Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 mars 2008

La sérendipité, clé de voute des entreprises dans le futur

cbd269ecaab009828a439eeb29225741.jpgLa sérendipité, clé de voute des entreprises dans le futur

Nous avons vécu dans un monde aspirant à la rationalité économique, à la certitude, la logique, bref une modélisation scientifique extrême. L'enjeu des prochaines années c'est de désenfouir l'autre versant et lui reconnaître sa valeur féconde. Appelons cet autre versant : le hasard, l'émotion, l'intuition, la synchronicité, la mémétique, la complexité, l'irrationnel, le non-linéaire, les surprises, le chaos, l'heuristique, les cygnes noirs, etc Ces concepts sont rarement enseignés dans les grandes écoles...
Si pendant 50 ans, notre monde ressemblait à un Monopoly où l'on pouvait contrôler la partie, aujourd'hui dans un monde sans couture et interconnecté, les interactions sont tellement nombreuses et rapides, que l'imprévisibilité/incertitude est devenue une donnée du problème pour les entreprises.
Pourtant en 2008, les entreprises entretiennent toujours un discours où l'on fait « comme si on pouvait contrôler le monde », uniquement en formulant une stratégie guerrière, alors que notre capacité à influencer le futur est toute relative et incite à la modestie. Les up and down sont la seule norme. Les changements brusques surviennent à l'extérieur du secteur habituel d'une entreprise ou de son son secteur. Il faut apprendre l'improbable pour enrichir notre champ des possibles ici et maintenant.
L'enjeu c'est de reprendre l'initiative et de domestiquer ce qui est naturellement l'inconcevable. Il s'agit de combiner cerveau droit et cerveau gauche, ce qui implique une agilité mentale paradoxale. Il faut encapsuler du hasard dans la logique de l'entreprise.
La première étape c'est de pratiquer la destruction créatrice. Dans un monde en mutation, pour réussir, les stratégies consistent à pratiquer intensivement la disruption, c'est-à-dire en faisant l'opposé de ce que l'on faisait jusqu'à présent ou tout du moins en s'écartant radicalement d'anciens modèles. Là aussi, après des décennies d'apologie du positif à tout prix, il nous faut comprendre que la destruction est en amont de nouveaux business. Il est vital d'anticiper le retournement, avant que le monde réel vous rattrape avec une absence de marge de manoeuvre le jour J.
La deuxième étape c'est apprendre à trouver quelque chose d'intéressant de façon imprévue, en cherchant autre chose, voire rien de particulier. Cela s'appelle la sérendipité. C'est une posture d'ouverture qui consiste à rebondir sur les conséquences d'une aventure, d'une rencontre ou d'une expérience. Il s'agit d'exploiter un signal inédit, surprenant pour tracer un chemin original. Cela signifie d'accepter de prendre en compte des informations qui sont naturellement dans son champ de vision, mais que l'on n'exploite pas car dissonantes et spontanément rejetées par notre système de réflexion. Il faut apprendre à ne pas rejeter les dissonances ou l'inconnu. La sérendipité peut s'appliquer à tous les compartiments de jeu de l'entreprise : management, stratégie, gestion de l'innovation, marketing, etc
Pour ceux qui sont intuitifs, flexibles, curieux d'esprit, imprévisibles, indépendants, distraits, observateurs, open minded et avec le sens de l'humour, cette [re]évolution de l'entreprise sera plus familière.

Les commentaires sont fermés.