainsi, pourquoi aller à l’autre bout du monde, si une compétence est disponible dans sa propre rue.

16. Augmentation des adeptes involontaires de la décroissance, du slow, du vivre autrement, de la simplicité volontaire. Suite à la crise les gens recyclent, pratiquent sans le savoir le développement durable, essayent de trouver des formules de solidarité. Retour du bon sens et des radins.

17. Développement des nouveaux pauvres (http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=9... ). La survie devient « tendance » dans de nombreux pays occidentaux, rendant vulnérables classes moyennes, retraités, etc Le mal atteint de nouvelles strates sociales.

18. Augmentation prévisible des tensions géopolitiques pour les accès aux ressources naturelles. Risques de conflits armés, de crises, d’exodes.

19. La grande convergence netbook et mobile, pour bientôt…

20. La virtualisation et la 3D progresse (http://www.infohightech.com/ )

21. De nombreuses innovations technologiques vont révolutionner nos vies suite au salon de Las Vegas http://www.cesweb.org (merci à Bernard Neumeister pour son debriefing)

22. La Génération G (pour "générosité") serait donc en train de faire son chemin. http://www.trendwatching.com suggère huit pistes aux organisations pour qu'elles atteignent ce groupe.

23. Les grandes manœuvres stratégiques (délocalisation, externalisation, fusion, alliances, etc) vont intégrer des systèmes réversibilité…Un accord doit pouvoir être changé à tout moment en cas de retournement.

24. Les vagues massives de licenciement vont générer un volant important de personnes qui vont se retrouver auto-entrepreneur à l’insu de leur plein gré, et seront ainsi les variables d’ajustement en fonction des up & down de l’économie.

25. Face au rétrécissement des flux des retraites, montée des enjeux autour de la patrimonialisation mais également d’une professionnalisation de la gestion de patrimoine. Par ailleurs, comme nous ne vivrons plus que dans des environnements économiques instables, les ménages devront gérer en amont leur autonomie avec un capital, puisque les mécanismes de solidarité sont réduits [entre les générations ou via la société civile]. Un gros marché pour accompagner tous ces ménages.

26. Dans un monde chaotique, la tendance est naturellement au refuge et la recherche d’antidotes... Cette année, crise oblige, tout est valeur-refuge : l'or, le Livret A, le chocolat, le foie gras et, bien sûr, la maison. Après le cocooning des années 1980, le "nesting" (de "nest", nid, en anglais) de l'an 2000, qui élargissait la maison au cercle d'amis, on est arrivé au "hiving" (de "hive", ruche en anglais), cette tendance qui invite le monde à pénétrer chez soi via la technologie. Le tout sur fond de crise internationale. "Face à un monde désorienté, la maison nous console avec des remèdes antimorosité, affirme Etienne Cochet, directeur général et fondateur du Salon Maison et objet. http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2009/01/22/la-m...

27. Si beaucoup d’économistes analysent la crise actuelle, en ce calant sur les scénarios du passé, tout devrait se passer comme avant. Une grosse purge, des dégâts collatéraux, puis un redémarrage comme avant. Toutefois, il est quasi certain que nous sommes face un changement de civilisation, un nouveau paradigme. Il ne faut pas sortir de la crise, mais réussir une transformation dans les 3 ans à venir. Il est certain que l’on peut dire que nous sommes dans une période troublée et de turbulences. La « crise » plutôt que d’être une source d’angoisse, va être un formidable accélérateur pour pouvoir mettre en place de nombreuses innovations. Pour faire plus avec moins, il faut radicalement nos façons de faire, de réfléchir, de travailler, il faut revisiter tous les business, il faut faire du bbz mental (comme la touche RESET) car sans innovation radicale, de disruption l’histoire nous rattrapera rapidement.

Les commentaires sont fermés.