Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 novembre 2009

L'ancien modèle économique de l'édition peut-il tenir encore 5 ans, 10 ans, 15 ans ???

Dans le cadre du groupe Chasseurs de tendances de Linkedin , un nouveau sous-groupe a été dédié aux nouvelles tendances, mutations en cours concernant les pratiques de lecture, l'édition et le marché du livre au 21éme siècle ! http://www.linkedin.com/groups?home=&gid=2535454&...

Le journal papier [et l'édition en général] a du souci à se faire... dans pas longtemps ! 5 ans ? Cela concerne les journalistes, les éditeurs, les graphistes, les imprimeurs, les Chef de projets, DA de Presse, les auteurs d'ouvrages ou de scénarios, les providers d'iconographie, les libraires, agences de com et de manière générale tous les acteurs de l'éco système de la chaine du print. Une nouvelle aventure prospective sur l'édition digitale/numérique se dessine à l'horizon, même si l'on constate une forte inertie de certains acteurs qui tentent d'amortir un ancien modèle qui est maintenant arrivé à maturité. Visiblement, nous sommes à l'aube d'un nouveau paradigme.

Déjà les changements qui vont s'opérer sur les objets qui nous entourent et qui pourront - bientôt communiquer avec nous et ... même entre eux, font que nous expérimentons en direct ces nouvelles mutations. Ainsi votre e-book va communiquer peut être avec d'autres e-books de lecteurs nomades dans les transports communs ou être relié à une méga base de données ?

Les pays, plus réactifs [États-Unis, Japon] ont lancé leurs propres projets. Des nouveaux médias hybrides de livre ou journal électronique souple ou non, avec une encre spécifique, des vidéos et une approche tactile [voire ludique], comprenant de la reconnaissance vocale et d'écriture, le tout connecté sur la toile, donc actualisable.

Qui va remporter la mise : le Kindle, le lecteur de Sony, l'iphone (avec déjà des magazines téléchargeables sur itunes) ou bien le prochain prototype à encre liquide ? On ne le sait pas encore !

D'autre-part, la multiplicité des infos, allant de la sphère privée, au blog politique ou militant, ne va-t-elle pas changer complètement la notion même du "journal" et de la Presse en général ? Le journalisme citoyen est ainsi devenu un média à part entière. Chacun devient auteur grâce à son blog dans lequel il peut publier librement et gratuitement. Il peut même mettre en téléchargement des ouvrages électroniques pour zéro euro. On est dans l'ère du « crowd writing » !

Tout ce que l'on peut imaginer « sérieusement » est réalisable, quand on se base sur des connaissances tangibles. À nous de savoir extrapoler intelligemment à partir de ces connaissances pour créer l'inédit. Il faut aussi tenir compte de la capacité de l'humain à intégrer de nouveaux comportements, mais cela relève des sciences humaines et plus difficilement prévisible...

Le combat n'est pas évident car souvent les médias traditionnels ne véhiculent qu'une soupe informationnelle simpliste, reposant sur le clonage et la pensée consensuelle. Allons-nous continuer ainsi ou demander à choisir son info en fonction de sa personnalité et d'assumer ce choix. Allons-nous faire preuve d'esprit critique, de discernement, de recul dans notre consommation d'infos ?

On n'a jamais été aussi riche de multiplicité d'information, mais on n'a aussi jamais été aussi peu sûr de l'info. Certains diront que peu importe, « vraie ou fausse », c'est de toute façon une matière pour l'esprit. À nous d'en faire quelque chose qui nous grandisse ! Toutefois méfions nous de l'information toxique !

Nous entamons une véritable révolution numérique et les majors goups vont devoir amorcer à l'insu de leur plein gré une vraie rupture. Aujourd'hui on peut envisager que chaque entreprise puisse éditer son contenu éditorial multimédia et diffuser ses infos par le biais de nouveaux médias green friendship.

Côté des humains, il faudra aussi voir si la slow attitude gagne du terrain, dans l'entreprise ou dans nos usages. Retrouver du plaisir à la tâche, dans nos activités. Le "slow working" ne va-t-il pas aussi entrer par la grande porte dans nos entreprises stressées et déshumanisées!? [11min pour bouffer pour un travailleur à la chaîne, en France]. Ensuite bientôt le « slow reading » et le « slow thinking » ? Chacun de nous va-t-il être un acteur de la chaîne de l'info ou un spectateur hébété du monde ?

Ce groupe vise à fédérer celles et ceux qui de près ou de loin se rattachent à la galaxie du print, dans un esprit d'intermédiation et de mutualisation autour de la veille et de l'élaboration de projets innovants [en particulier dans le secteur de l'édition].

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.